Articles

Aladdin ou l’Innocence du désir

le magicien dans Aladdin
Aux innocents les mains pleines, tu connais cet aphorisme n’est-ce pas ?
C’est bien sans doute pour cela que le conte d’Aladdin est si connu !
En effet, de tous les contes des « Mille et Une Nuits », l’Histoire d’Aladin et de la lampe merveilleuse est celui dont l’histoire est une des plus singulières :
— par ses sources incertaines, (nul n’a encore trouvé de manuscrit arabe qui contienne le conte)
  • — et par les nombreuses réécritures et adaptations qu’il suscite encore aujourd’hui.  Il est imbattable pour le nombre de versions orales recensées dans le monde : 348 versions du conte réparties dans différentes aires culturelles. Enfin, il n’y a pas d’autres contes des Nuits, excepté l’Histoire de Shéhérazade, qui ait suscité autant d’écritures littéraires et d’adaptations théâtrales, musicales et filmiques. Cela tient au message  qui résonne en chacun !
Résumons brièvement une version de cette longue histoire  :

Plans de conscience et Hasards, Synchronicités, Coïncidences

parcours héroïqueDe nombreuses personnes  en particulier en Occident, grandissent en apprenant qu’elles sont limitées de nombreuses manières, que l’être humain ne vit qu’une seule vie et qu’il est  séparé de Dieu ou de l’Univers et également séparé  des autres. C’est vrai et faux à la fois, comme tu vas  le découvrir dans cet article.

Et ceux qui « croient » (mentalement) en Dieu le perçoivent comme un Principe  autoritaire qui nous punit.

Le Karma, par exemple, qui est simplement le principe de causalité unique (lié au passé) est une illustration de ces charges lourdes qui sont censées nous « collées » aux basques !

Joli programme qui entraine une vie de frustrations et de souffrances, de misères de toutes sortes. C’est vrai que si on apprend ce genre d’informations , c’est parce qu’il y a  confusion et ignorance de la nature humaine profonde, ontologique.

Pendant l’éducation que les jeunes reçoivent , dans notre culture à idéologie matérialiste, la seule chose qui semble importante, c’est d’être le meilleur à l’école –  préparation à dépasser ( quand ce n’est pas écraser) les autres pour avoir le plus de pouvoir et d’argent possible pour être « heureux » et « libre » !!!  Une formule assez limitée  de la vie sur Terre qui ne tient généralement pas ses promesses.

 Il  y a  confusion parce que amalgame des différents plans de conscience . Tout dépend depuis quelle « dimension » on s’exprime. Voyons déjà de quoi il s’agit quand on parle de « dimension ».

Hasard, coïncidence, synchronicité (partie 2)

hasards, coincidences, synchronicitésSi vous me suivez, vous aurez peut être remarqué que je m’intéresse à tous les sujets qui questionnent.

Je crois vraiment  que tout être humain devrait se poser des questions et utiliser beaucoup plus sa pensée ; ce genre de questions essentielles comme « d’où je viens ?, qu’est-ce que j’ai à faire sur cette Terre, qui suis-je  ? » et c’est parce qu’on s’interroge très fort que l’on obtient des réponses. Seul celui qui cherche trouve. Ne me croyez pas sur parole et essayez !

Vous vous intéressez à la synchronicité , allez télécharger mon livre sur le sujet

en allant sur cette page (cliquez) 

La synchronicité, une énigme contemporaine

 synchronicitéS’il devait exister une énigme contemporaine quasiment ignorée, ce serait bien la synchronicité. Souvent déroutantes, elles sont partout.  Alors,  Anecdotes sans conséquences ? Vue de l’esprit ? Les synchronicités évoquent le sempiternel «hasard » que nous collons à toutes les (sauces) coïncidences.

Entre hasard, coïncidences et synchronicités comment s’y retrouver ? J’ai fait connaissance avec la synchronicité, en toute innocence, d’une manière frappante : une initiation bouleversante  à ma vie spirituelle.

Miroir ô miroir dis moi si c’est bien moi …

Nous ne pouvons pas tout voir de notre environnement. Notre cerveau choisit donc qui lui est nécessaire. Il sélectionne « en miroir » ;  ce qui va nous interpeller des évènements, des gens, des choses,  nous faire vivre des émotions qui nous concernent , nous ressemblent, parfois à nos corps et coeur défendant. Oui, nous n’aimons pas toujours ce que nous voyons et préférons casser le miroir plutôt qu’ouvrir notre coeur.