Le Bouc fait son boucan

Dieu Pan On ne sait pas trop qui furent les parents du dieu Pan. Certains prétendent, tenez-vous bien, qu’il serait le fils du dieu Hermès et de la reine Pénélope, si, si, la fidèle épouse d’Ulysse.

Ou pire encore : Pan serait l’enfant issu de toutes les semences déposées dans le ventre de Pénélope par les prétendants au trône d’Ulysse.

Hum… l’image de Pénélope en prend un coup pour ceux qui en faisant l’égérie de la fidélité…

Ce sont de mauvaises langues, mais on ne sait comment  expliquer pourquoi ce bébé a des pieds de bouc, du pelage sur ses jambes et des cornes au front, et un tel appétit sexuel…

 

Quoiqu’il en soit, Hermès, l’un de ses pères supposés, l’accueillit fièrement, l’enveloppa dans une peau de lièvre et s’en fut le montrer aux grands dieux sur l’Olympe. Le bébé ouvre la bouche pour crier, mais il bêle, ce qui fait hurler de rire les dieux assemblés. Puis, comme le bébé bouc continue son boucan, les Olympiens décident que ça suffit, que le petit Pan est bruyant et souriant, mais qu’il faut le dégager.

 

La panique

 

Il fait du bruit. Il n’est pas le seul. Dionysos le Bruyant et Apollon l’Ebranleur en font également. Mais seul l’enfant aux pieds de bouc est capable de semer la panique.

Car panique vient de Pan. La panique est la peur qu’il inspire, une absolue défaite de la raison en rase campagne, dont le dernier témoignage attesté pendant une bataille concerne les Gaulois quand ils envahirent Delphes.

Pan sortit sa conque ( la conque est un mollusque dont le coquillage est utilisé comme instrument de musique à vent), souffla dedans et selon Pausanias (un voyageur de l’Antiquité), paniqués par le bruit des chevaux imaginaires, des troupeaux inventés et des taureaux inexistants, les Gaulois s’entre-tuèrent en plein sanctuaire de Delphes.

 

Le dieu de qui, de quoi ?

 

De qui est-il le dieu ? Des bergers, des troupeaux, de la fécondité. Pour qu’elle soit assurée et que les bêtes soient fécondes, Pan doit pouvoir copuler  à peu près tout le temps. Alors il traque les filles, les nymphes, les bergers, les chèvres, et quand il est seul, il ne peut pas s’arrêter.

Ce petit bouc divin n’est pas présentable !

Quand il cesse de copuler , Pan joue de sa flûte, la célèbre flûte de Pan.

panSelon certains, il courait derrière la nymphe Syrinx qui ne voulait pas de lui. Il la rattrapa. Syrinx demanda aux dieux de la changer en roseau, et les dieux l’exaucèrent. Triste et désolé, Pan coupa une gerbe de roseaux, tout ce qui restait de sa bien-aimée, et coupa les tiges à des hauteurs différentes en les collant les unes aux autres avec de la cire.

Ainsi, des amours ratées de Syrinx et de Pan, naquit la flûte qu’on appelle Syrinx ou flûte de Pan.

 

Alors Pan découvrit que la flûte de roseaux aidait l’étalon à saillir la jument, qu’elle pouvait faire pousser l’herbe, favoriser la lactation des femelles. Après quoi, aucune nymphe ne résista au charme de Syrinx qui, sous les lèvres de son amant cornu, s’était transformée en instrument à vent.

 

Je suis Pan ! Jupiter à genoux !

 

Personne n’a mieux parlé du dieu Pan que Victor Hugo dans un poème qui en fait un satyre inconvenant. Le dieu Hermès vient le prendre par l’oreille pour le traîner au tribunal des dieux. Mais le satyre devient immense, « des avrils tout en fleurs verdoyaient sur ses membres », « sa poitrine terrible était pleine d’étoiles » et le petit dieu bouc triomphe du roi des dieux.

« Place à tout ! Je suis Pan ! Jupiter, à genoux ! »

 

Ah, j’allais oublier. « Place à tout » bien sûr. Car en grec, Pan signifie « tout. »

 

 

Pan, le Tout Primordial

 

Ci-dessous un extrait de

« Sorcières et démons » de Édouard Brasey, publié par Pygmalion Éditions en 2000

Une lecture « éclairée » de la nature profonde de Pan… Bien différente de la vision pauvre qui tend à faire du diable un avatar de Pan…

 

Dieu des Cultes Pastoraux, Pan possède un corps à moitié humain et à moitié animal. Barbu, velu, cornu, il a des jambes de chèvre aux sabots fendus et des yeux rusés étirés sur les tempes.

 

pan et la chèvre

Pan et la chèvre

C’est un satyre à l’appétit sexuel démesuré, qui assaille indifféremment les nymphes et les jeunes garçons ; à défaut de proies, il se livre à l’onanisme, tant sa sexualité est exigeante. Il vit dans les forêts, et sa couleur est le vert.

Son nom, Pan, signifie « Tout », et le Grand Pan désigne le Grand Tout, l’énergie primordiale et féconde propre à l’univers et à la vie, dont l’expression peut être parfois anarchique et chaotique.

Il incarne la puissance des éléments de la nature, dont le déchaînement provoque une « peur-panique », signe de l’affolement des sens et de la raison qui saisit quiconque se trouve en contact avec ce dieu avide et désordonné, à notre ressemblance.

L’Eglise catholique romaine, on le comprend, n’a eu aucun mal à métamorphoser un pareil dieu en diable satanique, en bouc cornu des sabbats.

 

Il est l’ »Homme Vert », à savoir l’homme de chair incarné sur Terre, proche de l’état de nature, se régénérant chaque année au printemps jusqu’à ce que, à la fin des temps, il meure à lui-même, en quittant son enveloppe charnelle (symbolisée par le vert) pour  se fondre dans la claire lumière .

panPan, c’est avant tout le Dieu Vert, celui qui n’a jamais renié ses origines terriennes et sylvestres, c’est le Dieu Sauvage qui se couche au pied des arbres et comprend le langage des oiseaux.

C’est le Cornu, dont les deux cornes sont les antennes qui lui permettent de capter les messages du ciel. C’est le Magicien aux pieds agiles, qui souffle dans sa flûte et nous convie à danser autour d’un feu de joie.

Pan, c’est le pouvoir de l’enfance et du jeu, la force du rire, la soif de l’amour, la communion avec la nature immense et vierge. Pan, c’est la revanche de la campagne et des forêts sur les villes ; c’est l’état sauvage contre celui de civilisé ; c’est le monde de l’intuition et de l’ »éveil » s’opposant à celui de la raison ; c’est la magie contre la science. […]

Bien que pourchassé par l’Église de Rome, le sabbat des sorcières serait donc moins une hérésie satanique que la manifestation d’une religion pré-chrétienne, s’enracinant aussi bien dans l’Antiquité grecque et romaine que dans les anciens cultes celtiques et germaniques. La sorcière adorant le « diable », rival noir de Dieu, cacherait en réalité une authentique prêtresse de Pan et une adepte du panthéisme, pour laquelle tout est Dieu, car Dieu est partout, dans chaque objet et dans chaque être vivant. Le dieu Pan est partout : dans les hommes, les animaux, les arbres, les plantes, les pierres, le vent qui souffle dans le soir. Pan désigne la gloire de Dieu sur Terre. Car le dieu Pan affirme que Tout est Dieu.

Voilà bien une idée que je partage pleinement !

Et toi ?

Il y aurait beaucoup d’autres choses à dire sur la relation que les humains entretiennent avec cet archétype…

Si cet article t’a plu, laisse un commentaire !

Le Dieu Pan parle bien sûr d’une spiritualité incarnée ( c’est un dieu = un archétype), cette vidéo ci-dessous va t’intéresser. La voie initiatique du Héros des contes est une voie laïque d’évolution qui prend en compte tous les aspects de la nature.

 

Tu peux lire la suite de cet article en cliquant ici : le géant vert ou l’ange vert

 

 

2 comments on “Le Bouc fait son boucan

  1. Antoine G

    C’est plein d’amour ce que tu nous livres, Elisandre ! Et oui, je l’ai bien croisé vers chez moi !
    https://youtu.be/OgX57XG3UYI
    Le son est dégueulasse mais on peut louper quelques mots et le texte est dans la description. C’était à la dernière soiree Slam à Melun 77 pour Halloween 🙂 !

    Pan, c’est mon srab! et promis, lui et moi on va faire un tour à la Clinique du Dr Moreau à Bois le Roi 77, dont je me suis évadé et on va la r’nétour ! Faut arrêter avec ‘Marcher debout telle est la loi !’ à coup de médicaments !
    Fort, fier telle est MA loi et j’t’emmerde fils de p… !
    Cf « L’Ile du Docteur Moreau », film des années 70 ou 80 je crois où un savant fou tente de transmuter des Animaux en Hommes. Les animaux se rebellent. Même chose avec la Psychiatrie !!! Dont Pan est pour moi , peut-être le Saint Patron des ‘Malades’.

    Pardon pour la longueur 🙂

    Merci Élisandre ✌!

    1. Elisandre

      Merci Antoine pour ton commentaire, sûrement que pour Halloween c’est très pertinent !

Leave a reply

CommentLuv badge