Dieu versus Vide. Un étrange anagramme !

Lettre_VSavez-vous que les 2 mots dieu et vide sont des anagrammes ? Intéressant n’est-ce pas ? Oui parce que Le U latin  est une évolution ou bien un changement de la lettre V qui descend de la lettre Y. L’U a été formé simplement en arrondissant la partie inférieure du V. L’U n’a eu une valeur phonétique précise qu’à une époque très moderne. Les deux lettres V et U ont toujours été employées, pendant l’Antiquité et le Moyen âge, indifféremment l’une pour l’autre, pour représenter le son consonne V ou le son voyelle U (= ou). Beaucoup de sens nous échappe parce qu’on a perdu l’histoire des mots, des sons, des signes. Nous sommes  alors incapables de faire des liens, l’unité entre les choses, les êtres, les signifiants. A noter que les lettres U,V et Y sont toutes des vases, des formes réceptrices. On peut y a jouter le « double V », W qui se prononce en anglais comme le U(ou)  ou comme le V en allemand. Alors des vases vides ou pleins ?
Qu’est-ce qui se cache derrière cet anagramme ?  Est-ce par hasard ? mais ce qu’on nomme hasard est  ignorance !  c’est une chose qui est susceptible d’interpeller en tous cas.  En quoi cela est-il signifiant pour les relations ?
: Si l’on me demandait qu’elle est la plus grande menace de tout le XXème siècle, …..je ne trouverai rien d’autre à dire que : l’homme a oublié Dieu » a déclaré  l’écrivain Alexandre Soljenitsyne

Remplir le vide pour le nier ?

 

Beaucoup de personnes me disent se sentir vides et entretenir des relations « indésirables » pour  combler le vide, la peur de la solitude. Cette manière de faire n’est pas éloignée de la peur de l’engagement au sujet de laquelle vous pouvez lire mes 2 précédents articles. En effet la peur de l’engagement est la peur de l’intimité avec l’autre, donc avec soi-même. La peur de l’intimité tout court, c’est à dire l’intériorité. C’est le vertige devant le vide. Le vertige devant dieu.
Je ne me réclame d’aucune chapelle ( bien que j’adore les visiter !) Pour qu’il n’y ait pas d’amalgame avec une quelconque religion, ou dogme d’aucune sorte, je place en synonyme de dieu, la lumière, la force cosmique, l’intelligence universelle, la liberté, la Vie  qui anime tout ce qui existe et en fait une création
Les nombreuses personnes « vides » (accros à toutes sortes de compensations) essaient bien sûr de se « remplir » de différentes façons, parfois « tragiquement ». Cette sensation fait aujourd’hui les choux gras de la « société de consommation » après avoir fait ceux de la « religion ».

 

Les relations dites amoureuses sont dans de nombreux cas des moyens de fuir le vide intérieur que l’on appelle alors « solitude ». la recherche d’un partenaire est motivée par la peur, et toute forme d’amour en est bien absente. Le retour de la souffrance émotionnelle, une fois le temps de la fascination (l’illusion que l’autre va combler nos besoins démesurés) passée est une raison de rompre et de chercher un nouveau partenaire.
Tant qu’on n’a pas fait face à sa/ses peurs personnelles cachées dans l’ombre, tant qu’on ne s’est pas « rectifié », rien de nouveau sous le soleil, sinon la répétition de la même addiction. Dépendance affective, peur, vide sont des compagnons solidaires de l’ombre,  à accepter avant de vouloir réussir (un mot qui signifie ressortir, changer son sort, rencontrer sa chance, se rencontrer)

 

Le désenchantement du monde

 Il y a dans le cœur de chaque homme un vide en forme de Dieu, et nul autre que Lui ne peut le combler. » Blaise Pascal
fractaleL’humanité a  situé Dieu, l’Infini, le Tout-Puissant, le Tout-Possible à l’extérieur de lui-même, au-delà. Cet « infini » là est inimaginable, incompréhensible car notre perception est limitée par nos sens.  L’Homme ne croit plus guère aujourd’hui à ce dieu extérieur des religions, du moins dans nos sociétés occidentales. « Dieu est mort » nous a dit Nietsche.
Cela signifie que la foi est devenue une affaire privée, qu’elle ne fonctionne plus comme principe structurant l’existence personnelle et collective. Mais entre les deux, c’est le gouffre du vide qui est apparu. En deuil de la quête de l’absolu, le monde est « désenchanté ».

 

la nécessité de l’absolu est « remplacé » par celle des objets et des moyens matériels, des moyens de consommation  :  la technologie, la science, l’argent sont devenues d’autres idoles.
 L’adoration de l’antique veau d’or a trouvé une nouvelle et impitoyable version dans le fétichisme de l’argent et dans la dictature de l’économie sans visage » a déclaré récemment  le pape François.

 

Les vies humaines  sont sacrifiées sur l’autel  du profit. Les vies humaines et les autres vie, la Vie.  C’est juste pour remplir le vide mais cela ne fonctionne pas.
Alors que nous avons tout au niveau matériel, nous sommes tristes et insatisfaits à l’intérieur : il nous manque quelque chose… Que refoulons-nous ?

 

Un vide à combler ? : le malaise existentiel

 

Le réductionnisme matérialiste » empêche la foi en ce qui est caché dans le secret de notre être, annihile le sujet, l’être intérieur au profit de l’avoir extérieur.  C’est  la perversion  des valeurs ( la version du père, du patriarcat).
Alors vient la sensation de vide de soi-même et toutes les interrogations sur soi : celles que l’on nomme la « confiance en soi », » l’estime de soi » que l’on tente de « jauger ». Je veux bien … mais quand ces concepts s’appuient sur la personnalité  uniquement, ils s’appuient toujours sur la sensation de  vide…L’infini ne peut naître du fini, du mortel. l’infini est nécessaire mais impossible, aussi tous les finis existent, mais il faut choisir ceux qui nous sont utiles.

 

La matière laisse penser qu’il s’agit de la porte vers autre chose… qu’ il ne s’agit que d’une étape, d’un moyen – non d’une fin, d’un but.

 

Un des grands problèmes de l’homme est de  prendre conscience qu’il y a en lui un vide et des désirs profonds, très souvent inexplicables, à satisfaire. C’est quelque chose qui le mine et le frustre et c’est normal, c’est la condition humaine.  On peut nier Dieu, cet absolu nécessaire ; cependant il n’en demeure pas moins qu’on réalise qu’il manque quelque chose.
Pour fuir cette réalité frustrante beaucoup  s’adonnent à la drogue, à un tourbillon d’activités, de distractions . La frustration est un côté vulnérable de l’être humain facilement manipulable et bien exploité.

 

Un désir d’absolu

 

Le malaise existentiel de l’homme moderne.  se résume en quatre mots : il nous manque Dieu ! Malgré notre déni de façade,  le refoulement que font nos sociétés occidentales, l’homme reste toujours habité par un désir d’absolu, le désir d’un monde meilleur. Il aspire à connaître Dieu,  parce qu’il s’agit d’un besoin profond de sa nature,  constitutif de son être. Un instinct de transcendance existe en l’Homme, le besoin de se dépasser et de partager, de recréer l’Univers en lui. D’aller VERS  l’UNI qu’il doit construire pas à pas mais n’atteindra jamais.
Il faut  passer par le vide de la matière pour entrer dans le plein de l’Esprit.

 

Du vide à Dieu

L’évolution normale de la pensée consiste à aller du vide à Dieu (Victor Hugo)
Comment  transmuter le vide en « comblé »? La transition peut être collectivement un peu difficile car c’est  la naissance d’une nouvelle société, d’un nouveau paradigme culturel.
Tandis que  nous assistons sur un plan éthique à l’effondrement des valeurs transcendantes intégratives, ..la physique reprend l’idée d’un champ unifié et les réhabilite.
Nassim Haramein physicien pionnier apporte enfin l’évidence scientifique que « Tout est relié », comme l’ont affirmé depuis la nuit des temps,  les penseurs spirituels universels les plus avancés.
système fractaleDepuis 100 ans affirme Nassim Haramein, on a découvert que le vide n’est pas vide du tout ; c’est de l’énergie. Nous sommes inclus dans un système fractale.Une fractale désigne une forme (comme la fougère l’illustre bien) dont l’aspect ne change pas quelle que soit l’échelle à laquelle on observe celle-ci. Dans notre vie quotidienne cela signifie que notre monde intérieur est similaire à l’extérieur : l’univers est en nous en quelque sorte. C’est vers ce monde intérieur qu’il faut se tourner et l’exprimer vers l’extérieur, le connaitre,  le faire sortir de l’ombre, « traverser » les mécanismes de peurs irrationnelles qui envahissent le psychisme et bloquent le mouvement de l’évolution de la  vie.

 

C’est donc à partir de notre intimité que nous sommes capables de ressentir le lien avec le Tout . La base de notre relation avec l’Univers est que chaque point, chaque être possède l’information de tout l’univers. Il est l’univers. C’est beaucoup plus facile de ressentir le mouvement vers  l’infini en allant vers l’infiniment petit, en nous, car nous le contenons. L’infiniment grand génère l’angoisse et le sentiment d’inaccessibilité.
C’est ce mauvais sens qui génère la sensation de vide : la mauvaise direction. La perversion de l’Être vers le paraître.

 

Dieu est ce vide dans lequel tout peut exister !

 

La rupture affective est souvent une bonne chose quand on n’a pas encore trouver la direction vers ses forces intimes ; elle intervient car il y a nécessité de sevrage de la dépendance affective, et  il faut accueillir  la rupture avec l’extérieur. Ensuite accueillir toutes les illusions et les  croyances en le vide anxyogène ;  les transmuter non plus en croyance en l’existence de Dieu mais dans le fait de vivre une relation personnelle avec Lui, de tendre vers ..
Dans la relation à l’Autre j ‘ai la possibilité de faire jaillir ma source divine, le plus-que-moi-même. L’Autre fait que je sens le lien  en moi ; il en est le miroir mais pas le pourvoyeur, comme on le croit.
C’est ce qui m’est arrivé il y a bien longtemps alors que j’étais dans une terrible dépendance affective, assimilant l’autre à un véritable Dieu.
Courage, c’est une oeuvre de longue haleine  ! mais commencez maintenant !
Merci de liker l’article s’il vous a plu.

4 comments on “Dieu versus Vide. Un étrange anagramme !

    1. Faivre Geneviève

      Tout est parfaitement développé dans tes mots Elisabeth: OUI, quand se vit l’expérience de l’indivuation, la conscience est éclairée de l’intérieur et illumine notre perception du monde, ce n’est plus de croyance qu’il s’agit mais d’une évidente co-naissance du TOUT qui EST UN et MULTIPLE
      Citation d’Yvan AMAR:  » le TOUT répond de chaque partie et chaque partie répond tu TOUT »

      MERCI Elisabeth de ce partage

      Geneviève

  1. Julie

    Merci pour l’article qui me fourni énormément d’information. J’en pert tout mon alphabet
    Toujours un plaisir de trouver enfin ce que l’on cherche. 🙂

  2. Pingback: Enigme : l'immense orgueil de l'humilité | Le Royaume Amoureux d'Elisandre

Leave a reply

CommentLuv badge