Articles

Le monologue du virus

« Je suis venu mettre à l’arrêt la machine dont vous ne trouviez pas le frein d’urgence. »

Faites taire, chers humains, tous vos ridicules appels à la guerre. Baissez les regards de vengeance que vous portez sur moi. Éteignez le halo de terreur dont vous entourez mon nom. Nous autres, virus, depuis le fond bactériel du monde, sommes le véritable continuum de la vie sur Terre. Sans nous, vous n’auriez jamais vu le jour, non plus que la première cellule.

Nous sommes vos ancêtres, au même titre que les pierres et les algues, et bien plus que les singes.

Nous sommes partout où vous êtes et là où vous n’êtes pas aussi.

Tant pis pour vous, si vous ne voyez dans l’univers que ce qui est à votre semblance ! Mais surtout, cessez de dire que c’est moi qui vous tue. Vous ne mourez pas de mon action sur vos tissus, mais de l’absence de soin de vos semblables. Si vous n’aviez pas été aussi rapaces entre vous que vous l’avez été avec tout ce qui vit sur cette planète, vous auriez encore assez de lits, d’infirmières et de respirateurs pour survivre aux dégâts que je pratique dans vos poumons.

Ami Virus, même pas peur ! « Voyons si j’aurai le choléra » !

virusOn s’obstine encore à considérer les bactéries, virus et autres champignons  comme des ennemis à abattre alors que l’observation empirique faite en médecine chinoise,  et des observations scientifiques, ont démontré  qu’ils ne  sont là que pour rendre service : c’est leur fonction « bio-logique ».

« Chassez le naturel, il revient au galop » : il serait temps de redonner au « bon sens » la place irremplaçable qu’il aurait toujours dû conserver.

C’est donc une chasse bien inutile, et surtout  dommageable et  coûteuse qu’on livre ainsi à  Dame Nature ; persister à en violer les lois fondamentales ne pourra que mener  vers l’ impasse, dont  les effets iatrogènes sont inimaginables, et  sans doute irréversibles, à la manière de ce qui se passe avec l’effet de serre qui fait fondre les glaciers du Groenland… 

Il me semble que le virus vient faire un sacré boulot de nettoyage et pas seulement de nos corps « enflammés » de  mal manger, mal penser, mal aimer !