Laisse les anges se reposer et demande aux sorcières!

sorcièreIl convient de  réviser entièrement nos valeurs et notre système de pensée si nous voulons changer le futur dangereux qui est programmé . Qu’on les appelle extraterrestres, reptiliens, élite politique, dominants,  banquiers, satanistes, ils ont imposé un mode de vie destructeur égocentriste (très triste) qui est impliqué  dans nos programmations mentales. Les résultats sont un dés-astre (on a perdu l’astre = estre = être). 
Donc, vouloir la joie de vivre, la guérison d’une maladie, d’un amour ou d’un compte en banque mal en point, tout en conservant nos habitudes est un leurre car c’est notre façon de vivre et de penser qui a déclenché notre déséquilibre et seule, notre façon de vivre et de penser peut remettre de l’ordre dans nos désordres…c’est d’une logique implacable et le miracle ne vient pas d’un changement qui se fait sans notre participation; il vient d’un désir fort capable d’accumuler une  puissance d’amour,  de renverser les barrières pour changer notre futur programmé. Un désir et  un engagement qui attirent les inspirations nécessaires à  la délivrance. de « l’enchantement » du vieux royaume. 

La neuvième cacophonie du Nouveau Monde

le jugement

Le Jugement dans le tarot

Quelle nouvelle du Royaume ?
Sommes-nous dans une nouvelle prophétisation de la fin du monde (climat etc…) ?
Rappelons-nous la version maya (prophétisée en 2012).
Soyons pragmatique ! C’est seulement  la fin d’un paradigme que nous vivons, la fin du modèle matérialiste et de l’ignorance entretenue, qui nous a plongés dans cet âge de l’égoïsme .
Une réaction au modèle spiritualiste qui, à l’inverse rejette l’ego ? peut être.

 

Maintenant, il faut franchir  la difficile étape du sevrage au  mensonge, à la manipulation, à l’individualisme et à la cruauté. Tout le monde a  forcément un peu mal…
C’est l’heure du jugement ( le dernier pour le moment)
C’est l’agonie d’une Illusion mentale entretenue par  des  pensées toutes faites et des interprétations erronées ; les derniers soubresauts d’un mirage de masse purement émotionnel qui a poussé à l’extrême nos faux désirs, nos pulsions, nos passions…
C’est l’heure du mental éclairé, le moment de ne plus faire l’autruche

Tout va mal, alors tout va bien…

« Les gens sont des miracles qui s’ignorent »
Comment commencent les contes de fées ?
Par l’état des lieux du royaume. Un problème. 

Nous sommes seul pour prendre soin du royaume !

terre verteNon, pas d’S à seul !
Vous allez comprendre pourquoi. Cet article est un peu spécial.  Mais sa teneur n’est pas contradictoire – bien au contraire –  avec notre Bien Commun et la réalisation sur Terre de notre « conte de fée ».
La particularité d’un conte de fées ou conte merveilleux est ‘la fin heureuse« , le « happy end »; elle n’est bien sûr qu’une étape vers le grand but de la vie, grand but sans fin… inimaginable pour le mental tel qu’il est programmé aujourd’hui. 
Si nous voulons que l’étape soit une réussite, nous avons tous un virage à prendre : cela s’appelle  la responsabilité TOTALE de nos actes et de ce que nous appelons notre univers.  Cette responsabilité passe par la solitude totale de l’Être face à l’univers qu’il crée à chaque instant dans sa totalité. Nous qui avons créé un Dieu Créateur pour nous déresponsabiliser, la Terre, notre petit véhicule spatial vient nous rappeler que cette illusion doit changer de forme. 
Nous sommes SEUL, tous autant que nous sommes. Il ne tient donc qu’à chacun de nous de changer l’univers qu’il a créé.  Ceci n’est qu’une introduction à mon article qui  ne se poursuivra pas sur ce thème métaphysique , mais sur une thématique précise : la dépollution informatique (une de plus à entreprendre) 

As-tu aussi un pote-en-ciel ?

cielQuoi de mieux qu’un « pote » pour te sortir de la misère, quand tu es dedans  ? N’importe quelle misère: affective, financière, émotionnelle…Cet article fait suite  au précédent : « sortir de la fosse sceptique« , dans lequel  J’y parle de mon père, qui était littéralement « mon dieu » quand j’étais enfant ! Bah oui, quand on est enfant c’est comme ça, notre horizon s’arrête à nos parents, pendant un certain temps ! Bien sûr il faut aller plus loin en grandissant, mais l’enfant que nous étions – et qui est toujours présent en nous, puisque tout est présent – a pu garder des images fortes (agréables ou non) de la relation à nos parents. C’est mon cas  ! Voilà l’histoire…

Sortez de la « fosse sceptique » !

texte alternatifCertain(e)s auront sans doute remarqué l’orthographe improbable de mon titre ?
Ce lapsus orthographique n’est pas du à une inadvertance   (oh ça m’arrive !), mais  bel et bien à un « besoin pressant »,   de  graphomanie débridée ! L’homophonie   (non homographe)  de septique et sceptique m’a soudain  semblé délirante et m’a inspiré à délirer, pour « rire sérieusement ». C’est un paradoxe,  les inspirations viennent,  d’autant plus qu’on colle aux « nécessités » quotidiennes. 
Cet article n’est pas fait pour te décourager ou te désespérer, mais si ce n’est pas déjà fait, ou pas suffisamment, t’éveiller sur ce qui te garde endormi et bien pire. Ce long texte  est fait au contraire pour te dire d’où on part, si on aspire au changement, car pour donner une autre direction à sa vie, c’est indispensable de le savoir.
C’est bien d’ailleurs par manque de connaissance d’eux-mêmes et de leur situation, que beaucoup de personnes ne connaissent pas leur but de vie, leur « raison d’être »; car quand on ne voit pas où on est, ou que c’est tellement difficile de « s’en sortir » qu’on préfère le déni, comment allez quelque part ? Comment réaliser ses rêves ? Comment avoir une autre vision de la vie ?

Oh la vache ! Le Grand Sacrifice

molochCet article est la suite du précédent  : L’enfant en exil (que je te recommande de lire en premier pour mieux comprendre).
Depuis des milliers d’années, les croyances n’ont pas changé. Celui qui ne connait pas l’Histoire est condamné à la revivre.  Je parle ici de l’ histoire collective.
Dans cet  article, tu vas comprendre comment le Grand Sacrifice des enfants continuent, et ce , pas uniquement de manière symbolique ou psychologique;  et comment si tu n’accèdes pas à certaines connaissances ésotériques, historiques, mythologiques, tu es toi-même condamné à  subir ce sacrifice communautaire. 
Nous sommes les héritiers des mythologies du passé, de toutes ces fictions politiques ou religieuses dont les hommes on besoin pour justifier leurs actes, répondre à leurs questions existentielles, assoir leur pouvoir ou se rassurer sur l’avenir.
Dans l’antiquité, les mythes expliquaient les phénomènes inconnus aux Hommes.  Mais même de nos jours où  la science a fait évolué les connaissances , les mythes sont toujours là. Ce n’est ni un bien ni un mal dans l’absolu, mais selon ce qu’on en fait et la connaissance qu’on en a.
On préfère toujours les mythes aux explications rationnels.
Pourquoi ?
Il suffit de se poser cette question : « Tu préfères faire des maths ou lire un livre fantastique ? »

L’enfant en exil

bébéDans cet article, je rétablis la « vérité » sur la cause des difficultés existentielles de l’adulte et je mets en avant les conséquences graves d’une erreur courante.
L’opinion public a tendance à croire que les problématiques vécues à l’âge adulte viennent de leur enfant intérieur blessé. En gros, elle le rend responsable de leurs dysfonctionnements psychologiques.
La logique veut donc que la solution qui semble la plus facile consiste à continuer  d’occulter les messages que ce petit être (qui habite au fond de chacun) leur envoie. On entend donc des plaintes comme celle-ci  : « si je vis cela, c’est parce que j’ai (attachement) la blessure de l’abandon, ou de la trahison etc… » La personne est alors enfermée dans une boucle de cause à effet ( cercle vicieux) qui, généralement, stigmatise la souffrance à travers des événements répétitifs venant renforcer cette croyance.
Elle évite ainsi tout contact intime et profond avec la partie la plus sensible et  vivante d’elle-même : son Coeur d’Enfant qui pourtant est promis à  une profonde résilience psychologique et spirituelle et à un destin fabuleux ( puisque approprié à sa nature intrinsèque). De nombreux contes relatent l’histoire de cette résilience…et même l’histoire de Moïse)

La Nativité Vibratoire

nativitéLe soir de Noël, la Nativité chrétienne a été présentée en Occident comme un fait, une réalité dans une logique d’humain fautif qui a besoin d’être pardonné et purifié, et cet événement – de l’Enfant Divin, Rédempteur, né d’une vierge élue,  pour venir,  par la puissance de sa mort et de sa résurrection, sauver l’humanité de ses péchés – s’est imposé comme une réalité, un monde qui avait besoin d’une théâtralisation extérieure pour comprendre comment changer et transformer son intérieur,  afin de se « corriger » c’est-à-dire d’élever son niveau vibratoire.

 

L’énergie n’est plus la même aujourd’hui;  la Nativité est considérée comme une simple légende par le plus grand nombre,  comme un grand mythe appartenant au passé,  qui fait partie de l’histoire de l’humanité.
Mais la Nativité est toujours très puissante vibratoirement,  divinement puissante.

Au temps ou les bêtes parlaient…Hommage à Panpan le Lapin

Mon Enfant Intérieur est très triste. Je viens de perdre  un ami : Panpan le Lapin. Mes amis sont triés sur le volet. Panpan était un lapin-bélier;   un lapin nain. Il est mort brutalement .  La cause de sa mort est incertaine.  Il vivait heureux dans un petit jardin appartenant au propriétaire de l’immeuble dans lequel j’habite. Il avait une amie/chatte aussi, qui  venait lui tenir compagnie. Il était en pleine forme. On suppose qu’un animal l’a attaqué. il a été retrouvé mort dans sa cage (qui restait toujours ouverte).

Mon Enfant Intérieur n’aime pas perdre ses amis. Tous les jours je passais voir Panpan, Je lui demandais comment il allait, comme on le fait avec un ami. Tous les matins quand je me levais, je regardais par la fenêtre, pour le voir brouter dans les herbes, sauter sur les chaises du jardin. Le regarder vivre était un ravissement et très rassurant pour mon Coeur d’Enfant.

Aujourd’hui, j’ai vu la chatte « Ketty » errer dans le jardin; on aurait dit qu’elle le cherchait, elle tournait autour de sa cage.