Articles

L’écharpe d’Iris pour cadeau d’anniversaire

Iris J’avais prévu une apéro-party  dans le jardin  pour mon anniversaire – qui se trouvait justement le dernier jour du confinement –  et invité une douzaine de voisins. Nous allions donc fêter deux choses en même temps ! (sans oublier que c’était aussi le lundi de Pentecôte – descente de l’Esprit saint pour les chrétiens). De quoi déclencher la manifestation du Ciel non ? 

A l’heure dite tout le monde arriva  en même temps. ! Nous n’étions pas encore installés sur les chaises de jardin,  que les premières gouttes de pluie se firent sentir  : rares mais énormes, faisant l’effet de petits pois tombant sur nos têtes.

Un coup d’oeil au ciel assombri nous fit décider  en vitesse d’aller nous abriter juste à côté, sous le store d’un magasin, sur la place du village.

Chacun un plateau dans les mains, nous  eûmes  tout juste le temps de traverser la petite place qui nous séparait de cet oasis salvateur sans nous faire tremper; les pieds au sec  de surcroît car cette devanture  dispose d’une estrade. Quelle aubaine quand même ! On aurait pu monter chez moi ( au second étage) mais je venais de descendre tout le matériel, c’était râlant et puisque nous avions un asile…

Ami Virus, même pas peur ! « Voyons si j’aurai le choléra » !

virusOn s’obstine encore à considérer les bactéries, virus et autres champignons  comme des ennemis à abattre alors que l’observation empirique faite en médecine chinoise,  et des observations scientifiques, ont démontré  qu’ils ne  sont là que pour rendre service : c’est leur fonction « bio-logique ».

« Chassez le naturel, il revient au galop » : il serait temps de redonner au « bon sens » la place irremplaçable qu’il aurait toujours dû conserver.

C’est donc une chasse bien inutile, et surtout  dommageable et  coûteuse qu’on livre ainsi à  Dame Nature ; persister à en violer les lois fondamentales ne pourra que mener  vers l’ impasse, dont  les effets iatrogènes sont inimaginables, et  sans doute irréversibles, à la manière de ce qui se passe avec l’effet de serre qui fait fondre les glaciers du Groenland… 

Il me semble que le virus vient faire un sacré boulot de nettoyage et pas seulement de nos corps « enflammés » de  mal manger, mal penser, mal aimer !