Mille et une nuits pour aider la vie à éclore

mille et une nuitsLe roi de Perse, Chahriar, est un jour invité par un autre sultan. Il part  en laissant son épouse, Dinah, seule au palais.

Celle-ci en profite pour le tromper  et lorsqu’il l’apprend, Chahriar la fait exécuter sur le champ pour cause d’adultère. (on voit bien là la haine des femmes dans toutes les religions ! bref, ce n’est pas dans l’histoire)

Prétendant que toutes les femmes sont perfides ( bah voyons , qu’est-ce que je disais !), il décide d’épouser chaque jour (« ils » ne peuvent pas s’en passer quand même…bizarre non ?) une vierge (!!!) qu’il fait exécuter au matin de la nuit de noces, pour se venger mais surtout, pour être certain de ne pas être une nouvelle fois trahi  (le pauvre !).

Shéhérazade, fille aînée du Grand Vizir, et aimée de tous, se porte alors volontaire pour faire cesser le massacre (état d’esprit du héros/héroïne), et met au point un habile stratagème (une stratégie de réussite) avec sa sœur cadette Dinarzade (on ne réussit jamais seul):

– « Ou bien je délivrerai les femmes de ce sort ou alors je périrai comme elles « , dit Shérazade à son père.

Je te supplie de ne pas exposer ta vie répondit-il !

–  il le faut !

–  j’ai bien peur qu’il ne t’arrive ce qui est arrivé à toutes les autres !

Mais elle avait pris sa décision et était déterminée à exécuter son plan : retarder la date de son exécution en  racontant au roi des histoires sans fin.

Shérazade avait lu d’innombrables livres dans son enfance.

Après son mariage, le soir venu, elle demande au roi comme dernière faveur avant de mourir

la permission de raconter   une histoire. Il accepte, il écoute, il est passionné.Quand vient l’aube, le conte n’est pas achevé.

Son époux veut alors tellement connaître la suite qu’il lui laisse la vie sauve pour une journée de plus.

Chaque nuit, Shéhérazade finit l’histoire de la veille et en commence une nouvelle en les reliant les unes aux autres.Pour connaître la fin de l’histoire, il faut qu’il attende la fin de la nuit suivante et ainsi de suite durant mille nuits.  Quel génie !

…et la mille et unième nuit  elle lui présente leur fils. Amoureux fou, abandonnant sa résolution il décide de garder Shéhérazade auprès de lui pour toujours, et reconnaît ses qualités de cœur et d’esprit.

(aparté : pourquoi faut-il que les femmes en fassent toujours des caisses pour être reconnues ?)

 

Le mari est sorti de son histoire sordide

 

mille et une nuitsShérazade est une lueur de conscience dans la nuit infinie du monde; elle  invente et raconte des contes pour tenir la mort à distance et la mort lui obéit,  se tient à distance jusqu’à s’effacer. Qu’est-ce qui tient à distance la mort, le néant, le chaos dans le palais de Shérazade  ?  une histoire, un récit qui, au-delà de ce qu’il raconte affirme une cohérence, suggère que notre présence ici-bas obéit à d’autres nécessités que celles que le monde nous impose.

Voilà pourquoi, depuis que nous sommes conscients d’être, nous racontons des histoires; nous traçons des chemins là où il n’y en avait pas et nous imposons des destinés là où il n’y avait que des hasards aveugles.

Ce conte raconte l’histoire d’une mère qui protège l’enfant qu’elle porte, pour qu’il puisse naître et c’est ainsi que sont nés tous les contes, non pas pour changer la vie mais pour l’aider à éclore.

Tu  trouves la paix et  ta valeur non pas en changeant les conditions de vie, mais en découvrant qui tu es en changeant les conditions de vie, en réalisant tes projets tes rêves; tu prends  conscience de qui tu es  sur un plan plus profond que l‘identité sociale. Tu as une histoire à raconter et à vivre, qui t’ empêche de t’ éteindre, de disparaître , de condamner ce que tu portes en ton sein.

L’expression de l’identité est favorisée par le défi, comme celui que relève Shérazade. Note que ce défi est universel, généreux, tourné vers le Bien Commun; elle transcende sa peur (l’ego) en sacrifiant (rendre sacré) sa vie à la cause des femmes.

Tu n’as pas à  te changer mais au contraire à amplifier , intégrer, développer qui tu es, comme l’a fait Shérazade. Elle a découvert son identité, sa souveraineté. Avec cette authenticité elle est puissante, inattaquable (sens du mot authenticité). Elle a créé une véritable alliance au principe masculin actif. Elle est elle-même devenue « active » tandis que le sultan apprenait la passivité (au sens positif d’écoute, de patience, de poésie, d’affectivité)

 

Epilogue

 

Si tu veux sortir d’une histoire sordide, tu peux le vivre en te passionnant pour la nouvelle histoire, ton histoire amoureuse secrète, jusqu’à ce que tu repousses l’ennui, ou la frustration, l’insatisfaction, la tristesse, enfin tout ce qui fait de ta vie une histoire morne pleine d’émotions négatives.

Tu peux faire de ton histoire une Légende en révélant ta véritable identité elle que le la décris dans le deux articles:

 

Une « Légende » n’est pas une histoire banale. c’et une histoire qui mérite d’être racontée et lue pour la postérité. Même si cela reste dans le cadre familial ou amical. Remplir une mission, c’est d’abord et avant tout vivre avec cet état d’esprit aventureux pour « découvrir » quelque chose, un trésor, et l’apporter à la communauté. C’est pour cette raison que j’ai dit : « devenir le Christophe Colomb de ton Identité ». Si tu crois qu’il faut d’abord que tu trouves ta mission, tu te trompes. Tu la trouveras si tu t’aventures…

Dis-moi dans les commentaires ce que tu as découvert ou redécouvert ou ce que tu aimerais découvrir ! Quelle Légende aimerais-tu raconter ?

Leave a reply

CommentLuv badge