Crois-tu savoir ce qu’est la sexualité ?

plaisir sexualitéJe te préviens, cet article est décapant.

Comme beaucoup de personnes, tu crois peut être que pour changer la qualité de ta vie, il te faut beaucoup d’argent. Tout te pousse à croire cela. Il n’y a qu’à voir sur internet le nombre de propositions pour gagner plus d’argent et trouver sa « liberté financière ». Mais cela n’a jamais été vrai. Comprend bien que je ne veux pas nier l’utilité de l’argent comme moyen d’échange et son côté pratique pour  fixer les modalités de l’échange de valeurs ; cependant  le moyen est souvent confondu avec le véritable objectif  qui est  le désir de vivre pleinement , le plaisir de vivre pleinement, c’est à dire corps et âme. C’est bien le plaisir de vivre sa vraie vie qui rend  heureux, qui fait vibrer ? Il faut éliminer le voile de toutes sortes de « conditions ». Du style, je serai heureux(se) quand :

  • je serai riche
  •  je serai en couple
  • j’aurai plus « confiance en moi »
  • j’aurai une plus belle voiture…etc…

Il existe  d’autres « pouvoirs » que celui de l’argent.

Et surtout des pouvoirs,  dont on  dispose  de manière intrinsèque. Je veux parler à nouveau du pouvoir des mots. C’est à dire du pouvoir de «  penser par soi-même ».  De la pensée inspirée. De la capacité de juger  du sens en général et de celle de comprendre ( prendre avec soi)  les mots. De les utiliser sciemment. C’est ainsi que tu peux enrichir ta  vision, ta capacité d’émerveillement et donc ton bonheur. Tu peux aussi amplifier ton intelligence et ton sentiment. et agir en fonction de cela.  

 

Va lire  « jugeons ce qui est, un point c’est tout !   Tu trouveras à la fin de l’article précité une vidéo très pertinente pour comprendre comment tu es manipulé(e), et coupé(e) de ton authenticité,  par le rétrécissement sémantique ou la déviation  des mots.

 

Un mot dans le collimateur : sexualité

Penchons-nous aujourd’hui (te fais pas un lumbago quand même !)  sur le mot « sexualité » pour le sortir du véritable viol des corps et des consciences dont il fait l’objet desexualité manière frappante, plus que jamais. Tu peux penser que j’exagère, mais si tu prends le temps de réfléchir, tu ressentiras que ce n’est pas le cas.

La dite sexualité est  un sujet (que l’on croyait tabou) et qui  à l’inverse, est jeté « hors du temple », c’est à dire profané. Si tu suis un tantinet l’actualité (même si comme moi tu n’as plus la télé depuis Mathusalem), tu n’as pas pu manquer le fait que le pouvoir politique veut « déverser  de l’info sur le sexe »  à l’école, dès la plus tendre enfance, c’est à dire la maternelle!

Bien sûr, à la manière dont les médias font la publicité, avec des images chocs, des vidéos .  Pas dans la dentelle. Dentelle ou pas, ce n’est pas le rôle de l’école. Ni à la maternelle ni plus tard. Connaitre la morphologie du corps humain en cours de science oui, mais cela doit s’arrêter là.

Rien que le terme  « maternelle » devrait faire comprendre que c’est un endroit où il faudrait continuer de « materner » les enfants, puisque leurs parents doivent aller travailler pour « gagner leur vie » en la perdant parfois…euh… souvent.

La manipulation publicitaire

La publicité à laquelle les enfants sont exposés dès le plus jeune âge les prépare  à être des consommateurs actifs et obéissants. Cette « éducation sexuelle » précoce à la maternelle a t-elle pour but de les préparer à se prostituer un peu plus de toutes les façons (se vendre pour  de l’argent).  N’est-ce pas déjà suffisant ? La réponse, tu la connais déjà, alors réagis !

Nous prépare t-on à la pratique  « pédophile » ? Sera t-elle admise comme faisant partie de la nature humaine, comme « l’homosexualité  » ?

Il suffit que quelque chose soit « reconnue par le plus grand nombre » et on l’admet  comme « naturel ». On lui trouve toutes les explications ou on ne cherche pas les vraies.   Deux ou trois générations plus tard, plus personnes ne se posent de questions, les vraies encore,  même pas les victimes non-consentantes car elles ont intégré le concept dans leur programme neurologique. Avant d’avoir suffisamment de moyens de défense et de discernement. Un tour de passe-passe et elles sont consentantes. Déclarées consentantes( un article sur le sujet d’une enfant de 6 ans déclarée consentante) 

Elles peuvent même se croire consentantes.  Elles sont devenues consentantes, voire même actives dans le processus. Ensuite, elles revendiquent leur statut.

Les ados ne revendiquent-ils pas la pilule dès le plus jeune âge ? De plus en plus jeune.

Une pilule pour ceci et une autre pour cela. Voilà la magie d’aujourd’hui, de ce monde qui s’écroule dans des monstruosités, des laideurs innommables.

On veut « préparer » les enfants aujourd’hui, saturer leur cerveau, leur donner un statut de personnes consentantes puisqu’elles « sauront » ce que sont les  « rapports sexuels »! Elles ne seront pas étonnées, pas décalées, puisque la pratique sera courante. Admise.

Eh bien oui ! les enfants obèses (ou souffrant d’autres troubles dus à une mauvaise hygiène de vie) sont bien consentants de s’empiffrer de sucreries, de boissons gazeuses et autres déchets toxiques ? non ? une fois leur cerveau formaté depuis leur plus jeune âge devant les pubs de la télé  ? Ils réclament  les bonbons et les glaces et les produits laitiers  de leur propre gré, tout le monde le sait. Ils demandent bien à revenir chez MAC DONALD manger les bons burgers avec deux viandes de beef eux-mêmes élevés dans des fermes de 5000 veaux et  tués halal ou pas dans des conditions horribles.

Les « bons » produits laitiers sont bien nos amis pour la vie dit la pub ! Regardez bien la vache, dans la vidéo suivante, qui est présentée comme un véritable boudha, une idole. Mais ce n’est pas pour vénérer l’animal en lui-même, le respecter. L’objectif n’est pas là. La vidéo est trompeuse, la pub manipulatrice. C’est pour vendre du lait, un poison pour l’être humain petit ou grand, un nectar dont on a privé le veau, l’enfant de la vache..

Les enfants ont en plus  un miroir monstrueux d’eux-mêmes ; ils ressemblent à des extra-terrestres tels que les humains se les imaginent souvent. Ce ne sont plus que des squelettes, des zombis.

Alors, pourquoi les pratiques érogènes ne deviendraient-elles pas aussi une sorte de plaisir et de récompense comme les bonbons ? Ce serait bonbon pour tout le monde ! Les adultes surtout, voraces de nouveauté, d’expériences décalées.

Il existe aujourd’hui messieurs et mes dames des « bordels animaliers ». Si vous ne me croyez pas,  tapez  « zoophilie ». dans google. Je ne veux même pas mettre de lien  tellement je suis outrée pour les animaux qui en sont victimes une fois de plus.

Dans une culture où on a oublié la conscience/amour, le tout possible de l’Esprit (avec un grand E), le tout-possible de l’Amour (avec un grand A),  ce tout-possible s’exprime de manière de plus en plus perverse dans la matière ; il tyrannise et torture les formes vivantes sensibles. L’Esprit prisonnier des formes devient littéralement monstrueux car il n’est plus habité par le Souffle divin. .

Redonner son sens au mot sexualité

Je veux ici enrichir le sens du mot sexualité pour lui redonner TOUT son sens, son ampleur,  et te redonner du pouvoir sur ta vie, ta souveraineté et t’affranchir des carcans. Simplement par le pouvoir des mots que tu utilises et que tu entends aussi. C’est à travers eux que tu peux te donner des autorisations, ouvrir tes perspectives, (ou fermer ta vie, tes projets, tes souhaits). Par le fait de te connecter à la Source du Sens et devenir allié(e) de cette Source qui réorganise le monde ; le tien pour commencer.

La force secrète qui opère au coeur de nos motivations à vivre est la sexualité, mais pas comme tu crois.

.

Sexualité et tabou

Le sacré n’est pas abstrait, il ne réside pas seulement dans notre pensée : il réside dans notre cœur, et il faut que nous en prenions soin jusque dans nos actes, nos attitudes, notre comportement.” Pierre Lassalle

Le sens des mots évoluent au cours des siècles ; il évolue en fonction du mode de vie et de penser ; de la pensée dominante bien évidemment. Tu as entendu dire maintes fois sans doute que « le sexe » était un sujet tabou et tu as probablement cru que tabou  signifiait interdit, un sujet à ne pas aborder, voire même à ne pas pratiquer. L’idée est tenace. Dans un mouvement éternel de balancier, face à  un concept tenace, le contraire se produit. Depuis 1968, ce que l’on croit être le sexe s’affiche partout, sans pudeur. Je m’avancerais à dire jusqu’à en dégoûter

Peut être pour mieux le goûter comme il doit l’être, pour ceux qui veulent bien quitter les comportements moutonniers ?

Tabou

est un mot qui vient du polynésien tabu ( en passant par l’anglais taboo) et signifie « ce qui est sacré ». Le mot a dégénéré en « interdiction« . Mais en réalité tabou veut dire qu’il  est  interdit de  profaner l’objet du tabou,  ce qui est sacré..

Profaner

Profaner est une manière de se comporter en impie, de ne pas respecter quelque chose. Et on en est là actuellement. Notamment ne pas respecter le rythme naturel des enfants dans la découverte de la vie, et de vouloir leur faire avaler de force ce qu’ils ne sont pas prêts à assimiler. Comme le savoir qu’on leur ingurgite, leur faisant croire qu’ils sont vides. Comme les fruits que l’on force sous les serres. Comme ses pauvres canards que l’on gave sans la moindre pitié.

Sexualité et génitalité

Sexualité est confondu  avec « génitalité ». Autrement dit, la sexualité est ramenée à la fonction reproductrice des organes sexuels. C’est dire le rétrécissement – par la pensée –  dont la sexualité est l’objet. Je sais, on parle  de « zones érogènes », mais c’est encore bien pauvre en rapport du plaisir de vivre et non pas seulement de s’accoupler !

Quand on parle d’amour, ( et du  Grand Amour !), on comprend le plus souvent « couple » ; quand on parle de sexe ou de plaisir , on comprend rapports  génitaux la plupart du temps.  Chaque mot, tel qu’on le comprend (ou qu’on l’évite), ne peut nous ouvrir de possibles qu’à travers ce qu’il signifie pour nous. Que ce qu’on nous a rabâché comme définition.

C’est à nous d’ouvrir son sens à d’autres possibles. .

  • de manière rationnelle
  • de manière historique
  • de manière poétique

 

Alors qu’est la sexualité ?

plaisir

Le mot sexe signifie:  « ce qui est coupé ». Même racine que scier, secteur, sécateur). Nous sommes dans un monde physique de dualité apparente, dont la différence complémentaire entre l’homme et la femme est la représentation la plus éclatante, c’est vrai. Mais nous ne pouvons pas nous arrêter à cette complémentarité qui se cherche, pour vivre pleinement.

Le plein élan d’amour pour le monde a été gravement dévié par une culture individualiste et ratiocinante. Notre désir fondamental réside dans l’élan de vivre et de jouir de tout ce que le monde nous offre. A ce titre la sexualité est cette capacité d’avoir du désir, de l’assumer et de tendre vers ce qui nous  procure le plaisir de vivre, comme par exemple un certain style de vie, une créativité, une vocation.

Quand ce désir s’exprime dans toute sa beauté, sa splendeur, il ne devient pas « pathologique », compulsif, pervers, désespérant. Il ne tombe pas sous le coup de la dépendance, de l’aliénation.

L’élan vital est identitaire

L’élan vital ne peut se renouveler que par l’adhésion à vivre selon ton propre désir. Selon ton souhait véritable. Ce qui te rend heureux(se), te procure du bien être sur tous les plans, y compris spirituellement. Ce qui a la plus grande valeur pour toi, à partir de ton coeur.. Ce qui te différencie de tous les autres, pas pour t’en enorgueillir, mais parce que la vie est naturellement multitude, diversité, abondance, exubérance, luxuriance.

L’individualisme est une manière maladroite, très maladroite de se chercher dans son accomplissement, de révéler son modèle de croissance unique au monde. Il y a confusion entre être unique et être le seul sur terre.

 

Une manière d’être au monde

 

La sexualité est donc une manière d’être au monde, pas seulement une expression des glandes endocrines et de la génitalité. Elle ne se limite pas à la fonction reproductrice et à l’orgasme. Le plaisir de vivre ne peut se limiter à la sensibilité génitale. C’est une sensibilité au monde, à tous les êtres.

Notre existence entière est imprégnée de sexualité. La « vivencia » de se sentir vivant se nourrit de l’énergie diffuse de l’érotisme. Evacuer l’érotisme  de notre conception globale du monde, est une « dissociation grave », une coupure d’avec soi-même. L’énergie érotique est l’énergie cosmique qui génère la vie. L’identité humaine s’organise en un flux naturel d’énergie érotique.

Changer de qualité de vie, c’est laisser cette énergie fluer en soi, à partir de soi vers le monde. Depuis qu’on entend que l’argent est une « énergie » (!!!!), on a remplacé le flux d’énergie érotique de la vie par celui, monétique de  l’argent.

 

A la recherche du plaisir : érotise ta vie

Nous ne désirons pas une chose parce que nous jugeons qu’elle est bonne, nous la jugeons bonne parce que nous la désirons. Baruch Spinoza

On ne peut pas dire que notre époque se distingue par le développement des potentialités érogènes. Il y a un appauvrissement deserotise ta vie multiples formes possibles d’expression du plaisir de vivre. Le désir est orienté vers la consommation inutile, toxique, destructrice par la création habile de besoins superflus. La satisfaction de faux besoins brouillent et remplacent le vrai désir.

C’est le fétichisme et la pornographie qui prédominent.D’ailleurs la limitation de la sexualité aux parties génitales et aux relations génitales est purement et simplement une forme de fétichisme anatomique.

La sexualité et la Vie pourtant sont unis par des liens indissolubles. La génitalité permet la prolongation de l’espèce, mais la sexualité au sens de plaisir de vivre et désir d’accomplissement permet la perpétuation de ta vitalité. C’est la Fécondité dont on parle dans l’univers des contes de fées.

Le désir et le plaisir sont les grands initiateurs des mystères insondables de la création. Pour retrouver le plaisir de vivre, il faut pratiquer une écologie profonde, un lien cénesthésique avec le monde, élargir ta vision de la sexualité au contact avec les éléments. Ne pas s’enfermer dans l’étroitesse des idéologies, dans l’admiration des idoles.

 

Témoignage

education sexuelleCe matin, j’ai été témoin d’une scène de « mauvaise éducation », totalement inconsciente évidemment. Cette mère d’un jeune garçon croyait « bien faire » en interdisant (en lui hurlant dessus quand même  !)  à son fils de 3/4 ans de « toucher la terre », dans un parc. Cette terre était pourtant sèche, fluide, certainement agréable à toucher. Une expérience de sensualité pure et saine, adaptée au moment. Et puis, il y avait le partage du jeu avec un petit camarade, qui rajoutait du plaisir probablement..

Que doit comprendre cet enfant ? Que la terre est sale, que ce qu’il fait est mauvais, que sa créativité n’a pas lieu d’être, qu’il n’a pas le droit d’avoir du plaisir ? Un plaisir simple, partagé, et qui ne coûte rien.

Il avait délaissé ces affreux toboggans et ces manèges ridicules qu’on trouve dans tous les parcs pour enfants. Les mêmes que l ‘on met dans les cages de ces pauvres hamsters pour qu’ils tournent en rond. !  Dans les jardins d’enfant, les premiers outils de « castration psychique » sont là : à la queue leu leu, monter sur le toboggan et se laisser glisser, et remonter encore et encore ; s’assoir sur le tourniquet et tourner encore et encore…Inventer un jeu ? pas question. La pire des catastrophe est d’apprendre à  « faire comme tout le monde ».

 

Ose réveiller ton  désir !

 

Ose déjà le retrouver ! Il ne doit pas être loin ; il faut gratter un peu et d’abord rêver, imaginer. Tu comprends pourquoi, il est indispensable d’être accompagné(e) (coaching) pour accomplir ton vrai destin, ta prophétie ? ; Il y a des lustres que tu as été interdit de Jeu, interdit de JE. Et tu as construit dans ton parc  toute une « usine à gaz », de toboggans et de tourniquets pour faire comme on t’a dit de faire.

Une petite voix se fait entendre en toi, même si on t’a hurlé dessus, comme cette femme qui criait

  • « pas la terre, non, ne touche pas la terre ! »,

 

erotise ta viecomme si cet enfant avait fait un crime en s’amusant . Ce qu’il porte en lui est peut être de devenir jardinier, sculpteur, potier ? Avec les injonctions qu’il a reçues et si elles se reproduisent souvent, quand le moment sera venu d’exercer son art ( s’il s’en souvient un peu), il éprouvera d’énormes difficultés. Ne se souvenant plus de ce qui l’a empêché, n’ayant pas de mots pour le nommer, ni d’autorisation à sentir le plaisir dont sa mère l’a coupé, il suivra peut être une voie qui n’est pas la sienne et se trouvera piégé dans un job qui ne lui convient pas et ne lui procure pas de plaisir.

Il sera « accro » au fait de trouver du sexe génital, comme tout le monde,  pour « s’envoyer en l’air » de temps en temps ( pas bien haut) car ce ne sera pas son VRAI DESIR, celui de son âme. celui de son écologie interne.

Semons de bonnes graines dans la terre sensible de nos enfants ! Laissons-leur le temps de la cultiver comme ils l’entendent », au lieu de leur crier dessus jusqu’à les rendre sourds à eux-mêmes et aux autres, jusqu’à les pousser aux pires ab-surdités. Faisons la même chose avec nos « enfants intérieurs ».

Malgré tout !

  • Vis ce que tu as à vivre et ce que tu as vécu comme sacré ! C’est la meilleure façon de réintégrer le temple. Rappelle-toi que profaner signifie « jeter hors du temple ! »
  • Et que le sacré ça crée !

 

 

 

 

Leave a reply

CommentLuv badge