C’est où le Paradis Terrestre au fait ?

paradis terrestre- terreSur la Terre naturellement, son nom l’indique !
Alors, comment a t-on (l’Homme) fait un Enfer du Mon-de ( de-mon) ?
 
Adam et Eve ont été chassés du Paradis.
Dieu ordonna à des anges ( en-je) de les chasser.
Telle est l’histoire qu’on nous a racontée.
Du coup, pas de bol, le paradis c’est toujours ailleurs et à un autre moment, mais jamais maintenant et ici même, là où se trouvent tes pieds.
 
Comme toute histoire, celle du Paradis perdu  peut être interprétée de plusieurs manières, selon différents points de vue …
 
Les différents points de vue sont relatifs à “l’émotion” ou les émotions à partir desquelles on se positionne.
Coincée sur un point de vue, conditionnée, engloutie dans une émotion, on n’a plus de libre arbitre, on est figé dans un sort(ilège). Comment  se désensorceler de ces émotions de honte et de culpabilité inhérentes à l’enfance de l’humanité sur Terre, (ou du moins, comme on nous l’a présenté) ?

 

Si on regarde bien, n’est-ce pas l’homme dans son arrogance qui s’est coupé tout seul  du Paradis?
Il dit “cela est bien “ et “cela est mal”
Il veut  juste dire : « cela me convient et cela ne me convient pas ».
En fait, il dit « je peux intégrer cela dans ma conscience ou je ne peux pas ».
D’après ses conditionnements de penser
 
Il ne s’agit pas du Grand Bien ou du Grand Mal
Il s’agit de ce qui convient ou ne lui convient pas au sens de son ego.
Que sait-il, l’humain, de la logique du  Tout-Possible ?
.

Mon inspiration

la terreVoici ce qui m’inspire cet article.
Je vis maintenant “à la campagne”, dans un petit village chargé d’histoire en Dordogne, dans le Périgord Noir : Cadouin
Ce matin, je suis allée comme d’habitude promener mes chiens.
Ici pas de cannette de bière qui trainent, pas de poubelles qui débordent, pas de caméra qui flikent dans les parcs.
Ouf !
Peut être des gens qui t’observent ? Pas grave  tu es innocent !
Quand tu t’autorises à jouir de la Fécondité du Royaume, quand tu as fait un choix vivant.
 

Je « reprend goût à la vraie vie »

 

Mon JE profond se retrouve dans cette simplicité. J’ai ramassé des pissenlits pour mon repas de midi. Dans l’action, je me disais : “ c’est dans le Paradis terrestre que je m’approvisionne aujourd’hui”. Sain et gratis !
Dans un endroit sans pesticide, où juste ce qu’il faut d’herbe est tondue pour faire des passages, des pas de sage…
J’avais mis un sac et un couteau de poche dans mon petit sac-bandoulière en prévision. de cette récolte. celle-là ou une autre, car la fécondité est généreuse.
Que de vitamines en perspective pour mon déjeuner ! gratias !
Simplement !
Il faudrait s’ôter de l’esprit (le petit évidemment ) que nous avons été,  que nous sommes “chassés” du paradis; alors, nous en aurions la VISION et nous cesserions d’être fasciné par le Diable qui en profite pour nous effrayer et nous faire croire que nous en sommes coupés (par la culpabilité = la coupabilité)
dieu et diableLe Diable est le serviteur de Dieu, ni plus ni moins; le prince des formes multiples de ce monde. Une religion ne peut exister sans le Diable qui est surabondance, multiplicité, fécondité. Il donne l’apparence de la division, mais derrière lui se cache l’unité, le lien. Rejeter l’un ou l’autre, Dieu ou le Diable, c’est perdre le sacré qui les réunit. Adorer l’un au mépris de l’autre, c’est se fourvoyer, se pervertir. Ils sont les 2 faces de la même pièce de monnaie : voilà la véritable abondance !

 

La division ( diable/dia-bolos = ce qui divise) est l’expression multiple de l’unité.  Le vrai sens de la religion est de  savoir et d’intégrer que tout ce qui semble différent est issu de la même source. La matière et l’esprit, la lumière et l’ombre…
C’est ainsi qu’apparait le Merveilleux, la magie de l’image,  la vision du Paradis.

Nous fonctionnons « de travers »

Ne vous laissez pas coupés en 2 ! connaissez seulement votre double nature ! Intégrez les paradoxes !

 

Nous ne sommes pas coupés du Paradis,  nous sommes seulement culpabilisés (coupables = être coupés)
C’est seulement notre imagination dévoyée qui nous le fait croire, parce que nous croyons à cette histoire d’avoir été, d’être chassés du paradis par un Dieu vengeur ( patriarche = patriarcat), qui lui-même aurait renié le Diable ?
Allons, soyons logique.
La tentation à laquelle nous sommes soumis n’est pas le Désir, c’ est de devenir des serviteurs du Diable, de se fourvoyer dans , s’identifier aux formes matérielles ( mes possessions) , ou psychologiques ( je suis ceci ou cela).
A tout moment, tu peux prendre du recul par rapport à cette croyance de la perte du Paradis et le réintégrer en toi, ne plus vendre ton âme au Diable. Ne pus lui donner l’exclusivité !
 
 
Cette construction imaginaire de la perte du paradis, crée une réalité difficile dans laquelle nous nous enfer-mons. Nous nous laissons seulement abuser par des croyances. C’est ainsi que nous manquons alors d’audace.pour vivre,, créer notre cosmogonie amoureuse au profit d’un monde amputé de l’essentiel.

 

Vénus fait fi des « convenances » et réveille les instincts de vie alentour

vénus

VENUS

L’autre soir au restaurant, j’expliquai à une dame  de la table voisine  que ma chienne Vénus ne quémandait pas seulement un petit morceau à manger, mais repérait des gens dans la rue, se précipitait vers eux, se dressait toute droite sur ses pattes postérieures et demandait des caresses.
Bah voyons, pourquoi se gêner ?
Le compagnon de cette dame rétorqua aussi sec :
–  elle demande l’essentiel et c’est exactement ce que je ferais si je n’étais pas inhibé par mon éducation !
Il avait tout dit !
C’est un petit exemple qui semble burlesque mais  illustre bien l’enfer- me- ment dans lequel nous  sommes collectivement, jusqu’à  devenir  moins humain que les animaux –  notamment nos animaux familiers.
Dans beaucoup de publications, de livres, il est question de ce que les animaux ne possèderaient pas, en comparaison de l’Homo Sapiens Sapiens (celui qui sait qu’il sait )-  toujours vu de manière anthropocentrique évidemment-  ou de ce qu’il  aurait de plus que ces  êtres dits inférieurs.
C’est un parti pris que je n’approuve pas du tout, car il fait  partie de ce qui nous exclut du Paradis terrestre
Et j’affirme aujourd’hui que ce que les animaux possèdent en quantité, c’est l’intelligence du coeur et la créativité.
Et si les animaux qui vivent à nos côtés, tels les chiens et les chats semblent en être tellement pourvu,
c’est peut être une tentative de la vie de rééquilibrer la pénurie d’humanité qui sévit dans nos contrées.
Combien de fois ai-je entendu cette affirmation péremptoire  : « seul l’homme est créateur » ! Je crois que c’est la phrase la plus stupide que j’ai jamais entendu ou/et celle qui me fait le plus hérisser le poil !
C’est un manque d’observation évident et un jugement à l’emporte-pièce qui se fonde sur des croyances très graves qui nous ont amenés là où nous en sommes aujourd’hui sur Terre.

 

Avec ironie, je pourrais affirmer aujourd’hui et il n’est pas difficile de  le constater :
seul l’Homme est destructeur !
Voici en suivant un extrait de « Le peuple animal » de Anne et Daniel Meurois Givaudan »

 

Message de Maitre Lièvre

 

maitre lièvreSi je vous dis « apprenez à nous aimer », c’est aussi une manière de vous dire « apprenez à vous aimer ». De vous à nous, de nous à la Création et de la Création à vous il n’y a qu’un pas que le coeur franchit allègrement.
   Vous vouliez prouver ou vous prouver que vous êtes les maîtres de ce monde. Voilà qui est fait d’une certaine manière. La liberté vous en a été donnée durant des millions d’années. Mais de quelle maîtrise s’agit-il ? A chaque fois que votre doigt presse une détente ou qu’un scalpel nous dépèce dans un laboratoire, ce n’est pas de maîtrise dont il est question mais d’esclavage, car si la soif de pouvoir est à ce point inextinguible en vous, elle ressemble bien à ce boulet que vous tirez.
   Sans doute êtes-vous surpris que l’âme d’un lièvre, au fond de son terrier, puisse ainsi s’exprimer. Sans doute placera-t-on la réalité de mes paroles au rang des fantaisies. En effet, comment un animal pourrait-il à ce point connaître l’univers et le coeur des humains ? Par le seul fait que la Vie n’a pas tout dit à travers votre peuple… et par le fait également que l’Amour fait fleurir une intelligence dont vous n’avez pas idée. Cette intelligence ne nous rendra jamais homme, certes. Elle fait mieux que cela. Elle transforme notre souffle et lui apprend à être tout simplement… humain. »

 

 

 La laïcité des contes est rédemptrice

 

Les contes sont laïques et parlent d’une religion intrinsèque , un monde de tout-possible auquel chacun a accès, parce que tout s’informe, tout est un, tout se répond et se questionne. C’est pour cela que les contes  sont plein de magie, ou plutôt qu’ils vous redonnent votre pouvoir de vrai magicien ;  un pouvoir perdu depuis que l’homme a voulu devenir le Maitre du monde. Il s’est alors mis a servir le Diable en oubliant Dieu et est devenu le Diable lui-même. Ou à servir Dieu, en oubliant le Diable ( son ego séparé) et cela revient souvent au même et parfois pire encore ( guerres de religions, intégrismes de tout poil)
Dieu ou Diable sont effrayants quand l’un est exclusif de l’autre, je le rappelle. Ils sont tous deux des « créations humaines « , évidemment, et non des entités extérieures.
Vous avez aimé l’article « likez-le ! « 
Vous avez des choses à dire, laissez un commentaire !
 

 

 

Leave a reply

CommentLuv badge