Voici pourquoi la mort ne m’effraye pas !

expansion de conscience

Au sujet de la peur qui sévit en ce moment concernant l’épidémie de coronavirus, ne pas faire tomber la fièvre, mais faire tomber la peur. 

On va parler de « l’immortalité » .

Dans cet article, tu vas comprendre  pourquoi je me moque de la mort, pourquoi tu pourrais en faire autant, et  malgré  cela  pourquoi je fais partie des personnes  qui, depuis plus de trente ans, soutiennent la Vie (créativité,vitalité, émerveillement), à travers mes propositions et notamment la dynamique du héros des contes .

Je dis bien « la Vie » et non ce dispositif de survie sans cesse instrumenté par les gouvernements et le « management de la multitude par la terreur. »

Car oui, c’est le terrorisme qui s’installe peu à peu. C’est le terrorisme auquel on veut  habituer les gens, afin que celui-ci n’enclenche pas la révolte mais davantage de soumission; jusqu’à ce  que le sens de ta vie se réduise à « échapper à la mort ».

Je souhaite  te rassurer, selon mon expérience,  au sujet de la mort, pour retrouver l’émerveillement de vivre et  ta puissance d’être.

« La maladie est l’effort que fait la nature pour me guérir, Carl Gustav Jung

 

Un nouvel ennemi dans la Nature ?

 

Le terrorisme instauré par les microbes a un nom : le bioterrorisme. Bio = vie. Il s’agit  que la vie elle-même dans ses formes les plus naturelles devienne infernale, ennemie. 

Développer la peur c’est de l’assassinat.

Les terroristes mis en avant aujourd’hui , ne sont plus les islamistes ou autres sectes religieuses, mais les virus ! Ils viennent eux aussi de l’étranger ! Les scénarios se répètent.

Il y a de l’imagination dans ce processus machiavélique.  L’ennemi proposé – pour te mettre en guerre (encore une fois  contre la nature)   est invisible. C’est donc plus pernicieux. La population en général a très peur de l’invisible. C’est normal.

 

La perte de sens

 

Maintenant que le monde est en crise de sens comme on dit, que beaucoup de gens sont suffisamment déboussolés, désorientés, qu’ils ne savent plus vers quoi ou qui se tourner, c’est le bon moment pour créer la panique.

La grande difficulté des hommes vient du fait qu’ils ne vivent plus que dans la partie mortelle de leur être et qu’ils ont oublié le côté universel, impersonnel, éternel de leur existence.

La faute au matérialisme aussi appelé physicalisme; la croyance que la conscience est un sous-produit de la matière (une croyance devenue un dogme) alors que c’est l’inverse, ou mieux encore que la matière est un état visible de la conscience. .

 

Le  corollaire de cette idéologie matérialiste  est d’affirmer que l’homme est le plus intelligent, le plus puissant, le plus…le plus…En se fiant à la forme de son cerveau !

…et sur quelques arguments absolument invérifiables tels que :

  • l’Homme est le seul qui sait qu’il va mourir !!! ( y a t-il un seul homme ayant  incarné une conscience animale pour être aussi péremptoire ?)

  • l’Homme est le seul à enterrer ses morts !!! (tu parles d’un exploit …c’est surtout pour l’odeur !)

extraterrestre

Un extra-terrestre arrivant  sur Terre et regardant sans à priori et sur une base de bon sens  les comportements des êtres qui peuplent la Terre, conclurait-il au fait que l’espèce humaine  soit la plus intelligente ? Hum, moi j’en doute !

Prends le temps de te mettre à la place de cet extra-terrestre …et donne-moi tes conclusions en commentaires ?

 

Retrouvons donc du bon sens ! Quel est-il ?

C’est celui qui va dans le sens du vivant, de l’intelligence de la Nature. Puisque c’est Elle qui nous constitue, nous entretient, nous prolonge; nous sommes ce qu’elle est. C’est un mystère pour notre intellect mais une évidence pour  notre être.

 

Revenons donc à la puissance d’être qui nous ramènera vers le bon sens.

Et devenons, à défaut d’extraterrestre, des terrestres extra. 

 

Ton potentiel principal

 

Quand on n’a pas conscience que l’on est plus que la forme matérielle (notre corps),   on peut avoir une vision pessimiste de la vie et la vie peut sembler insensée. Quand c’est le cas  on devient dépendant de toute personne ou système qui donne un semblant de sens à l’existence.

Que nenni !

Le principal potentiel dont on dispose est celui de vivre et non de survivre misérablement parmi les détritus.

Remède : pour éprouver le fait qu’on est plus que ce que l’on croit être , le remède est de pratiquer « l’auto-dépassement ». De dépassement en dépassement (de l’image que l’on se fait de soi à un moment donné = ego)on s’aperçoit que nous n’habitions que le dixième sous-sol d’un immeuble dont on ne peut même pas voir là où il touche le ciel.

 

Vie et existence: deux points de vue à différencier

 

On confond « l’existence sur Terre  » et la Vie.

  • L’existence est l’épaisseur de la durée  dans  le véhicule « corps charnel » (d’où la sensation du temps – 

  • La vie est ce qui anime le corps et le quitte au moment du passage de la mort. sensation d’espace ( le corps a des dimensions finis)

La science a voulu montrer ce qu’est la vie mais elle analyse uniquement les véhicules de la vie (depuis les infimes particules aux étoiles ou galaxies). Elle crée la confusion dans les esprits.

Plus humblement elle devrait parler de l’existence des formes physiques et de son incapacité à connaître leur essence. 

La religion a aussi prétendu  enseigner comment vivre, mais  sans le corps.

L’une comme l’autre induisent les gens en erreur car elles leurs retirent leur génie  et leur libre arbitre. 

  • L’EXistence c’est ce qu’on voit à l’EXtérieur, le pouvoir EXécutif

  • La Vie c’est ce que l’on ressent à l’intérieur de soi, le pouvoir législatif (les lois qui conservent  la vie dans le corps, les forces primordiales instinctives) et le pouvoir judiciaire (capacité de décider de ce qui est juste).

La vraie Vie, la vie qui a du sens est dans le contact direct avec les forces signifiantes qui nous habitent.

L’existence incombe à nos personnalités,  nos « moi » ,individuellement et collectivement. 

La disparition de l’existence de notre corps  ne signifie pas la fin  de la Vie qui habitait notre corps. 

 

En quête d’immortalité

 

oiseauPeut être parce que je suis née dans une famille « matérialiste », je me suis mise en quête de sens,  vers la trentaine ( et aussi parce que je souffrais et déprimais) , et comme  mon but de vie était de découvrir tout ce qui échappe au sens ordinaire (noeud nord dans le signe des poissons en maison 8 pour les connaisseurs d’astrologie), après quelques tribulations et la rencontre avec l’Hadès (à voir dans un article futur) , je suis passée de l’autre côté du voile et j’ai découvert ma nature éternelle.

 

Yrès simplement, j’ai pratiqué « l »expansion de conscience » et je me suis aperçue que j’étais éternelle.

La vie est éternelle, le corps est mortel.

 J’ai seulement eu accès au monde du sens, à ce quelque chose de « signifiant » qu’on appelle la Vie qui m’habite et qui ne s’arrête pas à mes limites corporelles.

Comment te dire  mieux  ?

 

Expérience vivencielle

 

Si tu avais   40° de fièvre, tu en aurais la sensation et tu dirais que tu es malade  non ? et personne d’autre n’aurait accès à la conscience de ton mal-être ? Tout au plus la fièvre pourrait être constatée mais la vraie sensation t’appartiendrait  en propre.

OK, là c’est pareil.

Evidemment la sensation d’expansion est totalement jubilatoire, extatique, car tu ne ressens plus aucune limite. Tu « sais » que tu es éternelle, immortelle, que tu n’es pas que cette enveloppe charnelle qui te contraint parfois.

Cet accès au « monde du sens » est toujours jubilatoire. L’inspiration est de cet ordre, de manière furtive évidemment. .

 

Si je suis immortelle,  tu l’es aussi. Je ne suis pas un phénomène. Je ne peux te le prouver car c’est une expérience intérieure, subjective ( du sujet).

 

Est-ce la servilité dans laquelle beaucoup sont contraints (ou se contraignent) de vivre qui les fait progressivement renoncer au sens même de leur propre vie ?

 

Est-ce la manipulation mentale que le peuple subit chaque jour (principalement par les médias) qui l’éloigne peu à peu de sa part d’authenticité où réside le sens ?

 

Bref,

 

Il est possible d’avoir accès à la totalité, car c’est ce que nous sommes; « Je » est cela et il vit réparti dans la multitude des êtres. A un moment nous nous « croyons » untel ou unetelle, mais le fait de s’y accrocher exclusivement, et de se croire séparé(e) provoque la peur qui empêche de ressentir la Vie en soi et de lui donner du sens. la peur provoque ce qu’elle craînt.

Cette conscience égotique et individualiste est pourtant ce qui a été largement encouragé par la culture ; à chacun de retrouver son centre, à partir duquel il sait qu’il est seul en tant que Conscience inclusive  qui crée son univers; et qu’il est donc aussi  la multitude qui comprend tous les êtres de la Terre .

Pour être à la fois unique et multitude, il existe l’empathie, la compassion, l’amour et les liens qui en découlent.

 

Alors, je me moque de la mort tout simplement parce qu’elle est seulement la fin de l’existence mais pas la fin de la Vie ! Cette connaissance vivencielle est imprégnée dans mes cellules.

 

La suite de cet article : Tel Hercule, pour ne plus craindre la mort, l’affronter vivant 

 

 

 

One comment on “Voici pourquoi la mort ne m’effraye pas !

  1. Pingback: Pour ne plus craindre la mort, l'affronter vivant ! | Par l'Âme Agis!

Leave a reply

CommentLuv badge