La synchronicité, une énigme contemporaine

 synchronicitéS’il devait exister une énigme contemporaine quasiment ignorée, ce serait bien la synchronicité. Souvent déroutantes, elles sont partout.  Alors ?  Anecdotes sans conséquences ? Vue de l’esprit ? Les synchronicités évoquent le sempiternel « hasard » que nous collons à toutes les (sauces) coïncidences. Entre hasard, coïncidences et synchronicités comment s’y retrouver ? J’ai fait connaissance avec la synchronicité, en toute innocence, d’une manière frappante : une initiation bouleversante  à la vie spirituelle.

Le jour où tout a basculé

Il y a bien longtemps, alors même que le mot « synchronicité » et le concept lui-même m’étaient totalement inconnus, j’ai vécu  une énorme première synchronicité. Jeune adulte à l’époque, je me trouvais dans un moment  psychologiquement difficile. Vulnérable, démunie face à la vie, je prenais petit à petit conscience que ma « vie intérieure » avait peut être ? de l’importance, mais cette découverte était angoissante ; mes ressentis, mes sentiments, mes émotions se bousculaient et provoquaient une sorte de chaos en moi. J’aspirais à une vie différente de celle, conditionnée,  que j’avais automatiquement enclenchée en suivant  les modèles parentaux et culturels. Coincée entre mes limites existentielles et des aspirations   floues, j’étais prête, cependant à faire le grand saut : accueillir ce qui voulait vraiment se faire connaitre du plus intime de moi et qui s’agitait depuis un bon moment, à la manière d’un foetus qui manifeste sa présence en gigotant dans le ventre de sa mère.

En fait, une naissance se préparait, ou plutôt une renaissance : la mienne. Parce que notre société nie l’âme et la manière dont elle se manifeste par la vie subjective, alors nous l’expérimentons souvent à travers des expériences destructrices ou difficiles. C’est un accouchement douloureux. Où sont les sages-femmes ? Et c’est pour cela même que je le suis devenue.

Finalement, lorsqu’il y a mal-être, quand il n’y a personne pour nous écouter,  comprendre, ou  à qui parler ( à part le chien, mais qui ne connait rien à ces affaires là), vers qui se tourner ? De nombreuses personnes se tournent vers les dis-tractions (qui les « tractent » hors d’elles-mêmes) ou la consommation de psychotropes ou de substances stupéfiantes  ou vers des compulsions…mais j’avais déjà donné…un peu à chaque …comprenant vite que là ne se trouvait pas la vraie solution.

Une religiosité cosmique

Un jour,  lors d’un paroxysme de mal-être,  dans un sursaut de vitalité, je fis  appel à « plus grand que moi ». Selon les concepts appris de mon éducation « religieuse » ( pas trop rigide, juste ce qu’il faut), j’ai invoqué Dieu ou les anges…  ces entités dont on m’avait dit au « caté » qu’elles étaient là pour nous aider et nous protéger. Hum ! Superstitions humaines qui ont quelques fondements quand même ?

 Je suis un non-croyant profondément religieux, c’est en quelque sorte une nouvelle forme de religion »
Albert Einstein, Lettre à Hans Muehsam 30 mars 1954

Albert EinsteinAvec le recul, je pense qu’il s’agissait d’une  » religiosité cosmique » (telle qu’en a parlé Albert Einstein) qui se manifestait en moi depuis un certain temps d’ailleurs , tandis que  ma peur inconsciente la contraignait quelque peu. J’étais dans une « tension des contraires  » ( voir glossaire)  très inconfortable.

Religiosité dans son acception étymologique  universelle de « ce qui relie l’homme à la nature et aux autres hommes et qui est aussi le sens d’un dépassement  de l’individuel  « 

Alors, n’y tenant plus,  je fis une sorte de « prière » ou plutôt de demande conditionnelle.  Cette phrase, je ne pourrai jamais l’oublier car elle a été le « sésame ouvre-toi » d’une vie nouvelle, d’émotions nouvelles, la formule magique  gravée dans mon coeur pour toujours, capable de résoudre ensuite de nombreuses énigmes et de garder le  cap d’une existence « reliée » à l’essentiel ! Cette supplique adressée au Ciel, la voici :

 : »Si j’ai le droit de ressentir ce que je ressens, si j’ai le droit d’être moi-même, que je trouve un trèfle à quatre feuilles  ! »

Evidemment cette phrase, je ne l’ai pas prononcée d’un ton sur lequel on demande  une limonade  fraiche au garçon de café ! Imaginez une personne en totale désarroi devant le mystère de la vie, et de l’amour et qui demande grâce !.

« Que cesse cette torture dont je ne vois pas qui est l’auteur – le bourreau – devrais-je dire ! Que ce qui me tenaille lâche prise ! Que ce qui étouffe mon coeur s’écarte et me laisse vivre ! « Tout cela je ne l’ai pas dit mais c’est ce qui est arrivé lorsque,  dans la seconde qui a suivi, car, j’ai baissé les yeux vers la pelouse.

Là, dans l’instant,  je n’ai vu que LUI : « LE Trèfle à quatre feuilles » que je venais de demander en réponse à mon désarroi, à mon questionnement sur le mystères de ma vie. Il était là  tel un  témoin d’une Présence Invisible que je pressentais depuis un certain temps  ?

Tout  s’est produit en moins d’une  seconde, comme hors du temps. J’ai  cherché… pas l’ombre d’un autre trèfle à quatre feuilles dans le parterre sur lequel je me trouvais.

Consolation, satisfaction, plaisir, joie, bonheur, ivresse, exaltation, félicité…non  ! aucun mot ne pourra réellement nommer vraiment ce que j’ai ressenti à ce moment là. Aucun, ou tous à la fois, les mots de la langue française, ne pourraient expliquer cet état de grâce, ce sentiment d’ unité avec le cosmos.

Au-delà des mots il y a l’indicible. Le Macrocosme et mon Microcosme venait de se relier, de communiquer ! Ce formidable évènement  n’était que le début d’une Aventure  (Héroïque) qui m’emmena bien plus loin encore dans cette « complicité cosmique » et vers d’autres synchronicités  tout aussi étonnantes, sans que cette fois je les demande ! Un code s’ établit entre moi et …le plan divin ? la Conscience ? la Supraconscience ?

Transcendance

transcendanceNotre Ego – construction nécessaire à l’incarnation – met bien longtemps et peine à se laisser convaincre de transférer son pouvoir (limité) à notre partie transcendante, illimitée – notre âme – quand le moment est venu de savoir qui l’on est vraiment . Transférer le pouvoir, mais pas disparaître pourtant comme il le croit !

L’âme se manifeste souvent à des moments de passage, lors de seuil à franchir. Nous aspirons alors au contact avec un élément transcendant. Le manque d’égard pour la dimension spirituelle de l’Être Humain, dans nos sociétés, fait que ces passages sont douloureux et solitaires. Ou c’est parce qu’ils sont solitaires qu’ils sont douloureux.

J’éprouve l’émotion la plus forte devant le mystère de la vie. Ce sentiment fonde le beau et le vrai, il suscite l’art et la science. Si quelqu’un ne connaît pas cette sensation ou ne peut plus ressentir étonnement ou surprise, il est un mort vivant et ses yeux sont désormais aveugles.

Extrait de « Comment je vois le monde » de Albert Einstein

A suivre…

Laissez un commentaire, merci !

7 comments on “La synchronicité, une énigme contemporaine

  1. Anges

    Alors, là, pour une synchronicité, c’est une drôle de synchronicité mon amie !
    J’étais justement en train de « travailler » sur les bouleversements de la vie qui m’ont fait renaître à moi-même, quand je me suis accordée une petite pause… et j’ai trouvé ton message !
    on est bien sur la même longueur d’ondes et sincèrement, je pressentais bien que tu n’étais pas arrivée dans ce groupe par hasard. D’ailleurs le hasard, cela fait bien longtemps que je n’y crois plus…
    La toute première synchronicité dont j’ai réellement eu conscience, moi aussi je m’en souviens très bien !
    elle a eu lieu il y a juste 33 ans (tiens, tiens, intéressant !) presque jour pour jour. Cette synchronicité-là est arrivée dans les tourbillons de la jeunesse, à un âge où les tourments du coeur, les incertitudes de la vie et la rébellion face aux parents m’avaient mise dans un état quasi désespéré au bout duquel je ne voyais aucune solution.
    Conditionnée comme toi par mon éducation et la culture parentale, j’implorai moi aussi le Ciel et, par dépit ou provocation, je ne sais pas, j’ai jeté à la face du Créateur : « Si tu existes : prouve-le moi ! fais en sorte que je rencontre bientôt celui qui sera mon compagnon de vie. Je le reconnaitrai. Si tu fais cela pour moi, je m’engage à effectuer le Chemin de Saint Jacques de Compostelle au moins une fois dans ma vie. » Pourquoi cette Promesse ? Oui, j’avoue, je n’y suis pas aller de main morte, mais je n’y croyais franchement pas. Comment un Dieu qui permettait toutes les atrocités, les injustices, les fourberies, les manipulations dont j’étais le témoin impuissant, comment ce Dieu-là, qu’on m’avait présenté comme Bon, mais que je pensais lâche à ce moment-là, comment pouvait-il se pencher sur les désirs narcissiques d’une pauvre petite gamine en pleine crise de mal-être ? J’étais persuadée que ma demande se perdrait dans les nuages sans jamais arriver jusqu’à son expéditeur !… eh bien ! je me trompais grandement !
    Quelques jours plus tard, je réalisais que celui que je cherchais était là, sous mon nez : comment ne l’avais-je pas vu avant ? de ce jour-là en tous cas, il investissait ma vie, il comblait ma vue à chaque instant… le rapprochement eu lieu et la magie opéra…
    pourtant je ne croyais pas au coup de foudre, ni au Prince Charmant bien que j’eûs aimé qu’ils existassent tous les deux. Je ne me berçais guère d’illusion, d’autant plus que le Créateur semblait bien se moquer de moi : l’homme de ma vie était déjà casé ! malgré tout, je ne pus que succomber à son charme et aux flèches qu’Eros m’envoyait ! … moments magiques…
    qui cessèrent quelques mois plus tard : l’heureux élu repartant vers son « pays » natal. Finis les promesses. Rencardés les moments volés à son destin inéluctable. La séparation fut douloureuse, mais je respectais sa décision de ne plus garder contact…
    désespoir encore plus grand… vide immense…. comme une mort en chemin… et c’est là qu’est arrivé LE miracle que je n’attendais plus : le même jour, à la même heure, nous nous sommes téléphonés, à peine un mois après son départ !. Pas de portables à l’époque : lui est allé dans une cabine téléphonique, à 1200 kms de là où je me trouvais, et moi, j’ai fait de même, au pied des Pyrénées, berceau de LA rencontre qui avait chamboulé mon coeur. Bien sûr, nous avons dû essayer plusieurs fois avant de pouvoir enfin se parler, chacun à un bout de l’Hexagone !…. et depuis ce jour-là, plus rien n’a été comme avant !….
    J’ai découvert que quelque chose, que je n’assimilais pas au Dieu du « caté », mais à une grande Puissance d’Amour, de Bonté, de Tendresse, nous aimait suffisemment, nous, petits êtres insignifiants perdus dans l’Univers immense, pour nous accorder ce que nous lui demandions. Révélation d’une entité d’Amour Pur et Lumineux que j’appelle depuis La Source et que je ne cesse de découvrir aujourd’hui à travers mes contemporains….
    Je pense, ma chère fée, que nos ailes voleront, quelques temps au moins, sur les mêmes chemins, s’émerveillant des surprises que nous réserve encore cette Source intarissable et pure qui nous abreuve… à très bientôt

    1. Elisandre

      Bonjour Agnes et merci pour ton commentaire : c’est cela, il faut se relier à la source, elle a besoin de noius comme nous avons besoin d’elle et un dialogue peut s’instaurer…
      A bientôt la suite

  2. Richard Cohen

    Cordial bonsoir chère Madame que je ne connais pas… et dont je reçois régulièrement des nouvelles… Cette dernière vient justement comme à point nommé puisque vous évoquez le concept de synchronicité… Il se trouve que juste avant de vous lire, je terminais la lecture du magnifique roman de E E Schmitt, l’Élixir d’amour… Je vous invite bien sûr à le lire, si ce n’est déjà fait, à le méditer et peut-être à partager vos impressions-réflexions, si ce n’est avec l’ensemble de vos lecteurs, au moins avec moi… je n’ai aucune leçon à donner…et mon vécu m’amène à penser que je n’en ai plus à recevoir… seule l’expérience enseigne, non?… L’expérience n’est-elle pas, par définition, singulière, subjective, mystérieuse, tout comme la rencontre amoureuse, la poésie, l’érotisme… sans doute eux même, reflets de l’Amour, images du Réel de ces mondes du microcosme et du macrocosme qui dialoguent… encore faut-il connaitre la langue et/ou savoir lire les images…de ce point de vue, j’ai encore sans doute beaucoup à apprendre et autant à donner…
    Alors… de l’énigme amoureuse? Je ne sais rien, rien d’autre que de l’avoir traversé et l’espérance qu’elle se représente à nouveau, prêt à ce nouvel état vibratoire, relié à un Essentiel plus subtil… tout comme une prière véritable… je n’attends rien, seulement ouvert, juste déterminé… empli de gratitude pour la Vie… Aussi, je n’ai plus qu’à vous dire merci de m’avoir lu. Respectueusement

    1. Elisandre

      Merci pour votre commentaire interessant Richard, vous devriez en laissez plus souvent !

  3. jade

    Récit très intéressant sur le phénomène de la synchronicité, certains y verront de la métaphysique et d’autres une puissance du subconscient orientée vers l’autosuggestion. Des forces suprêmes émanant de l’intérieur ou de l’extérieur de l’être sont des pistes qui nous éclairent mais la réponse est peut être en nous

  4. Pingback: Hasards, Coincidences,synchronicités | Le Royaume Amoureux

  5. Jean

    Bonjour,
    rapidement car ma recherche se portait sur le terme « synchronicité ». Merci d’avoir éclairci ma lanterne et surtout mon dossier de stage qui se porte sur ce sujet.

Leave a reply

CommentLuv badge