Articles

Comment bien échouer pour se révéler

enfant
« Au commencement des temps, les mots et la magie  étaient une seule et même chose« .Sigmund Freud
(pour une fois qu’il ne parle  pas de sexe !)
On nous apprends que l’échec est l’inverse  de la réussite, alors que c’est un tremplin,  un simple point de vue. L’échec a donné lieu à beaucoup de découvertes, des résultats qui n’étaient pas prévus.
Notre cerveau, pour apprendre, a besoin de « se planter » et de changer de voie. Dès que tu te trompes, ton cerveau fait de nouvelles connexions neuronales.
Donc, si tu passes ta vie à éviter les échecs, tu n’apprends rien, tu ne fais pas de nouvelles connexions neuronales, ton cerveau s’atrophie ( tu es de moins en moins éveillé).
Quand tu « rates », il suffit de recommencer.
Donc, si tu vis dans un monde où tu veux être parfait, et où tu veux éviter les échecs, ça veut dire que tu t’interdis d’ évoluer, ou de grandir, d’élargir ta compréhension.
L’Esprit d’Enfance accepte l’échec. Evidemment !  Tu as déjà entendu un bambin qui dit « non, c’est fini,  je ne marcherai plus nah ! car je suis tombé plusieurs fois, alors c’est pas pour moi ça ! » ?

 

Bénéfice de l’échec : à 3 conditions

 

1 ) Ne pas être dans le déni de son échec
2) Distinguer l’échec de soi-même
3)  Prendre le temps d’interroger son échec, pour en faire un échec réussi et peut être une réussite la prochaine fois. En faire un exercice d’apprentissage.

Vivre d’amour avant de mourir de peur (partie 2)

vivre d'amour

« L‘amour est la seule chose qui double à chaque fois qu’on le partage » (Albert Schweitzer

Quelle merveilleuse équation !

Je décris dans la première partie de l’article mes récentes tentatives amoureuses « échouées », (sur la grève de mon coeur),   ma progression vers la liberté d’aimer et mon désir de vivre une relation « créative ». Car telle une vertu, je cultive l’inaptitude au racornissement. Impossible pour moi de me soumettre définitivement à l’idéologie de la peur. Elle est tellement l’ennemie de la joie,  de la créativité et donc du désir de vivre.