Articles

Démystifions la peur du changement [2]

temps La première partie de l’article est à lire en cliquant ici.  J’y décrivais la peur du changement et le fait qu’un change-ment,  subi ou décidé, provoque une sorte de chaos cognitif qui se passe dans « l’invisible », sous la boite crânienne. L’invisible est à priori angoissant car on ne peut le « contrôler » objectivement .

Le changement est  inévitable  et vient bousculer les « programmes », les autoroutes neuronales établies, sortes de circuits d’information  responsables de nos automatismes de penser et d’agir (ou non agir).

Ces schémas de  pensées maintiennent  en quelque sorte les histoires de notre « moi » . Ce qu’on appelle alors le « mental »  est garant du maintien, de la persistance, de la chronologie de nos représentations sur nous–mêmes et notre histoire.

C’est ainsi que nous en venons à nous identifier à ces représentations de nous-mêmes, les gardant en mémoire par l’intermédiaire des pensées…qui créent elles-mêmes des formes-pensées collectives, donc à terme des formes.

La peur de la peur… de vivre l’ Aventure de ta Vie ?

Cet article est préliminaire à un webinaire offert le 21 mars à 19h30 sur « les caractéristiques de la mission de vie » et

tu peux t’y inscrire en cliquant ici

C’est bien évident que la peur de la peur empêche de vivre une vie alignée avec tes valeurs profondes et originelles; ta mission

Si tu intègres le contenu de cet article, tu vas gagner 10 ans de thérapie et/ou d’ennui et faire de ton histoire une Aventure passionnante.

Ce que tu appelles « peur » n’est pas ce que tu as crû jusqu’à présent : quelque chose à éradiquer pour avancer vers ton but ou réaliser ton rêve, vivre ta mission.

 

« Il n’y a qu’une façon d’apprendre, c’est par l’action. ( Paulo Coelho)

Je te propose de connaitre la peur plus intimement et d’en faire un potentiel  !

La psychologie actuelle croit aux vertus d’un « égo fort », en se trompant de cible.  L’égo, c’est la sensation qu’on est mortel, c’est ce qui en nous refuse la fin, le choix, l’erreur, l’échec; ce qui veut être éternel mais ne le sera jamais : les formes physiques ( ou vues comme telles) .

L’ego « sain » a une sagesse liée à notre  corps physique. Dès que l’on contrarie cette sagesse, il y a pathos. Quand il s’agit de réaliser ses objectifs, la peur est toujours dans le collimateur, à tord.