La peur de la peur… de vivre l’ Aventure de ta Vie ?

Cet article est préliminaire à un webinaire offert le 21 mars à 19h30 sur « les caractéristiques de la mission de vie » et

tu peux t’y inscrire en cliquant ici

C’est bien évident que la peur de la peur empêche de vivre une vie alignée avec tes valeurs profondes et originelles; ta mission

Si tu intègres le contenu de cet article, tu vas gagner 10 ans de thérapie et/ou d’ennui et faire de ton histoire une Aventure passionnante.

Ce que tu appelles « peur » n’est pas ce que tu as crû jusqu’à présent : quelque chose à éradiquer pour avancer vers ton but ou réaliser ton rêve, vivre ta mission.

 

« Il n’y a qu’une façon d’apprendre, c’est par l’action. ( Paulo Coelho)

Je te propose de connaitre la peur plus intimement et d’en faire un potentiel  !

La psychologie actuelle croit aux vertus d’un « égo fort », en se trompant de cible.  L’égo, c’est la sensation qu’on est mortel, c’est ce qui en nous refuse la fin, le choix, l’erreur, l’échec; ce qui veut être éternel mais ne le sera jamais : les formes physiques ( ou vues comme telles) .

L’ego « sain » a une sagesse liée à notre  corps physique. Dès que l’on contrarie cette sagesse, il y a pathos. Quand il s’agit de réaliser ses objectifs, la peur est toujours dans le collimateur, à tord.

D’où toutes ces tentatives, pour contrecarrer la peur,  d’augmenter la « confiance en soi », l’estime de soi, l’assertivité etc…comme des « fins en soi » pour en « finir » avec la peur. Pour moi, c’est prendre le problème complètement à l’envers. C’est amplifier le conflit et la résistance au progrès.

Dans le développement personnel », on parle de dépasser sa peur, de vaincre sa peur, de surmonter sa peur etc…

C’est le même principe que l’allopathie qui lutte « contre » la maladie.

J’entends parfois dire « j’ai encore des peurs »…

Heureusement !

A l’inverse, certaines personnes parlent de peur de façon possessive : ma peur, mes peurs, j’ai des peurs ..et stigmatisent des sensations de manière pathologiques..

.

L’ego qui veut contrôler l’ego

 

Cela donne des tentatives infruc- tueuses de ne plus avoir peur et  devient la peur de la peur. Je connais des personnes qui essaient de lutter contre leur peurs depuis des années sans résultats évidemment. C’est la racine de tous les sabotages. Ne plus avoir peur c’est vouloir tuer l’ego, comme dans certaines « spiritualités ».

 

Mais qu’est-ce qui cherche à maitriser l’égo c’est l’égo !

 

La peur et l’homéostasie :

 

L’homéostasie est un processus physiologique naturel de régulation, par lequel l’organisme maintient

  • les différentes constantes du milieu intérieur  entre les limites des valeurs normales,

  • et en passant au niveau d’organisation supérieur, une régulation généralisée, celle de l’organisme entier à l’égard de son milieu extérieur, dans l’environnement.

L’homéostasie est la caractéristique d’un écosystème qui résiste aux changements (perturbations) pour conserver un état d’équilibre.

 

La peur fait partie du processus homéostatique et est d’abord une sensation physique qui se manifeste par différents symptômes  ( à des degrés divers, comme léger trouble, trac, frémissement, papillons dans le ventre ou plus important comme palpitaions, sueurs, tremblements), avertissant  qu’une situation inconnue survient ou va survenir et prépare l’organisme à la vivre.

Je dis bien : prépare l’organisme à la vivre.

Donc il faut la vivre !

Si ce n’est pas le cas…à terme, le cerveau devra utiliser la stratégie de survie.

Tu  comprends la différence entre vivre pleinement la vie comme une aventure et survivre ?

 .

 

La stratégie de survie du cerveau

 

La « peur de »...ne peut entrainer dans ces conditions (parce qu’elle ne disparait pas)  que l’objet même de la peur.

Pourquoi et comment ?

En effet,  si la peur perdurait, elle constituerait un réel danger pour la survie de celui qui en est habité (stress prolongé) .

  • Du fait que toute l’attention du sujet est centrée sur la peur, il ne peut plus voir d’où vient le danger réel.

  • Le stress intense, de plus, dépense une grande énergie, épuise tout l’organisme et empêche les fonctions vitales.

L’objet de cette peur constitue donc la seule solution trouvée par le cerveau pour la résoudre. Il provoque donc l’objet de la peur. Tout simplement parce que le cerveau n’a pas encore établi les voies neuronales qui correspondent à des nouveaux comportements.

Alors il faut tout simplement s’entrainer.

 

Par exemple, si tu as peur de manquer d’argent et que tu ne trouves pas de solution créative, tu vas te trouver en situation de manque pour résoudre ta peur ( parce que son maintien deviendrait dangereux). C’est la stratégie de survie  du cerveau, si tu ne passes par les commandes à l’intelligence préfrontale, pour utiliser l’énergie que tu appelles « peur » de manière créative, dans le prolongement du signal de sagesse que tu as reçu.

 

Chaque fois que nous avons peur alors même que notre vie n’est pas en danger, ce ne sont pas les faits qui sont en cause, mais seulement une pensée automatique conditionnée, avec laquelle notre intelligence, la sagesse corporelle,  n’est pas d’accord.

 

La peur est ton amie

 

courage, témérité, lâcheté

Triangle vertueux du courage

Donc, la peur entretenue de manière chronique ( par toi-même ou un environnement malsain est dangereuse) car elle te met en état de stress.

Sinon, elle est ton amie ; elle te prévient que tu vas être « altéré », troublé et met tes systèmes en éveil pour agir de manière nouvelle et créer des nouvelles connexions synaptiques, augmenter tes ressources en fait.

C’est un premier pas pour préparer ton cerveau à décoder des pensées inspirées, à innover.

La véritable confiance s’acquiert dans l’action, dans l’expérience. C’est une fiabilité , une fluidité qui s’installe, qui relève d’un entrainement et d’un renforcement du système nerveux.

On pourrait dire que plus tu fuis les situations qui déclenchent des réactions instinctives naturelles et plus tu perds tes capacités naturelles.

Le courage ( l’action du coeur) se ressent simultanément à  la peur. C’est là où tu as peur que tu dois aller ; c’est la nouveauté qui te guide vers le renouvellement de tes ressources.

Il va sans dire que tu dois « doser » tes approches de la nouveauté et garder un certain discernement. Il n’est pas question de devenir « téméraire » et d’agir sans considération.

 

Pour réaliser ta mission originelle, la peur fabriquée de la peur n’est pas ton amie

 

Inscris-toi à un  court webinaire offert le mercredi 21 mars à 19h30

Sujet :

Mission dé-mission Quelles caractéristiques d’une mission de vie ?

 

Leave a reply

CommentLuv badge