Pour ne plus craindre la mort, l’affronter vivant !

cerbereComment  se mettre en quête de l’immortalité  et renaître ?

Pour lire la première partie de l’article : « Voici pourquoi la mort ne m’effraye pas »

Examinons ici le  douzième des travaux d’Hercule : la descente aux enfers. 

A la fin de l’article je te propose un petit exercice

Hercule est l’emblème du héros.

Le père « biologique » d’Hercule est Zeus qui voulait se donner un fils capable d’être pour les Immortels comme pour les mortels, un puissant protecteur.

Zeus a voulu  qu’un homme au moins puisse devenir «immortel». Depuis tous les héros peuvent suivre l’exemple d’Hercule, le chemin est tracé. 

Le héros  n’est pas l’ego, C’est celui qui réconcilie  le visible et l’invisible, le monde ordinaire et le monde extraordinaire, se met en quête de « l’immortalité » et relève des défis , résout des énigmes dans ce but. Le héros est un pont, un pivot.

Une voix lui murmure au fond de son cœur : «Tu as en toi quelque chose d’essentiel à réaliser que personne d’autre ne pourra accomplir à ta place ». Il répond à l’Appel.(de l’âme). Si ce n’était pas le cas, que ferions-nous là ? Tu as  bien conscience  depuis longtemps je suppose, que toute la vie est bien organisée, que le hasard insensé n’y a pas sa place ( malgré ce que la science mainstream essaie de faire croire quand elle n’a pas la réponse)  !

Transition collective

 

Le développement personnel renforce l’ego, le moi; l’ego ne peut pas connaître l’immortalité puisque par définition, il n’est qu’un rôle passager, « la particule », la personnalité de chacun, l’image de soi , la finitude, le côté mortel de  la personne, et cela est juste.

Le mental ordinaire est là pour lui garder ce rôle. L’inquiétude de l’ego est la fin, la finitude, ne sachant pas s’il aura un prochain « rôle ».

L’ego et un intermittent du spectacle en somme. Il a appris à faire son « oneman show » (individualisme).

 

Une psychologie impersonnelle

 

Les mythes et les  contes merveilleux sont des patterns de structures psychologiques qui  ne se relient pas à l’ego mais à la transcendance de l’ego (au tout-possible) . C’est  une psychologie impersonnelle et collective que l’on va personnaliser à travers nos vies et les  détails de nos vies quotidiennes.

 

Les contes sont donc des histoires « archétypales » (exemple-type d’une situation ou d’une réalité donnée) que tu vas vivre à ta façon.

Exemple : Eve mangeant  du fruit de la connaissance est une « expérience archétypale de transgression« . ( d’ailleurs la connaissance est toujours « transgressive »).

Alors…

Dans quel domaine vis-tu la transgression ? et de quelle manière ?

Tu as une manière bien particulière de la vivre très certainement. Une manière qui te pose  des problèmes puisque dans le mythe Adam et Eve ont été  chassés du paradis.

Reprendre le mythe, le conte, c’est réinscrire son histoire dans l’Archétypal, le mythique, le légendaire, l‘impersonnel et ainsi  réorganiser son histoire selon un « ordre divin ». ..

et non plus selon « l’égoisme »   (vidéo « de l’égoisme à l’héroisme »)

 

C’est donner à son histoire une dimension universelle; pour cela l’ego doit l’accepter si il est assez intelligent, s’il a assez de génie pour comprendre; ce qui est passablement rare vu le conditionnement et la technicité de notre culture où tout devient fonctionnel et  stéréotypé. 

 

Quand on ne connaît pas le mythe que l’on est en train de vivre, il s’exprime en négatif. Le  héros en toi , lui, peut aller dans le royaume enchanté de   l’inconscient  chercher de nouvelles forces.

Tu peux visualiser ma série de vidéo sur « l’inconscient » en cliquant ici

 

Expérience de mort et renaissance

 

Nul ne peut devenir dieu s’il n’a pas d’abord traversé les enfers.

Kant

Voyons  maintenant un mythe qui parle de « descente aux enfers », le royaume des morts, le royaume de l’Ombre. Cela a à voir avec le fait de regarder en face ses peurs pour les laisser se dissoudre,et notamment la peur de la mort.

 

C’est Hercule qui va t »emmener aux enfers; il s’agit d’une mort symbolique évidemment dans le royaume de l’Hadès (Hadès est dieu des mondes souterrains chez les grecs) ou Pluton (chez les romains). Note au passage que Pluton signifie « riche », car c’est en ce lieu que se trouvent les richesses pour enrichir non pas ce qui est mortel, mais ce qui est immortel.

 

Hercule  et la descente aux enfers

 

Ce qui ne tue pas rend plus fort », Friedrich Nietzsche

cerberePour ne plus craindre la mort, le mieux est d’affronter la mort, vivant. Je t’assure que ça empêche de devenir  un « mort-vivant ». Être un mort-vivant, c’est accepter de vivre une vie qui n’a pas de sens.

Chez les Grecs, un de des défis du héros est   la «descente aux enfers», quoique les enfers au sens chrétien n’existaient pas en Grèce.

La « descente aux enfers » est la douzième épreuve d’Hercule. 

Aujourd’hui la psychologie jungienne parlerait de la rencontre avec l’Ombre. L’Ombre est un archétype : le lieu où se trouve le refoulé et aussi les aspects de soi non encore développés.

 

En tant qu’archétype, l’Ombre est une dynamique psychique inconsciente et autonome à l’origine de mouvements toujours opposés au Moi ; elle  a pour fonction de compenser une attitude consciente trop unilatérale. Sa rencontre est marquante pour le Moi, d’autant plus saisissante  que  refoulé depuis des années.

L’ombre est la personnification de tout ce que le sujet refuse de reconnaître en lui.

Se mêlent: 

  • les tendances refoulées du fait de la morale,

  • des choix qu’il a faits pour sa vie

  • et les forces vitales les plus précieuses qui n’ont pas pu ou pas eu l’occasion d’accéder à la conscience 

Quand c’est le moment de retrouver une part  perdue on est attiré par une personne ou un projet, une passion, une création, un besoin de changement; on entend un Appel de l’Âme (ou on y reste sourd le plus souvent) . Une initiation se prépare; c’est un Parcours héroïque à effectuer

 

L’Ombre, c’est le fameux « Royaume ensorcelé des contes « (glossaire du merveilleux) qui sera délivré par le Héros en même temps que la princesse très souvent.

J’ai fait plusieurs vidéos sur le sujet du Royaume ensorcelé et de l’inconscient que tu peux visionner en cliquant ici

 

Plus sur l’Ombre

 

L’Ombre est évidemment l’archétype le plus présent, après celui du héros.

  • L’Ombre est l’antagoniste majeur. Il est un adversaire de qualité. Il oblige le héros à dépasser ses limites

De nombreuses  personnes sont dans l’« impossibilité d’envisager qu’ils ont une vie intérieure  » . D’autre part, même si elles sont ouvertes à cette réalité, « la nature même de ce qu’est l’Ombre (la projection de nos défauts sur les autres) est difficilement accessible ». Pourquoi ?

Car nos défauts comme nos erreurs ne sont pas faciles à accepter. L’archétype de l’Ombre est donc celui le plus attaché au déni ; son refus d’existence vient du fait que le Moi refoule son image .  Cette résistance à se connaître soi-même se nomme le misonéisme : aversion pour tout ce qui est nouveau, pour tout changement.

 

Hercule et Cerbère

 

Cerbère est le chien à trois têtes qui garde l’entrée de l’Hadès. Le gardien du seuil en fait, le dragon qui veille sur le trésor de toi-même. 

Bien décidé de clore ce douzième travail par une victoire, Héraclès ( nom grec d’Hercule)  promet de ne faire aucun mal au molosse quitte à risquer sa vie pour cela. Hadès lui indique alors qu’il trouvera l’animal près des portes de l’Achéron ; sur ces mots, le héros se lance à la cerbèrerecherche de Cerbère et bien vite, il retrouve les traces du monstre et il n’a qu’à suivre les empreintes laissées dans le sol couvert de cendres et de boue.

Quand il aperçoit enfin la bête, le spectacle qui s’offre à lui est monstrueux : le chien possède trois énormes têtes et son poil est hérissé de serpents… mais il en faut plus pour effrayer Héraclès qui se précipite en hurlant sur l’une des terrifiantes gueules du monstre. Vêtu de son invincible peau de lion, le héros peut sans trop de crainte affronter l’animal au corps à corps ; bien que la fourrure de serpents tente de le mordre à plusieurs reprises, Héraclès s’agrippe au cou de la tête centrale et il commence à serrer jusqu’à ce que la bête gémissante et suppliante reconnaisse en lui son nouveau maître. Après avoir domestiqué Cerbère, le héros lui attache une laisse et entame le chemin du retour à la surface en traînant derrière lui la bête craintive et obéissante.

 

Bien qu’aucun témoignage n’ait pu confirmer le lieu exact d’où Héraclès et Cerbère sortirent des Enfers, le héros s’introduit dans Mycènes avec le monstre et il poursuit jusqu’au palais royal effrayant toute la population : c’est l’occasion rêvée pour terroriser une dernière fois le malheureux Eurysthée (roi de Mycènes ennemi d’Héraclès et  commanditaire des douze travaux). qui ordonne à Héraclès de ramener le chien aux Enfers et de quitter les lieux pour toujours.

Héraclès/Hercule restitue le gardien de l’Hadès avec toute la joie d’un prisonnier qui retrouve sa liberté après douze années d’expiation. Son repos, aussi bref qu’il soit, lui sera bien mérité…

 

Ne plus vendre son âme au diable !

 

L’auto-dépassement est un moyen de mourir à une image de soi pour une renaissance. C’est souvent la « libération » d’une vieille histoire.

La descente aux enfers, c’est aller chercher une part de soi demeurée inconsciente mais dont pourtant les forces régnantes (forces de jour)  de la conscience ont besoin pour avancer, achever une oeuvre, se libérer.

Il faudrait arrêter de mal juger l’Ombre ou de l’ignorer et de valoriser la lumière (ce qui est récurrent dans le développement personnel); cela revient à valoriser la surface au détriment de la profondeur. Sans la dualité ombre/lumière il n’y a que le néant.

Arrêtons d’être unilatéral !

L’infini ne peut prendre forme que dans la multiplicité, la diversité et ça commence par 2 qui engendre la multitude, la diversité.

Le mot « enfer » veut simplement dire « inférieur », ce qui est en dessous;  effectivement le monde souterrain est « en-dessous » de la surface. Comprenez-bien que la religion catholique a voulu effrayer le peuple avec sa novlangue du moment. A toutes les époques la manière de gouverner a toujours été terroriste. Terrorisme religieux, terrorisme politique, terrorisme sanitaire.

 

Une chimère !

 

Si on rechigne tant à l’Ombre, c’est que cette part nous semble aussi monstrueuse et dangereuse que Cerbère le chien des enfers. Il est pourtant une « chimère » tout comme l’est « la mort » ou « l’âme hors ». La mort effraie donc quand nous mettons l’âme hors de notre vie, quand nous « vendons notre âme au diable » selon l’expression consacré. Vendre son âme au diable signifie vivre la séparation entre notre vie physique et spirituelle, vivre sans être aligné entre l’idée, le sentiment et l’action. Vivre tordu en quelque sorte

 

Quel est ton Cerbère ?

 

Le chien est un symbole chtonien (souterrain) dans l’inconscient collectif; dans chtonien se trouve le mot chiend’ailleurs !

Quand je rencontre quelqu’un qui a un sérieux problème  de peur des chiens ( j’ ai deux chiens) , je me dis que cette personne a certainement une grande frayeur de sa vie souterraine ( vie intérieure), non pas parce qu’elle a été mordue par un chien dans son enfance comme elle le dit, mais parce qu’elle a du refouler un trauma important et qu’elle ne veut pas le rencontrer à nouveau pour le vivre différemment.

Elle le cristallise sous cette forme chimérique. Chacun se raconte des fictions sur ce qu’il voit.

 

Quel est ton Cerbère ?

Que devrais-tu faire pour renaître ? Quelle est ta peur ?  Je te propose de le dessiner(Cerbère), colorier tranquillement et d’être à l’écoute de ce qui se passe en toi. Prend des notes et mets cela sur ta table de nuit et puis dis moi dans les commentaires ce qui se passe. Merci

 

PS : le virus qui sévit actuellement par son invisibilité est propice à affronter les « Cerbère »  de chacun !

2 comments on “Pour ne plus craindre la mort, l’affronter vivant !

  1. Eric

    Effectivement les mythes et les contes permettent à l’esprit de s’éveiller. Il faut être prêt à les accepter et pouvoir les décoder.

    1. Elisandre

      Merci pour votre commentaire ! Il faut surtout pouvoir « décoder » le sens de votre vie dans leur miroir magique pour les contes.

Leave a reply

CommentLuv badge