Le doute libérateur et la foi salvatrice, un duo de choc !

lanterneOn parle trop – à mon sens –  de la « confiance en soi (en le moi)  » comme d’un Saint Graal à atteindre , on ne laisse plus de place au « stress » d’un certain « manque de confiance en soi », plus   de place au doute .

Douter c’est pourtant laisser la porte du questionnement ouverte et garder les pieds sur Terre dans le quotidien. C’est rester humain. Une humilité qui relève de la Sagesse et n’empêche en rien, au contraire, l’évolution, la croissance vers la liberté d’Être. 

Le doute est un filtre entre ses propres convictions et la réalité des expériences quotidiennes. Ne plus se permettre le doute, l’autocritique, le questionnement, un certain niveau de stress nécessaire  au vivant c’est ouvrir la porte à tous les délires, les croyances farfelues,  ne plus avoir de discernement, ne pas savoir faire la part des choses ni  séparer le bon grain de l’ivraie. c’est ne pas supporter la moindre frustration et laisser de côté les choses vraiment importantes.

Un pas certain vers la folie…

Lettre ouverte aux « ogres » de la planète

Il est urgent de dire les choses telles qu’elles sont sans ménager les sensibleries, dont vous allez  comprendre ce qu’elles sont en réalité. Mon rôle n’est d’ailleurs pas de ménager les susceptibilités mais de proposer rapidement un changement de mentalités pour le bien de tous. Mon rôle est de participer à la vraie fraternité, une spiritualité laïque qui inclut tous les êtres vivants semblables ou non. D’ailleurs si ce n’est pas moi, toi, nous,  qui le faisons…comptes-tu donc sur nos dirigeants qui nous dirigent vers le précipice  ?

Je n’ai pas écrit cette « lettre  ouverte »mais si je la publie c’est que je la cautionne à 1000%.  Elle m’a été envoyée par Grégory Wispelaere de « Terre Originelle ».

La voici :

Lettre ouverte aux dévoreurs  d’animaux 

 

“Culpabiliser les gens n’amènent pas le changement mais la résistance à celui-ci” est le discours  de celui/celle qui ne veut pas changer ses puissantes habitudes gustatives. 

Si on y regarde  de plus près le changement vient après un inconfort. un déchirement  intérieur, la prise de conscience d’une dissonance et l’absolue nécessité de quitter cette dissonance.

L’accès au royaume de tout-possible…

ego à l'ecoPour 2020 je te souhaite : l’accès au royaume de tout-possible. Ou le cheminement vers ce royaume. Pas à pas recréer l’histoire vers ce royaume. 

Comment l’humain a t-il presque perdu l’accès à ce royaume si fécond ? par sa faute ? C’est assez simple bien que souvent il cherche des explications très compliquées et bien éloignées du simple bon sens .

Homo sapiens s’est placé « au sommet » de la « création ». Que se passe t-il au sommet ? on est seul et pas plus avancé ! On est même au bord du précipice…beaucoup le disent.  L’image ci-dessus résume la situation. 

Homo  regarde en bas et s’aperçoit que dessous, pendant qu’il regardait au ciel et créait un dieu érectile à son image ,  un gap s’est creusé. Qu’il se soit identifié  à un dieu tout-puissant ou enfermé dans des formes dites « matérielles », il s’est piégé et il tarit la source d’abondance !

Qu’est-ce que le royaume de tout-possible ?

Se libérer de la méchanceté compulsive : le Père Noël est-il une ordure ?

sorcière blanche-neige

Action compulsive : acte que le sujet est forcé d’accomplir sous peine d’angoisse.

A partir d’un mail reçu hier,  j’ai compris une chose importante au sujet de la cruauté, la méchanceté.  Ce qui m’amènera peut être moi-même à un peu plus de bienveillance envers ceux qui la pratique sans vergogne, après m’avoir obligée à une attitude « radicale » pour m’en protéger  : m’éloigner systématiquement de ceux qui la pratiquent. 

La  lecture de cet article  te permettra peut être de briser la chaîne de l’esclavage qui nous aliène  tous à ces « états  destructeurs » .

Homo Sapiens  a plus ou moins bien sûr, la possibilité d’un recul sur ces actes; même si le recul nécessaire n’est pas facile à prendre, c’est un effort qu’il va devoir faire pour ne pas disparaître.  Pas facile puisque j’annonce que « la méchanceté est compulsive« . Et que la compulsion est l’attitude qu’on ne contrôle pas !

Le pouvoir de la parole, entre chien et loup…

gardeuse d'oiesComment maîtriser sa vie par le pouvoir de la parole. 

Tu as appris à conduire une voiture ? Presque tout le monde. Mais peu de monde  apprend à conduire son »véhicule corporel » . Ainsi, leur corps devient leur esprit ( ça s’appelle le mental)  et il est le plus souvent en pilotage automatique.  D’où fatalité, déterminisme. Tu n’es pas maître de ton histoire. Et celle-ci peine à se terminer en happy end ? Alors cette article est pour toi !

A l’école j’adorais les cours de français, les analyses grammaticales des phrases, la conjugaison, les règles de la parole et de l’écriture.  Je me revois dans la classe de Monsieur Dumont,  bel homme aux cheveux noirs comme l’ébène et au  timbre de  voix grave. Ma place était dans la rangée de droite, au deuxième rang. A ma droite  Bernard Pogé – grand garçon blond très sage et appliqué…

Mille et une nuits pour aider la vie à éclore

mille et une nuitsLe roi de Perse, Chahriar, est un jour invité par un autre sultan. Il part  en laissant son épouse, Dinah, seule au palais.

Celle-ci en profite pour le tromper  et lorsqu’il l’apprend, Chahriar la fait exécuter sur le champ pour cause d’adultère. (on voit bien là la haine des femmes dans toutes les religions ! bref, ce n’est pas dans l’histoire)

Prétendant que toutes les femmes sont perfides ( bah voyons , qu’est-ce que je disais !), il décide d’épouser chaque jour (« ils » ne peuvent pas s’en passer quand même…bizarre non ?) une vierge (!!!) qu’il fait exécuter au matin de la nuit de noces, pour se venger mais surtout, pour être certain de ne pas être une nouvelle fois trahi  (le pauvre !).

Shéhérazade, fille aînée du Grand Vizir, et aimée de tous, se porte alors volontaire pour faire cesser le massacre (état d’esprit du héros/héroïne), et met au point un habile stratagème (une stratégie de réussite) avec sa sœur cadette Dinarzade (on ne réussit jamais seul):

– « Ou bien je délivrerai les femmes de ce sort ou alors je périrai comme elles « , dit Shérazade à son père.

Je te supplie de ne pas exposer ta vie répondit-il !

–  il le faut !

–  j’ai bien peur qu’il ne t’arrive ce qui est arrivé à toutes les autres !

Les « enfants » qui ne peuvent pas naître, qui ne peuvent pas être

 La mythologie raconte que les choses ont commencé à exister avec des forces « naturelles » que l’on vit comme « surnaturelles », des puissances archétypales. Le mythe est une expression de ce qui est à l’origine dans tout être humain. « 

 Les ténèbres et le vent se sont unis et ont donné naissance à un oeuf. De cet oeuf est né Eros. La partie supérieur de l’oeuf est devenu la voûte céleste. La partie inférieure le chaos qui a formé la Terre.

Eros était le lien entre Uranus le Ciel et Gaïa la Terre. 

Autre version :

Uranus empêchait ses enfants de naître, et les  renvoyait  dans le sein de leur mère Gaïa,  à tel point que celle-ci, excédée,  arma l’un d’eux, Chronos/Saturne, d’une grande serpe aiguisée, avec mission de châtrer son père. Ce qui fut fait.

Comment savoir qui je suis ? identification VS identité

Quand  on ne sait pas qui on est (en tant qu’esprit), on risque de s’inventer un personnage et de finir par croire qu’on EST ce personnage. C’est ce qu’on appelle l’ignorance fondamentale.

Le fait de s’identifier à un personnage s’appelle l‘identification. ( croire que l’on est uniquement ce personnage)

Quand on ne sait pas qui on est, on ne sait finalement pas non plus de quoi on est capable ; on ne sait pas si on est ce qu’on croit être, alors il y a une peur énorme d’être perdu.

La panique.

Cet article fait suite à Deviens le Christophe Colomb de ton identité.

Quand on panique, on s’accroche à ses idées, et surtout on a un énorme besoin de croyances; on cherche les souvenirs, on a perdu son personnage et son rôle. Un peu comme un acteur qui ne se souviendrait plus quel est son rôle et son texte.

C’est la même panique, le même trac  que les acteurs ressentent avant de rentrer en scène, mais ça se passe sur la grande scène de la vie. Quelle différence ? Aucune pour ainsi dire !

Si ! dans la vie beaucoup de gens appellent ce trac le « manque de confiance en soi ». Mais tu sais quoi, si tu veux dédramatiser, tu peux aller lire cet article en cliquant : « de l’inutilité de la confiance en soi. » 

Deviens le Christophe Colomb de ton identité !

L’homo (l’hominidé de notre espèce) est sapiens.  C’est ainsi qu’il s’est nommé lui-même évidemment, en découvrant ses particularités.  Pour se différencier de tous « les autres » qu’il veut ou croit ignorants, car « sapiens » veut dire  « sage »ou « celui qui sait ».
Tout dépend donc de son savoir. Note que dans savoir, il y a « avoir ». ça tombe bien ! Son savoir est  acquis : culturel, cultivé. 
L’homo sapiens fait , agit  selon ce qu’il sait, ce qu’il a appris, ce qu’on lui transmet.  « On » ce sont ses congénères. Avec ce titre d’homo sapiens, les « autres » (toutes espèces confondues  sont effectivement incultes) , du moins de ce qu’il sait, Lui.
Est-ce à dire qu’ils sont ignorants ? certainement pas car la sagesse est inscrite dans le livre de la vie, dans l’ADN de chaque être. Est-ce à dire qu’ils sont « inconscients » ? Encore moins ! car tout ce qui vit est forcément une conscience puisqu’elle est en relation avec le reste. Ah ! certainement que la conscience d’un caillou est différente de la tienne ! Mais elle est pleine conscience pour le caillou.

Vivre ta légende personnelle VS universelle

arrePrenons une métaphore bien connue : le  chêne est dans le gland.

En transposant à ta vie : ta réalisation, ta réussite est dans ton souhait, ton désir, ton rêve.

Appelle-le comme tu veux, ton souhait est le germe de ton accomplissement.

Que lui manque t-il pour se déployer  ?

De l’oxygène, de la liberté, de l’espace et de l’amour. De l’attention en fait. De la tension. Être tendu vers…

Comme tu le sais « il n’y a de bons vents que pour celui qui sait où il va« . C’est à dire pour celui ou celle qui a un But vers lequel  tendre, diriger, orienter son potentiel son dynamis ( clique vidéo : où trouver l’énergie ?).

Comme tu le vois dans l’exemple de notre chêne, tu as en potentiel un But plus grand que toi.  Le chêne est beaucoup plus grand que le gland, et il semble même totalement différent non ? qui dirait, à voir un petit gland tout rond qu’il porte un chêne feuillu en lui ? Personne, s’il ne le savait pas ! Ce serait complètement inattendu, une surprise, un miracle !  Si on voyait en accéléré un gland devenir chêne, on crierait au miracle ! As-tu déjà pensé à cela ?