Libérez l’Amour avec un Grand A dans l’ermitage du coeur

cendrillon20Nous avons en principe tous découvert que ce qui nous donne le plus grand bonheur est l’amour. Et pour la plupart des personnes,  vivre en couple est la forme d’amour la plus tangible et la plus élevée qu’ils connaissent et qu’ils désirent. Mais…

Des personnes disent qu’elles cherchent l’Amour … avec un Grand A ! Bien ! Tout le monde pense aussitôt relation homme/femme non ? Ces personnes  cherchent un alter ego qui va leur apporter  l’Amour ( sur un plateau ?). On ne sait pas toujours très bien ce que cache cette demande d’ amour avec un grand A ; c’est très flou. Mais aussi très fou. Quand celles et ceux  qui sont en quête d’amour avec un Grand A ( c’est peut être votre cas ?) sont célibataires, elles ou ils vivent souvent très mal ce célibat .  Aujourd’hui, beaucoup de nos contemporains sont célibataires et  en souffrent.

Comment remédier dès aujourd’hui à ce sentiment de solitude  et vivre  l’Amour avec un Grand A ?

Commençons par les lacunes à la base

Je ne vous apprends rien sans doute en vous disant que l’éducation classique ne nous apprend absolument pas à vivre, à aimer et à être heureux, en dehors de certaines situations tamponnées et communiquées largement par les médias. Et quand c’est différent alors ? qu’est-ce qu’on fait ?

C’est vrai qu’on apprend à vivre  en vivant, cependant un petit coup de pouce pour aller dans la bonne direction…ce serait sympa.

Nous pourrions définir le sentiment d’amour comme l’expérience suprême du contact avec la vie. .(Rolando Toro, créateur de la Biodanza)

Mais que faisait donc Louis XIV ?

Voilà une question vraiment  primordiale non ?

Est-ce si intéressant de savoirle roi

  • ce que faisait Louis XIV, avec son chapeau à plumes et sa perruque, dans son magnifique château payé par les impôts qui écrasaient le peuple ( tiens déjà ?),
  • comment Bonaparte a fait tuer des milliers de gens pour sa gloire personnelle  ( à l’époque pour jouer à la guerre, il n’y avait pas encore de jeu vidéo !),
  • la production d’électricité ou la capitale du Lichtenstein ( vous la connaissez ?)
  • comment manipuler les x,y et autres inconnus qui le resteront pour la plupart d’entre nous…

 

…alors et même surtout qu’on fait l’impasse  sur

  • le respect et l’amitié pour son voisin de table (ou si peu),
  • la magnificence des arbres,  la beauté des fleurs, la grâce des animaux,
  • l’utilité des émotions, des sentiments,des rêves
  • l’importance de l’alimentation et de la santé naturelle,
  • la foi en la vie et en soi
  • et je ne parle même pas de toutes ces connaissances subtiles liées à l’Être, enseignées par les Grandes Traditions,  et indispensables pour vivre une vie équilibrée entre  vie physique et vie de l’Esprit !

l'amour avec un grand ASoyons honnêtes, vers l’âge de 15 ans, un peu de philosophie est proposée, mais c’est généralement  présentée de manière ni passionnante, ni intégrée. Je ne me plains pas de ce côté là, j’ai eu un prof de philo qui bégayait, vous imaginez le sketch à chaque cours ! ça m’avait dégoûté de la philo…par compassion pour lui. Heureusement j’en ai retrouvé le goût bien plus tard.

Bref, du côté amour ( et pas que), à part papa/maman, on n’a pas appris grand chose quand on arrive à l’âge adulte et la société met la pression pour qu’on fasse « comme tout le monde » : se mettre en couple et constituer  une famille plus large. C’est à dire que l’on devienne des producteurs/consommateurs  efficaces qui vont faire augmenter le PNB. Pour résumer, on a eu beaucoup de théorie qui ne sert à pas grand chose – très peu d’exemple intéressant – et beaucoup de stimulations nuisibles à la relation au monde, aux autres, à la nature..

La panne assez

Certains ont cru qu’on avait la panacée (= le remède qui guérit tout) quand  des cours sur la sexualité sont devenus presque « obligatoires » dès la maternelle. On est passé de l’ignorance totale à la tech-nique ( c’est le bon mot assurément) pour mettre le préservatif comme il faut.

Je crois qu’au niveau instinct de reproduction, nous avons le quota  (7 milliards d’individus sur Terre !)    Je ne vais pas m’étendre sur le sujet.car, une fois , le mauvais chemin repéré, il faut prendre le bon, celui qui promeut la vie et la joie.

Pour moi, la Panacée serait plutôt d’apprendre très tôt, ou plutôt de ne pas désapprendre, notre interdépendance, non seulement entre être humains, mais  au Vivant, à la biodiversité. La connaissance scientifique de la Nature est bien insuffisante.. Nos communautés humaines sont retranchées du monde du vivant ( pour organiser la suprématie sur les autres espèces animales et végétales). Nous avons besoin d’ une conscience et une solidarité véritables entre l’humain et les autres espèces. Il y a un nouvel humanisme à inventer, qui intègre le autres espèces.

 

 

 

Pas de votre faute

On ne ferait pas une divinité de l’amour s’il n’opérait souvent des miracles. Abbé Prévost

Donc, ce n’est pas de votre faute, vous ne pouviez pas inventer l’eau chaude ( et moi non plus), vous n’avez eu, à la base,comme moi, que ce que vous ont montré vos parents ou éducateurs. Et en supposant que vous ayez eu, toujours comme moi, un exemple pas trop mauvais au sujet du couple, cela s’est peut être arrêté là.

Pour résumer, voilà le choix binaire d’un grand nombre de contemporains :

  • couple = amour.
  • Pas de couple = pas d’amour, solitude, désolation, déprime . Et surtout, surtout, surtout : confusion avec isolement, manque, abandon.

Alors quand ce couple disparait pour une raison ou une autre ( ou n’apparait jamais), vous pouvez vous sentir perdu(e) et accumuler les échecs amoureux ; pourquoi ? parce que  votre part d’âme veut vous apprendre « autre chose », que vous n’avez pas appris à l’école et peut être pas non plus à la maison.

Mais quoi ? Que veut-elle vous apprendre ?

coupleBien sûr, quand vous prenez conscience que vous n’êtes pas heureux,cela devient de votre responsabilité ( = recevoir vos réponses) ,, Quand  vous n’écoutez pas ce que votre âme veut vous apprendre de l’Amour.  Quand vous n’écoutez pas votre coeur.

Car cet amour avec un grand A n’est autre que l’énergie de l’Âme tout simplement ! Chacun ( ou au moins un bon nombre) sent bien qu’il a quelque chose en lui de plus grand que son petit moi. C’est un instinct de transcendance  et ce n’est pas mal, ni méchant ; ça ne mord pas un instinct. La transcendance est le sentiment de  lien avec le Tout et pas le fait d’un dieu ( unique en plus) éloigné , qu’il faut craindre ou adorer selon les circonstances. Non, on peut développer une intimité avec le Tout, le contacter en nous. A partir du coeur. Bien sûr, il est nécessaire de le réouvrir ce coeur, s’il se serre habituellement devant l’inconnu.

Face à soi-même

On peut tout fuir sauf sa conscience (Stefan Zweig)

Ce que vous n’avez probablement pas appris non plus,  c’est la solitude et le silence, pour entrer en soi, être en bonne relation avec son Soi, son Âme, son Coeur et écouter ce que nous avons à nous dire, à nous révéler ; ressentir notre plénitude, notre entièreté, et recevoir la Grâce.

. Cette lacune de solitude et de silence empêche de ressentir pas votre puissance d’être, votre liberté, votre capacité de choix, votre créativité. Car quand on n’est pas occupé à se plaindre d’être seul(e), à attendre l’Autre, à faire des reproches à l’Autre ou à prendre soin exclusivement d’un Autre  il arrive un moment ( si on ne prend pas de cachet pour cacher le mal- être ou si on ne se colle pas à la télé), je vous le donne en mille, que fait-on ?

On se tourne vers soi et même peut être  vers le Soi, cette partie  relié à Tout, au Tout et au Tout-Possible : la Conscience.

Et là ça devient intéressant car on libère l’Amour qui était enfermé au-dedans ; la carapace se fendille, le masque fond et notre Grand Manque délivre le Grand Amour de son sortilège. Le Vrai, celui que l’on peut offrir . C’est la connexion à la Source du Don qui rétablit en soi une très grande vitalité.

Le contrat d’Âme

L’homme solitaire pense seul et crée des nouvelles valeurs pour la communauté. (Albert Einstein)

Le couple n’est qu’un cas particulier dans lequel nous pouvons aussi déverser  l’amour depuis notre Source d’Abondance d’Amour.

Un cas particulier, important certes, mais un cas  d’amour « différencié », exclusif, focalisé sur une personne. Cela semble risqué à beaucoup, décourage les engagements. Et si vous vous cantonnez là, vous allez beaucoup souffrir ( ou vous anesthésier pour ne pas souffrir) et pas du tout remplir votre contrat d’âme.

En effet,   quand on « souffre » de solitude, c’est  l’ ego qui souhaite combler et oublier  son vide, se rassurer  avec un alter ego. Mais qu’est-ce que votre âme veut vous faire vivre ? Peut être veut-elle se manifester  davantage à votre conscient?

Dans ce cas, dans la solitude, vous avez davantage de chances ( je dis bien de chances) de vous trouver, de trouver votre mission d’âme, d’être inspiré(e), et le cas échéant, de rencontrer une âme soeur.

Un ego appelle un ego, une âme appelle une âme. logique non ? Oh ! les egos seront là quand même, c’est normal, mais ils seront au service des âmes.

Dites-moi dans les commentaires si vous ne voyez pas la logique de ma proposition !

Les clés du Royaume Amoureux

clé du royaume amoureuxLe malheur des hommes est de se demander quoi tirer de l’existence, au lieu de donner quelque chose à la vie.

Louis Pauwels

La solitude offre la clef de l’Être, de la vie intérieure et créative,  parce qu’elle est disponibilité et chemin d’apprentissage de l’amour. Pas de liberté de l’individu sans ce recueillement de la pensée, sans cet ermitage du coeur. A nouveau, ne confondez pas solitude avec isolement, manque, abandon ou rejet. Au contraire, voyez-le comme une disponibilité, une vacance.

Quand on n’a pas ce que l’on veut, la première chose sage à faire est de choisir ce que l’on a et de mettre de la conscience ensuite sur le sujet. Se poser la question : Quel est le plan divin pour moi? que contient mon coeur ? En principe, une fois qu’une facette non voulue de nous-même est accueillie,  l’autre facette apparait – selon quelques attitudes favorables, c’est vrai.

La solitude, une fois (re)choisie est loin d’être un enfermement, une pauvreté : Pourquoi tant de philosophes, d’artistes, de saints et de mystiques furent-ils de grands solitaires ? Quelle force, quelle inspiration puisèrent-ils dans une vie d’apparence austère  ?

Et pourquoi notre monde lutte-t-il avec tant d’ardeur contre un état propice à la connaissance de soi ? Je vous repose la question ! A qui profite le crime ?

Je ne prône pas l’austérité, l’abstinence, le célibat à tout crin, non, comprenez-moi bien ; je dis seulement que le célibat n’est pas une punition, une parenthèse, une exclusion ou toute autre situation détestable. Dans l’écologie de votre vie, elle a sa raison d’être. Plus vite vous le saurez, et plus vite, vous retrouverez la joie de vivre, qui elle-même pourra peut-être se partager à deux. Un bonheur est si vite arrivé.

Libérez l’amour de son carcan

L’amour c’est comme un papillon : il est hors de portée quand on le chasse, mais si on le laisse tranquille, il peut très bien venir se poser sur notre épaule. Nathaneil Hawthorne

Votre véritable identité amoureuse ne peut s’épanouir qu’entre 2 pôles.

  • la relation différenciée ; cela veut dire par choix selon vos conditionnements et l’affirmation de votre personnalité et vos attentes. La relation de couple en fait partie. Cette posture doit être modulée pour ne pas tourner au repli, à la souffrance, à l’égoïsme et à l’angoisse qui s’ensuit, par
  • la relation indifférenciée dans laquelle vous ne choisissez pas ; vous vous laissez porter par la vie, immergée dans le Tout et vous vous donnez aux situations. Vous contribuez à ce qui est  présent. Vous effacez votre volonté propre. Votre âme vous appelle à la compassion pour Tous les êtres, et au Don de Soi.

Ainsi, entre ces deux facettes de vous-même, vous conciliez votre personnalité et votre âme.

La haine de soi

C’est le devoir de chaque homme de rendre au monde au moins autant qu’il en a reçu. (Albert Einstein)

la haine de soiNotre monde s’est perdu et déséquilibré dans la relation différenciée, la volonté de la personnalité sans tenir compte du Tout. Cela engendre le racisme, le spécisme et bien d’autres sabotages et au final la Haine de soi. La haine des facettes de soi qui ne correspondent pas à nos attentes conditionnées.

Notre relation à la vie est devenue intransigeante et manipulatrice. Livres et séminaires  enseignent des méthodes pour  se focaliser sur nos pensées positives, nos buts et obtenir en un tour de main la réussite financière, la rencontre de l’âme/sœur et la santé en bonus.

Quelle tragédie ! quelle amputation de soi. Cela ne fabrique que de faux héros qui font dire ensuite que les contes de fées n’existent pas !

On vous apprend que vous pouvez obtenir tout ce que vous voulez immédiatement. La popularité de ces méthodes  est la preuve que notre culture pratique le « narcissisme psychologique » et  c’est devenu une véritable obsession névrotique.

La quête éperdue d’un alter ego est une secrète haine de soi. Un reniement de soi. La quête de l’autre qui pourra compenser, masquer cette haine là ? Mais à un moment donné, on retombe sur la haine de soi projetée sur l’autre ! Et là, c’est la cata !

Pour rééquilibrer et ressentir votre force, votre amour, donnez-le, offrez-le. C’est la manière la plus sûre pour vous, de ressentir qu’il existe.Vous êtes la source infinie qui ne peut pas se tarir. C’est avec Vous que vous allez vivre votre vie entière, ne l’oubliez pas. Mais je parle bien sûr d’un Vous profond, divin, pas du masque de surface.

A qui l’offrir ?

On ne possède vraiment que ce qu’on est capable de donner

(Abbé Pierre)

Les occasions ne manquent pas.

  •  Charité bien ordonné…d’abord, offrir de l’amour à vos projets, vos rêves, vos idéaux, les mettre en oeuvre.  Faire que votre vie devienne un sujet  de contemplation ( = amour) !
  • Offrir de l’attention,  à ceux qui semblent en manquer, s’ils l’acceptent bien sûr, sinon n’insistez pas.
  • Offrir des soins à vos plantes, à vos animaux, à des déshérités
  • nettoyer votre quartier, laisser des traces d’amour partout. Chez vous c’est partout, ce n’est pas limité à vos propriétés personnelles.
  • planter des arbres, des fleurs, recueillez des animaux abandonnés
  • considérez vos actions et demandez-vous pour chacune d’elles quelles sont leurs conséquences dans votre univers, dans le monde. Arrêtez celles qui ont pour conséquences la médiocrité, la souffrance, la mort, l’indifférence, la pollution, la saleté, la bêtise.Résultat d’images pour dalai lama et le moustique

En bref, cherchez à qui vous pourriez vous offrir, par des soins, des attentions, du respect, de la considération et vous n’allez pas être sans rien faire! Chaque action, même minime compte. Un pas de fourmi est parfois un pas de géant.

Vous avez compris, tout est à refaire non ?

Le monde est une toile laissé à notre imagination (Henry David Thoreau)

Aujourd’hui de nombreuses personnes se rendent compte de la nécessité de contribuer à soutenir la vie, à donner de l’amour, de la compassion. Un grand mouvement se lève ; de nombreuses associations se forment, des pétitions circulent pour les faibles, les sans-voix, les enfants, les animaux, les arbres..

Rentrez dans ce mouvement d’humanité, vous n’allez pas manquer d’amour, en le générant vous-même. Car, je vous le répète, l’Amour avec un Grand A ne fonctionne que dans ce sens là.

Quand vous réussissez une action, si humble soit-elle, vous êtes fier(e) de vous, plein(e) d’estime pour vous et de gratitude pour la vie qui vous a permis de vous connecter à la Source d’amour avec un Grand A !² Donc aussitôt il revient vers vous, sans attendre.C’est de l’instantané !

Voici une petite histoire d’Amour avec un Grand A…

Ci-dessous, l’ extrait d’un mail  reçu  il y a quelques jours …

« Il continue de venir manger  avec sa compagne !  je ne sais pas où il habite ? mais il doit être heureux . Il est libre et accompagné »
………………………………………………………………………………………………………………………….

Juillet dernier dans le sud-ouest. Le soleil est de plomb. L’air manque.

Derrière la vitre d’une laverie automatique, il fait péniblement les cents pas,  cherche une issue possible.  Aucune des 4 ou 5 personnes   ne lui porte la moindre attention, ne remarquent ses allers et retours incessants.  Il n’existe pas.  Pas un regard de pitié ou de compassion. Même pas de curiosité. Il est  facile de voir qu’il a soif, qu’il est blessé. Il boitille, chaque pas lui coûte.
Je rentre dans la laverie.
Il n’ oppose aucune résistance,   quand je l’ emporte…
Chez moi, je le place dans un carton fermé par une grille improvisée.

Il portait des restes de duvet s’échappant de son plumage. A cet âge là ils ne savent encore ni  manger ni boire seul. Je demande des graines à un voisin.. Je commence à l’embecquer  et l’abreuver.C’est un simple pigeon comme on en voit  dans les villes. Mais un être à part entière.
Comment s’était-il trouvé dans une situation pareille ? nul ne le saura jamais !

Comment aurais-je pu le laisser là, mourir de soif et d’épuisement, seul et désespéré ? Dehors, le trottoir, la rue, les voitures, la mort.

Il  fallait juste gérer l’urgence.Je voulais  le meilleur pour lui. Après une semaine de  régime reconstituant, il boitait moins et commençait à manger seul. Je connais une Dame qui élève  quelques poules heureuses. (la propriétaire de mon logement).

Je me suis dit :
« Ce serait bien pour cet oiseau qui a perdu sa famille », .
Céline  n’a pas hésité à venir le chercher et la Grande Aventure de la vie a commencé pour Piou Piou, (c’est ainsi qu’elle l’a nommé).

petite histoire d'amourIl a vécu son « adolescence » avec les poules ( je me suis laissée dire qu’il faisait  le coq dans la basse-cour et que les plumes volaient parfois)

Et puis un jour,  il n’est pas revenu dormir au bercail. Céline s’est un peu inquiétée… mais ouf, il est revenu manger régulièrement dans la mangeoire avec ses lourdaudes compagnes. Il avait trouvé son autonomie,  son domicile personnel.

Et maintenant ? il amène sa compagne au resto « Chez Céline » ! ( voir la photo plus bas)
Qui sait , un jour, il amènera  peut être sa petite famille ?

Grâce à une petite chaine de solidarité,  un petit être roucoule et vit heureux, libre et fier.

Les oiseaux sont les symboles de l’Âme. Vous pouvez cliquer sur les photos de Piou, Piou ; en principe, elles s’agrandissent. Si vous êtes en ville, cela vous donnera « un petit coup de frais »

Ne trouvez-vous pas que cette histoire ressemble à un conte de fées ?
Bien sûr que si n’est-ce pas !
Les contes sont tous des histoires semblables ;  cela s’appelle le monomythe:

  1.  La situation difficile, voire désespérée, l’impossible  du départ ( la blessure, l’abandon, la solitude de Pioupiou)
  2. -les épreuves à surmonter, la croissance, l’évolution (guérir, apprendre à manger dans un carton, vivre dans un monde inconnu, avec des poules)
  3. l’envol, l’autonomie, la quête du Graal
  4.  le retour, la fin heureuse, le mariage

 

petite histoire d'amourJe pourrais vous raconter les histoires de Polka, de Ugo, de Ludie, de Luna, de Petit Prince, de Clio, de Vénus, d’Amie, de Poupette, et d’autres dont je ne sais plus le nom, de plein d’autres oiseaux, hérissons, chiens, chats pour qui j’ai voulu un conte de fées. Depuis leurs blessures, leurs désespoirs, leurs abandons jusqu’au renouveau de la joie d’exister. Il y a toujours une solution !
Pourquoi les animaux n’auraient pas droit à leurs contes de fées d’ailleurs ?

Tous les êtres ont droit de vivre libres et heureux.Tous ont droit à une vie qui leur convienne selon leur nature. C’est ma vocation d’accompagner vers la régénération,  la révélation de l’ Être. Tous les Êtres. C’est ce qui régénère le mien…

Entre les animaux et les êtres humains, quelle différence ? Jean de la Fontaine en avait fait son affaire non ? Tous les êtres sans exception, aspirent au bonheur.

Nous pouvons tous Être des bénédictions les uns pour les autres ! Voilà l’Amour avec un Grand A. Il est sans limite, indifférencié et peut s’incarner partout, en tout temps. Il n’y a plus de place pour l’abandon, le rejet, l’isolement.

Ne « nourrissez » plus votre manque ; laissez couler votre source., elle deviendra une rivière qui rejoindra l’océan. Peut importe si cela prend du temps ou pas. Avant que l’on manque tous de cette Eau de la Vie. Beaucoup crèvent déjà de soif.

Et puis un jour quelqu’un vient nourrir votre faim, votre soif, votre solitude parce que Lui ou Elle  aussi a compris que l’Amour avec un Grand A, c’est celui que l’on donne.

Si cet article vous a plus, partagez-le !

L’histoire de PiouPiou, c’est aussi  la vôtre.
Au fond de vous se cache un être vulnérable, blessé,  peut-être abandonné, un enfant intérieur auquel personne ne fait attention…peut être même pas vous.Il suffit de peu, d’un regard bienveillant et votre histoire  pourrait devenir une Légende.
C’est à cela que je vous accompagne, dans le miroir magique des contes de fées
Alors, tel le Petit Poucet, avec des Bottes de Sept Lieux, vous pourriez sortir de la forêt et aller à la Cour du Roi.

3 comments on “Libérez l’Amour avec un Grand A dans l’ermitage du coeur

  1. Wasita

    Un magnifique article qui me redonne la foie, moi qui cherche l’amour et qui veut faire un bébé.

  2. pascal

    Bonjour, je viens de lire cet article sur les conseils d’un collègue.
    Je trouve que tout le monde devrait lire cet article qui donne un peu d’espoir aux coeurs seuls. Les contes de fées n’existent pas mais il faut reconnaître que la passion initiale peut y ressembler. Mais vous nous expliquez cela très bien. Merci pour tout cela. J’essaie souvent d’être précise dans mes calculs de compatibilités amoureuses mais j’en oublie souvent les fondamentaux du couple. C’est normal car les gens cherchent des information spécifiques.

    1. Elisandre

      Bonjour et merci pour votre commentaire. Je comprends que vous êtes astrologue ; je ne peux pas vous laisser dire que les contes de fées n’existent pas !D’une part parce qu’ils existent bel et bien ( vous les trouver dans les livres rapportés par les frères Grimm). D’autre part parce qu’ils sont issues des grands mythes de la mythologie gréco-latine et que celle-ci définit l’astrologie que vous pratiquez.C’est comme si je disais « l’astrologie n’existe pas ».

      Et en définitive parce que si depuis très longtemps des gens transmettent oralement ces histoires merveilleuses, c’est qu’elles ont un sens. Un sens spirituel certes et crypté. Il y a des raisons à cela. Ce qu’elle raconte est le théâtre de notre intériorité et on ne peut les comprendre que si on accepte qu’au-dedans de nous-même se jouent les drames dont ils témoignent.
      D’ailleurs un autre travers très commun est de considérer le conte à l’envers. D’ailleurs vous le dites très bien ; le début d’une relation amoureuse ressemble à un conte. Ce n’est pas le cas. C’est la fin du conte qui ressemble au début d’une relation amoureuse. Le conte, lui commence par un problème sérieux et l’histoire nous indique comment recevoir la Grâce, le miracle pour se problème. Et chaque conte donne des clés spécifiques pour cela.

      L’être humain est toujours prompt à dire que ce qu’il ne comprend pas ou ne connait pas, n’existe pas.Voyez là où cela nous a menés jusqu’ici.

      Merci encore de votre commentaire représentatif d’une manière de penser assez courante, qui me permet, succinctement bien sûr, de repositionner les contes pour ce qu’ils sont : des histoires de sagesse, des modèles de réussite très précieux permettant de révéler la Prophétie que chacun porte en soi.

Leave a reply

CommentLuv badge