Comment cette peur là vous confisque votre souveraineté

retrouvez votre souvrainetéAvez-vous remarqué dans les discours électorales, comment sont nommés les personnes qui devront voter ? C’est très significatif. On entend parler d’électeurs, de français et de consommateurs. Entendez-vous souvent le mots « êtres humains, individus, personnes humaines ?

Avez-vous remarqué le nombre de fois qu’est prononcé le mot « pouvoir d’achat » ? Entendez-vous souvent les mots joie, beauté, créativité, épanouissement, création de vraies richesses, éducation à l’abondance ?

Entendez-vous parler de la nature, de Votre nature, des animaux, des beautés, des paysages à préserver, de l’amitié à développer? Enfin des choses essentielles en somme. Qui propose un programme qui tiendrait compte de la vie, et pas uniquement de la survie  ?

Les programmes politiques, les propositions ne se présentent que comme des remèdes à la peur de manquer. C’est à celui qui propose le plus et le mieux de remédier   à cette peur. .  Mais les réponses ne sont jamais à la hauteur car tant qu’on ne retrouve pas   les valeurs essentielles, rien ne viendra combler cette peur archaïque.

Ce matin au marché, des gens distribuaient des tracts ; l’un d’entre eux m’a interpellée et demandé si j’étais de gauche ou de droite ? J’ai posé tranquillement mon cabat, et je lui ai répondu : « je suis là, bien positionné dans mon corps, au centre de moi-même et je vote tous les jours en posant des actions pour soutenir le vivant »

Interloqué, il m’a dit « bon je fais mieux d’aller voir quelqu’un d’autre »…

Je ne voulais pas rentrer dans son débat. De temps en temps, ces discours passionnés et dualistes permettent peut être au peuple une sorte de catharsis salutaire ? une sorte de carnaval politique ?  peut être, mais je préfère mettre un peu d’énergie tous les jours à conserver ma propre souveraineté et ne pas « espérer » qu’un sauveur viendra me sauver. Nous sommes les seuls qui puissent le faire.

Et puis ‘sauver » signifie « rester sain » ( de corps et d’esprit) et c’est là qu’il faut être vigilant chaque jour, car nombre de propositions consuméristes en sont bien éloignées.

Regarder en face

Chacun peut changer sa manière de vivre et de penser pour participer à créer un nouveau monde. Tous les jours. Dites-vous, pour vous encourager, que vous allez  vous sentir  mieux dans votre vie et pouvoir aider les autres à en faire autant.Si la peur du manque est contagieuse, la joie, la sérénité le sont tout autant. Devenez un souverain joyeux et généreux dans votre royaume.

Nous sommes médiatiquement ballotés entre la peur de manquer et la peur de manquer. Je veux dire entre

  • un mal être en imaginant que nous n’avons ou n’aurons pas assez de quelque chose
  • ou que nous même ne sommes pas assez ( adroit, gentil, joli, intelligent etc) et que nous allons rater quelque chose, manquer nos buts.

D’où nous vient ce mal être, en fait ?

 

souverainetéNous appelons ce mal être peur de manquer , mais question : le mot peur dans ce cas, n’est-il pas un mot fourre-tout de plus ? encore un ! Moi j’avance l’idée qu’ un certain mal être face à certaines situations, nous fait mettre en scène des comportements inadéquats et finalement provoquer le contraire de ce que nous voulons.

Prenons l’exemple de l’écosystème : plus  la menace grossit, la peur augmente et plus les personnes tentent  d’accumuler, de piller la Terre, épuisent les ressources et plus le mal être grandit. Un cercle vicieux.

Un mal être c’est quoi ?

Un mal être est un manque à être. Être vous-même avec tous vos dons, vos qualités, l’or de votre conscience. C’est l’oubli de qui vous êtes dans votre profondeur,  votre mission de vie. Restez un conquérant ou redevenez-le ! Retrouvez l’Esprit d’Enfance, le jeu, l’imagination.

Un mal être c’est quand on est unilatéral, à gauche ou à droite. Déséquilibré. Ne nous faut-il pas nos deux mains, nos deux bras, nos deux jambes, nos deux yeux ? Une sorte de naïveté profonde faire croire qu’en expulsant un côté, tout s’arrangerait.

Mettons à gauche le présent passé, cela s’appelle la mémoire.

Mettons à droite le présent futur, cela s’appelle l’imagination

N’avons nous pas besoin d’équilibrer les deux ? Que se passe t-il quand on est focus d’un seul côté ?

Tout est ambivalent. La compétition doit se jouer contre soi-même. Suis-je plus accompli(e)  que l’an passé, qu’il y a cinq ans ? Quel niveau  atteindre demain et comment est-ce possible ?

Manipulations

Regardez autour de vous : tout le système fonctionne en appuyant sur cette fameuse peur. Pour

  •  vous faire voter,
  • vous faire acheter,
  • vous faire obéir,
  • vous faire produire
  • et finalement vous faire mourir…

Vous achetez des émotions

Cette peur ou ce mal être fait la fortune des « marchands de bonheur facile ». Plus vousretrouver sa souveraineté avez peur et plus, vous allez être démunis, sans vous en rendre compte, manipulés par ceux qui connaissent les secrets de la manipulation mentale, vous allez acheter, non parce que vous avez vraiment besoin, mais parce que vous espérez faire disparaître la peur. Ce n’est pas la bonne motivation. Et vous êtes parfois prêts à faire n’importe quoi pour faire cesser ce sentiment de peur. Mais qui fait n’importe quoi devient n’importe qui !

Le nombre de fois où vous vouliez juste faire disparaître la peur, juste vous rassurez sur votre « pouvoir d’achat », cette illusion que vous êtes en sécurité ? Réfléchissez !

Le nombre de gens qui, par compulsion, consomment encore et encore afin d’avoir le sentiment de se sentir en sécurité et de ne manquer de rien ?

Si vous appartenez à cette catégorie,  vous êtes une proie facile pour les publicitaires qui vont utiliser votre peur de manquer. Les messages qu’ils diffusent vous incitent à dépenser sous le coup d’une émotion que vous allez ensuite vous justifier pour ne pas vous détester.

Mais en fait, en avez-vous vraiment besoin? Que ressentez-vous vraiment à l’idée de posséder ce que vous convoitez?

Cette dépense est-elle vraiment en lien avec votre accomplissement ou juste une compensation ? à un manque créé de toutes pièces à l’extérieur.

Forgez-vous une éthique

C’est en apprenant à gérer vos revenus et vos dépenses, à réduire et limiter votre endettement, en développant une éthique de consommation basée sur des valeurs authentiques , que vous parviendrez à vous prémunir de la peur de manquer d’argent.

Et c’est en apprenant à vivre vos propres émotions, en développant une éthique humaine basée sur des valeurs  de sincérité, de compassion et de connaissance de vous-même que vous ne tomberez pas ou ne resterez pas dans la dépendance affective et donc dans la peur de manquer d’amour.

En conclusion, ce qui peut transformer le monde (le vôtre déjà) est de quitter cette terrible illusion de la peur de manquer. Observez comment elle est amenée de tous côtés et décidez de ne pas vous laisser happer.

Là se trouve votre souveraineté.

Remèdes en 5 étapes à la peur du manque

Pour renvoyer la peur de manquer dans le monde des illusions :

  • Ressentir la peur
  • La regarder en face
  • La nommer, la détailler
  • La traverser, soufflez
  • Affirmer  votre souveraineté

One comment on “Comment cette peur là vous confisque votre souveraineté

Leave a reply

CommentLuv badge