Oh la vache ! Le Grand Sacrifice

molochCet article est la suite du précédent  : L’enfant en exil (que je te recommande de lire en premier pour mieux comprendre).
Depuis des milliers d’années, les croyances n’ont pas changé. Celui qui ne connait pas l’Histoire est condamné à la revivre.  Je parle ici de l’ histoire collective.
Dans cet  article, tu vas comprendre comment le Grand Sacrifice des enfants continuent, et ce , pas uniquement de manière symbolique ou psychologique;  et comment si tu n’accèdes pas à certaines connaissances ésotériques, historiques, mythologiques, tu es toi-même condamné à  subir ce sacrifice communautaire. 
Nous sommes les héritiers des mythologies du passé, de toutes ces fictions politiques ou religieuses dont les hommes on besoin pour justifier leurs actes, répondre à leurs questions existentielles, assoir leur pouvoir ou se rassurer sur l’avenir.
Dans l’antiquité, les mythes expliquaient les phénomènes inconnus aux Hommes.  Mais même de nos jours où  la science a fait évolué les connaissances , les mythes sont toujours là. Ce n’est ni un bien ni un mal dans l’absolu, mais selon ce qu’on en fait et la connaissance qu’on en a.
On préfère toujours les mythes aux explications rationnels.
Pourquoi ?
Il suffit de se poser cette question : « Tu préfères faire des maths ou lire un livre fantastique ? »

En raison du progrès scientifique et du déclin (apparent) de la pensée religieuse, bien des gens pensent que les mythes sont disparus ou obsolètes à notre époque. Rien n’est plus faux ! Les mythes ont changé de forme, mais sont aussi présents qu’autrefois. Ils sont au contraire très puissants parce que non conscients. Ils agissent donc à l’insu des masses. Les symboles actifs sont partout. Ils envahissent nos espaces, souvent insidieusement ( ainsi dieu se ment) .

 

Les mythes jouent de grands rôles dans notre vie sociale et dans notre psychisme individuel.
ils sont une sorte de connaissance ritualisée et codifiée. Ils servent de lien au sein des communautés qui y puisent ses représentations collectives, favorables ou pas.
Bien avant l’invention de l’écriture, les mythes étaient déjà présents dans de nombreuses civilisations;  les plus connues parlent de dieux et  de héros. Ils  ont été transmis à travers les âges grâce aux récits oraux (chants, poèmes) et par l’art. Une fois l’écriture inventée, les hommes ont commencé à les mettre par écrit pour  les immortaliser.

 

Les mythes et légendes, instruments de pouvoir sur les masses crédules

 

moloch L’Eglise judéo- chrétienne a,  par exemple, utilisé les mythes pour instaurer la domination de l’homme sur la femme : Adam est arrivé le premier sur la Terre après Dieu, la femme  en second, et c’est elle qui « pécha » la première en croquant la pomme de l’arbre défendu.
L’Eglise  a aussi instauré le « mythe du sauveur » (Jésus Christ), le mythe du péché originel etc…
Et puis…
…Qui n’a jamais voulu posséder un pendentif représentant l’œil d’Osiris ou  la croix ansée, symboles de la mythologie égyptienne,  même sans  pratiquer  cette religion ?

Les constructions identitaires

 

Une nation ou une religion  (tout comme un individu) a besoin de mythes fondateurs pour se construire. Une fois la maison solide sur ses fondations, l’échafaudage symbolique peut être retiré. Il reste  les croyances aveugles et les automatismes sidérants ( rituels) . Les Grands Initiés , et surtout initiateurs des fictions  continuent de proposer les rituels à l’insu des « consommateurs de fictions » hébétés. Chacun est « prié » de jouer le rôle qui lui est imparti dans le Grand Scénario.
On parle beaucoup d’Eveil spirituel ! C’est plus simple qu’on ne croit et ça passe aujourd’hui, non par des gymnastiques spirituelles compliquées, mais par une simplicité volontaire à même de retrouver un mode de vie propre à l’archétype de l’enfant ; c’est à dire avant « l’oubli » de ce qu’il est et du vrai Désir dont il est porteur.
La publicité (action sur le peuple) aussi tire son efficacité du mythe en rabâchant  des « messages  sidérants » . Elle est elle-même un véhicule inventif de mythologie contemporaine. Certaines marchandises deviennent d’ailleurs de véritables objets de culte : voitures, smartphones, parfums, « marques » semblent donner une « identité » à son possesseur.

 

La réalité historique et mythique de l’enfant

moloch et l'enfantL’observation de la réalité historique et mythique confronte  a la phase occulté de l’oppression du Vivant, particulièrement  dans l’expression de son innocence. L’enfant, depuis des temps reculés,  est  victime de pièges, ruses, manipulations, mensonges, dissimulation, exploitation,  privation, isolement, moquerie et bien pire encore, comme nous allons le voir.
Les scandales autour de la sexualité pédo-criminelle – et non pas pédophile qui signifie « ami des enfants » –   la sexualisation des enfants à l’école (appelée pudiquement « l’éducation sexuelle !) , les vaccinations morbides, la prostitution et la vente des enfants, le meurtre des fillettes nouveau-nées etc…ne sont que quelques exemples de perpétuation des crimes commis envers les Innocents, l’innocence.
Gilles de Rais n’a rien a envier à toute cette ignominie.
Il suffit d’un peu d’attention  pour se rendre compte que les mêmes mythes et les mêmes rituels continuent de nos jours, initiés par une « élite » qui  a la connaissance ésotérique et s’en sert pour hypnotiser et manipuler  les masses. Elle s’appuie   sur « l’inconscient collectif ».
Cette élite est devenue   le dieu Moloch-Baal,  forme-pensée consommatrice de souffrances. 

 

 Moloch, le Dieu  dévoreur d’enfants

 

Etymologie

molJe raccourcis l’histoire qui serait très longue. Chez les Cananéens et les Babyloniens  il y avait un rituel : le premier enfant d’une famille était sacrifié  à Moloch. Ces « premiers nés » étaient immolés vivants par le feu en  offrande au dieu  Moloch , afin que celui-ci   protège le peuple et lui donne l’abondance !!! 
Un dieu est un « égrégore », une forme-pensée qui existe par l’attention qu’on lui porte, alimenté par les émotions et pensées des gens. Pour employer un langage moderne, c’est l’équivalent d’un « cloud » dans lequel se trouve de l’information. La technologie informatique  ne fait que reproduire ce qui existe de manière invisible.
Moloch  s’appelle aussi Molech ou Baal  ou Bêl. Il est représenté  par  une sorte de bête à corne comme un taureau (le féminin  c’est la vache évidemment, tu vas voir plus loin). 
L’étymologie du nom de Moloch se rattache à la racine sémitique    « mlk » (melek en hébreu) ,qui signifie « régner, être roi ». 
Nous pouvons  constater que dans de nombreuses langues le mot « lait »  se traduit par  un mot  phonétiquement proche  des mots   Moloch ou MeLeK   comme : milch en allemand, milk en anglais,  maelj en danois, melk en néerlandais, mjolk en suèdois, et le pompon « moloko » en russe etc…moins apparent, mais dans les mots leche, latte, lait des langues latines, on retrouve la terminaison lech de Mo-lech.  Avec autant d’évidence, on ne peut croire au « hasard » n’est-ce pas  ?

 

Egrégore

 

Moloch  n’est donc pas une entité, mais un égrégore  « nourri »  par le système mercantile babylonien, qui doit toujours être alimenté par des « offrandes », des souffrances.  Ne nous demande t-on pas toujours plus d’efforts, de sacrifices  ? Au profit de ceux qui « règnent » ? On doit toujours  sacrifier des enfants, c’est à dire nos forces vives !
Beaucoup de personnes, croyant bien faire,  « travaillent » sur elles pour s’améliorer, perpétuant l’ ordre d’un dieu vengeur  : « tu « travailleras » à la sueur de ton front et tu enfanteras dans la douleur ». N’appelle t-on pas d’ailleurs « travail » le moment ou la femme accouche ?
Commenta alors avoir du goût à créer, puisque créer est une « mise au monde » ?

 

Dans le film Metropolis réalisé par Fritz Lang en 1927 une machine se transforme en une divinité monstrueuse, appelée Moloch, à laquelle les travailleurs infortunés sont sacrifiés.
Réfléchis à cela !

 

Maintenant, voyons la publicité dédié à Moloch-Baal

 

Regarde d’abord le clip et conscientise ton ressenti !

 

Moloch est ici représenté sous la forme femelle, vache.   Tiens ! mais d’où vient donc cette expression : « c’est vache », ‘il/elle est vache »  ? Certainement pas du tempérament pacifique des bovins !
Les mythes ont la vie dure, croyez-moi;  il faut être un peu observateur/trice pour les décoder et les voir, de nos jours, sous leur forme déguisées.
La musique  a un air de chanson indienne (allusion à Gau-tama la vache sacrée); c’est un remix de « Stayin’ Alive » des Bee Gees. (Rester vivant !)

 

La vache/Moloch  accorde l’abondance, la solidité des os, la protection,  à condition de lui faire allégeance, de consommer. De consommer ou de se consumer  dans les flammes de l’enfer de la consommation sur Terre ?
Notez que les enfants sont des « squelettes », des zombis . Est-ce étonnant ? Le message est clair ! J’ai toujours trouvé cette publicité  malsaine et mensongère, même avant d’en voir réellement la signification ésotérique.
Combien de publicités, sous une apparence superficielle hédoniste, avec musique, couleurs,  appel aux « bons sentiments », cachent des projets agonistes ? Parfois, sans doute en toute bonne foi de la part des exécutants (les agences publicitaires) eux-mêmes pris au piège et ignorants.
Ce clip induit que le lait de la mère de l’enfant n’est pas suffisant, tandis qu’on sépare aussi le veau de sa propre mère, pour le donner à l’enfant. Que des histoires de séparation et de douleurs, d’exploitation des animaux et des enfants; du vivant donc, des innocents.

La « laitgende » :  Moloch- Bêl

 

Il existe un fromage  appelé Babybel. Cette marque est la propriété du groupe agro-industriel Bel !!!
Il serait intéressant de savoir si les fondateurs de cette société Bel  étaient dans des loges maçonniques et donc initiés a des secrets occultes. Il n’y a pas de hasard aussi grand !
Le fromage fait encore une fois référence aux bébés  sacrifiés au dieu (odieux) Moloch-Bêl
Hasard ? certainement pas ! La pub parle clairement de « laitgende ». Toutes les tromperies sont sous nos yeux; elles se cachent dans l’évidence. 
Le groupe Bel a créé toutes une série de vidéos s’adressant aux enfants, si faciles à convaincre ! Il est bien sûr question de « héros » dans ces mini-films ! et de LAITGENDE !
Obscène ! quand on sait que le lait est une vacherie pour les os et qu’il provoque au contraire plus de dégâts que de bienfaits (voir l’ouvrage de Thierry Souccar  : « Lait, mensonges et propagande »)
Dans cette pub, on y parle de quête, de héros, de paradis, de terres légendaires !  Que des mensonges, des tromperies et des concepts réducteurs pour faire régresser les enfants. Plus on est idiot et plus on consomme ce qu’on nous dit de consommer.

 

 

De la douleur à la douceur, du sacrifice au pacte d’alliance.

 

mère et enfantComme je te le disais plus haut l’enfant est depuis toujours manipulé, exploité, exilé, utilisé.
Lever le voile du déni ( dont je parle dans la première partie de l’article)   est essentiel et salutaire pour considérer enfin ton enfant intérieur.  Il te revient de sauver ta vie, en étant ton propre parent.
On  nous a trop poser de leurres – par fictions interposées –  fait attendre des sauveurs extérieurs:  le Christ,  le gouvernement, l’argent, et toutes sortes de mirages qui débilisent l’Intelligence. 

 

Seule ta vérité, ta singularité  te sauvera,  seule ton authenticité te rendra inattaquable  (sens originel vache et veaud’authenticité). Seul ton bon sens pratique t’indiquera le chemin  du bonheur (raccourci de bon

 

ne humeur).
Tu peux remettre de l’ordre dans ton quotidien, dans ton monde, en faisant de nouveaux choix logiques, en accord avec la véritable abondance et la Fécondité. Tu dépends de la Mère Universelle que tu peux toi-même incarner.
Tu remettras ainsi toutes les mères à leurs vraies places et tous les enfants seront nourris et respectés. A commencer par le tien. La quête du bonheur est vaine dans un monde malheureux.

 

L‘enfant intérieur porte  le gène du pacte d’alliance avec le vivant;  lui seul est capable de régénérer talouve et son petit vie par  la joie et la plénitude.
Seul un changement dans la manière de traiter les enfants  et  tout ce qui est 
d’essence enfantine ( ce qui ne parle pas pour tromper)  et sensible  fera évoluer la société dans une direction plus humaine, en accord avec tout le vivant.
Les  dons innés de l’enfant pour la joie de vivre, la créativité, la libre expression sont une source d’inspiration pour le monde.
Seule l’innocence sauvera le monde ( c’est aussi le message de mon livre que tu peux recevoir : « Révélez la magie de votre Coeur d’Enfant dans le miroir des contes de fées « 
Laisse un commentaire si cet article t’a inspiré !

 

 

 

Leave a reply

CommentLuv badge