Laissez venir à moi les petits enfants…

640L’être humain a toujours pensé que pour être humble, il fallait se laisser marcher sur les pieds, subir des mortifications…Ces concepts ont été enseignés par les dogmes religieux et le sont toujours.

Les dogmes politiques et économiques ont pris le relais sans vergogne !

L’humain (individuellement) pense  qu’il ne doit jamais se prétendre bon ou quoique ce soit qui pourrait parler de sa propre valeur, de son essence, même de sa propre identité.

Il lui est donc difficile de créer de manière originale car ce serait affirmer qui il est, de manière unique.

Pour que ces notions de soumission ( sous-mission)  soient bien ancrées en lui,  dès son plus jeune âge, à l’instar des jeunes éléphants dont on brise la volonté violemment pour en faire des esclaves, les parents,  et les adultes en charge de son éducation,  brisent les rêves de leurs enfants pour les faire « coller » au système qui attend d’eux qu’ils deviennent de bons citoyens, de bons soldats obéissants, de bons contribuables et des consommateurs sous hypnose. Ils ne veulent pas avoir honte de leurs enfants ! Ils ne veulent pas que leurs enfants réveillent leur propre honte, car il ne s’agit bien sûr que d’une trans-mission aveugle et sourde.

 

La fausse humilité

 

Paradoxalement, au niveau collectif, il  est enseigné à l’humain, dès son plus jeune âge qu’il est le maître absolu de la la planète, que seule son espèce est importante  sur cette terre. Et même qu’il est seul dans l’univers !  Le « reste », subalterne,  n’est là que pour le servir et lui permettre d’exercer son pouvoir, sa suprématie. Il est séparé du cosmos, séparé des autres, et de lui-même. C’est vraiment la chute du paradis.

 

Ce qu’on lui demande est donc une fausse humilité basée sur la honte de soi (fausse identité),  et la culpabilité s’il ose franchir les limites désignées;  tout en attendant de lui qu’il participe à la destruction du monde.

Cette contradiction, le conflit que cette situation  impose  met l’être humain extrêmement mal à l’aise  ! mais il n’a pas toujours conscience de l’origine du malaise.

Jusqu’à ce qu’il commence à s’éveiller et là il lui faudra du courage. Le courage est la qualité yang du coeur qui tranche avec ce qui  empêche d’être soi-même. Autrement dit d’être vivant.

 

L’humilité profonde

 

Il faut ouvrir son esprit à l’humilité profonde et non à celle – perverse- qui consiste à nier qui on est au profit de ce que l’on attend qu’on soit.

 

 Le Royaume de Dieu est à ceux qui leur ressemblent

 

aissez venir à moi les petits enfantsEvangile selon  Marc

Des gens présentaient à Jésus des enfants pour qu’il pose la main sur eux; mais les disciples les écartèrent vivement.

Voyant cela, Jésus se fâcha et leur dit:

« Laissez les enfants venir à moi, ne les empêchez pas, car le royaume de Dieu est à ceux qui leur ressemblent.  Je vous le dis : celui qui n’accueille pas le royaume de Dieu à la manière d’un enfant n’y entrera pas. »
Il les embrassait et les bénissait en leur imposant les mains.

 

C’est dans cet état d’esprit que j’ai nommé ce blog le Royaume Amoureux ( pour le royaume de Dieu) Dépoussiérez le mot dieu évidemment des scories des dogmes de toutes sortes.

Si je me sers des contes de fées pour accompagner les personnes à réactualiser leur conscience, c’est parce que ceux-ci sont exempts de tout dogme et permettent de relancer sa propre imagination,  et de ré-écrire sa propre histoire selon son voeu profond, sa vocation, sa raison d’être.

 

Dans cette histoire, nous voyons bien les apôtres qui écartent les enfants; c’est ainsi que nous faisons quand nous abandonnons notre enfant intérieur, en l’accusant de nous gêner,  dans notre progression vers l’âge adulte qui fera  de nous des homo sapiens/demens, comme le dit  Edgar Morin,  des automates déterminés par la machine sociale.

 

Jésus ne parle pas seulement des vrais enfants mais bien de l’humilité et l’innocence qui sont en chacun de nous, des qualités qui caractérisent l’enfant, avant qu’il ne soit  détourné de lui-même et  ne devienne imbu de sa persona.

 

L’humilité, c’est redevenir humain

 

La fausse humilité pousse les humains à devenir des sous-humains ou des surhumains.

  • Pour pallier à la honte de soi, certains ne déploieront jamais leurs ailes et ne dévoileront que peu leur prédispositions, renforçant ainsi leur honte d’être qui ils sont et vivront une vie de frustrations perpétuelles. L’enfant en eux ne s’épanouira pas, restera caché, de peur de déranger. Ils se vivront comme inférieurs.

  • D’autres, pour être parfaits, selon des critères familiaux, sociaux ou religieux exigeront d’eux-mêmes ( de leur enfant intérieur) des tâches impossibles. Pétris de culpabilité, ils tenteront de devenir « surhumains », refouleront les émotions dont ils ont honte au fond d’eux pour devenir saints !

 

hum !

Trouve un juste milieu!

 

Les mots humain et humilité sont de même racine étymologique. et ramènent à « humus », la terre. Nous sommes des esprits incarnés dans un corps de chair, sensible, fort et vulnérable à la fois, pour vivre une expérience proche de la terre. Ni sous-humains, ni surhumains, accueillons notre vulnérabilité, protégeons notre Enfant Intérieur.

Faisons respecter la vie, la nôtre et sous toutes ses formes.

Si tu as aimé l’article like-le !

 

 

One comment on “Laissez venir à moi les petits enfants…

  1. Gaby

    Redevenir un enfant (en quelque sorte) pour accomplir ses rêves. J’aime le concept !

Leave a reply

CommentLuv badge