Comment choisir l’avenir ? (seconde partie) La naissance dans le coeur

oiseau

Changer de paradigme c’est changer radicalement de manière de penser, c’est quelque chose de concret, ce n’est pas une vaque rêverie ou l’amélioration du passé .

Je vois beaucoup de propositions sur le net qui veulent présenter du nouveau avec le langage et la manière de penser de l’ancien paradigme. Aucune issue favorable si on reproduit les mêmes méthodes.

Il est par exemple toujours question de « changer de croyances », C’est obsolète ! La « crédulité » ne doit plus être de mise.

Est-ce que ça change quelque chose de se convertir d’une religion à une autre ? ou de passer d’un « parti politique » à un autre ? Sur le fond, rien du tout ! Les vieux mêmes arguments éculés reviennent sans cesse dans le « développement personnel ». On a besoin de conditionnements certes mais ne comptons  sur aucun pour passer de la chenille au papillon.

Ce dont nous avons besoin est d’un réveil de l’Esprit, d’une naissance dans le coeur. Nous avons besoin de miracles, de sauts quantiques. Nous avons besoin de délivrance, deliberté.  Et nous avons une fonction physiologique pour cela, c’est la respiration. A condition de ne pas en rester au niveau mécanique.

Pour lire la première partie : clique ICI

Tu y verras le rôle de l’inspiration.

 

Respirer est un art de vivre : le diaphragme

 

Le diaphragme est le muscle très puissant qui rythme notre respiration.

Il est  la « frontière » entre le pôle respiratoire des poumons et celui du ventre. 

Le mot « diaphragme » vient du latin « separae » qui signifie « mettre à part pour faire naître » qui a donné  les mots « sevrer », « clôture », « palissade » ou bien « défense ». On retrouve bien ici le sens de « frontière »,  comme un relais vers autre chose.

Le diaphragme est une clôture qui protège le lieu où siège « la divinité de l’Homme« , l’esprit pur.

 

Le diaphragme est une voûte, à mi-chemin entre la voûte plantaire ( la voûte plantée en terre)

Il et la voûte crânienne reliée à la conscience cosmique.

Cette « coupole », entre ces deux pôles, vient introduire le sujet à la conscience de l’âme, cette entité intermédiaire avec le Grand Esprit. 

On passe alors du domaine de  ab-domen » au monde du Thorax – « axe de Thor« ( dieu du Tonnerre dans la mythologie nordique)- lieu où la conscience peut se ressourcer.

 

Dépasser le développement personnel

 

Dépasser = dé-passé = sortir du passé

enfant mythosLe domaine de l’ab-domen est celui de nos croyances, peurs et  représentations  du monde dans lequel nous évoluons.

Le  quitter, c’est aller vers l’expérience de la divinité en soi.  Un bel enjeu (ange) qui nécessite de devenir un héros.

Le héros est celui qui intègre  ses peurs pour devenir pleinement responsable et avancer sur le sentier de son sacrement. Le héros est celui qui voyage vers l’Esprit, vers le haut.

Le diaphragme est la « frontière » à passer pour y accéder; alors on quitte l’espace du développement personnel et des croyances « religieuses » (même laïques) pour « devenir sensible « aux forces de l’Esprit et s’éveiller, entrer dans le développement transpersonnel ou impersonnel.  

 

Au dessus du diaphragme on est dans l’espace de la respiration, de l’Inspir et de l’Expir, échange subtil qui relie l’Être au grand Tout, au pranà, et permet l’oeuvre de l’artiste créateur que l’Homme doit devenir.  Une  oeuvre des plus grandioses s’il accepte de mourir seconde après seconde afin de servir l’Infini. 

On oublie bien souvent notre respiration; or respirer c’est essentiel, car c’est naître et s’éveiller,   bénéficier du soutien de l’infinie sagesse. C’est passer des tripes à l’esprit. (anagramme des deux mots)

 

Naître à soi-même dans le coeur par  développement impersonnel

 

Le diaphragme s’appuie sur les viscères pour soutenir la respiration, c’est pourquoi il se doit d’être souple bien que souvent bloqué par nos états de stress et d’angoisses (attachement au passé).

En passant cette barrière , l’homme en devenir se « met à part » et quitte le monde de la vie sociale des viscères dans l’espoir de renaître, beaucoup plus tard dans le coeur.

 

Beaucoup plus tard, car la conscience du  monde du coeur  n’est possible que si le sujet atteint une maturité pleine et entière. Le développement personnel des viscères précède forcément le développement impersonnel, du coeur  car « l’homme en devenir », encore immature, ne le supporterait pas. Les forces du monde des mystères lui feraient perdre l’équilibre, ce qui le mènerait

  • soit à la folie

  • soit à un fanatisme obsessionnel pour une idée ou un Dieu.

Le diaphragme propose à l’homme d’inspirer et d’expirer rythmiquement, dans la conscience de son coeur et que cela agisse sur la création pleine et entière de sa conscience.

Celui qui est prêt et ose s’initier à l’héroïsme (clique sur la page ): reçoit de fortes inspirations en diminuant par la même son attachement à lui même (ego). Il entre dans le développement impersonnel. 

 

 C’est une initiation.

Il s’agit alors d’harmoniser la relation du moi et du Soi , par des synchronicités et ainsi accéder à la perception directe du sacré pour servir le désir même de l’ âme.

 

Voici une petit histoire qui raconte  la sortie de l’engloutissement dans l’abdomen, la remontée de l’enfer vers la lumière. Mais sache que tu ne peux faire l’impasse de contacter le  fond., car c’est depuis le fond que tu apercevras la lumière. En surface, tu es souvent dans l’aveuglement, l’éblouissement.

 

Visite cette page pour transformer ton histoire comme par magie

Leave a reply

CommentLuv badge