Une vie romantique avec Eros ?

Afficionados des « techniques de séduction amoureuse  mondaine » don’t hurry ! ( ne vous précipitez pas  !)  Eros est d’abord et avant tout le Désir primordial, archaïque.   

Comment vivre une vie romantique, le Grand Amour de toutes façons ?

Si tu veux du romantisme, de l’aventure,  vivre quelques frissons, tu peux aller au cinéma, lire des romans pour te procurer certaines émotions.  Mais tu peux aussi être toi-même l »héroïne de ton histoire, l’acteur, l’actrice principale.

C’est plus valorisant, car quand tu sors du cinéma,  quand tu fermes le livre au mot fin, l’aventure est terminée. Tu t’es identifié au héros ou l’héroïne un petit moment et pfff, c’est fini. Tu retournes à ta vie plate et conditionnée. Alors, comment faire de ta vie une histoire utile au monde, passionnante et haute en couleur ?

 A la radio, récemment  j’écoutais Eric Rochant le réalisateur  de la série télévisée « Le bureau des légendes » ( série que je ne connais pas) et ses explications données au cours d’une interview, étaient intéressantes. Il disait que lors de l’écriture d’un scénario, puis lors du tournage et à chaque étape  de la réalisation de tout film, ce qu’ils avaient à faire, lui et son équipe, c’était toujours de tirer vers le haut. Parce que ça retombait toujours à plat, c’était toujours moins bien que prévu. Il disait que la réalité était toujours moins bien que ce qu’on imaginait.

L’inertie gravitationnelle

 

« L’inertie est surmontée par la tendance vers un niveau de conscience plus élevée… » ( je crois que c’est de moi)

C’est pour cette raison que mettre son histoire dans le miroir des contes la rend passionnante. On entend dans le conte quelque chose de l’ordre du mystère et de la magie qui vient féconder notre propre histoire; qui vient « éveiller » et lorsqu’on sait utiliser les clés de sagesse du conte, c’est gagné !

 

 Pour vivre une  histoire   « romantique », on doit toujours la « tirer vers le haut », lui redonner de l’élan; sinon, elle devient insipide, sans relief, inintéressante. A ne pas confondre tirer vers le haut avec « positiver » qui ne représente souvent qu’une « pirouette » pour éviter de se rencontrer dans toutes ses facettes. Positiver est une catastrophe..

.bref !

 

Quand la vie n’a pas de sens. c’est qu’on n’en est pas le centre. Elle est bloquée dans des habitudes, un ronron, des conditionnements extérieurs. Tu crois même faire des choix alors que c’est faux, tu obéis à des diktats. Et finalement, ce n’est pas satisfaisant.

.

Si on laisse aller les choses, ça tombe toujours à plat; ça partirait même en déliquescence. Et c’est là qu’intervient le processus de création. L’élan  du désir primordial, l’Eros, s’entretient

Comme le scénariste, on doit se laisser inspirer des histoires, puis mettre en scène, choisir son jeu d’acteur, et même être spectateur, car si on reste scotché au rôle, on est coincé, on tourne en rond, on oublie à nouveau de « tirer vers le haut » notre histoire, de l’inspirer. Lui donner du souffle. Elle retombe à plat très rapidement. Et c’est ce qui se passe le plus souvent.

 

Si tu ne respires plus tu meurs, si tu n’inspires plus tumeur. Quand la croissance ne se fait pas dans le sens de l’expansion, de l’élan érotique, elle se fait de manière anarchique, désordonnée.

Mais  le désir/élan de vie parle souvent à bas bruit et dans ce monde si bruyant, il n’est pas surprenant de rester ab-asourdi !

Nous sommes condamnés à croître, à aimer  ou à souffrir ? Qu’as-tu choisi ?

 

Leave a reply

CommentLuv badge