Le Vilain Petit Canard : de l’exil à la souveraineté de l’âme.

 vilain petit canardDes cancans au chant du cygne. De l’exil à l’envol.
Cette histoire est  la tienne si tu t’y reconnais bien sûr, si tu te laisses toucher au plus profond de ta nature.

 

A chacun une histoire unique à nulle autre pareille !

 

Il ne s’agit  pas ici d’une demande de reconnaissance sociale ou de la recherche  de géniteurs ou  de racines familiales.

 

Non, c’est une quête qui va au-delà de la conscience commune, qui  raconte l’histoire d’une métamorphose. 

 

Je te conseille d’ écouter l’audio ci-dessous pour le résumé du conte ( le texte de l’article y est en suivant, si tu préfères l’écouter que le lire)

 

 

le vilain petit canardMalmené par un entourage qui le dénigre, notre héros a la bonne idée de quitter la maison où ses frères, ses faux frères le tourmentent et où même la protection de sa mère attentive, la gentille cane  pourrait devenir une prison..
Quand on ne se sent pas à l’aise où l’on est, il faut quitter son nid pour voir du pays., faire ses propres expériences,  Vivre sous le regard des autres est sans doute rassurant un certain temps, mais ça empêche de se connaitre soi-même, d’explorer ses ressources intérieures.
En quittant le lieu où il est né, le Petit Canard laisse derrière lui habitudes  conventions familiales,  préjugés, et les conditionnements qui rendent la personnalité conforme aux autres.

 

Le Petit canard , en partant sur les chemins va trouver  sa singularité,  ; il va se e vilain petit canarddépouiller de la mauvaise image, l’image fausse qu’on lui fabriquait et trouver sa vraie nature.
Le long parcours du Petit Canard se fait dans la solitude ; il va  traverser des épreuves , en quête du juste chemin qui mène à sa véritable parenté.
Le parcours du Petit Canard évoque le Voyage de l’âme qui descend dans cette basse-cour  et retrouve, après bien des péripéties sa nature céleste et rejoint son pays d’origine. où tout est beauté et lumière.

 

le vilain petit canardEn effet ton âme  est cet enfant adopté – qu’on appelle souvent enfant intérieur – par des parents de chair qui ne comprennent pas toujours le drôle d’oiseau que tu es.
Le Petit Canard se sent comme un étranger ; il ne se plie pas aux us et coutumes de la tribu. Cette différence excite parfois  jalousies et méchancetés de la part de ceux qui sont résignés  et ne voient pas au-delà du déterminisme de leur sort mortel.

 

Selon le mythe d’Er que rapporte Platon dans la République, c’est l’âme qui choisit sa famille terrestre, avant de descendre dans le monde matériel soumis au temps. Puis il y a l’oubli, comme un rêve qui s’échappe au matin de notre vie. Seule la sensation d’être “étranger” reste en ce monde, pour certains qui ne peuvent se résigner au minimum de la survie.

Platon a enseigné l’existence de l’âme avant sa venue sur terre, et cela est une clef précieuse pour comprendre le sens caché des contes de fées.

Nous avons oublié qui nous sommes, d’où nous venons et le jeu de la vie consiste à en reprendre conscience et à agir en fonction. La vie sur terre est un entrainement spirituel.

Quatre saisons rythment le récit ; un rythme qui vient soutenir la mélodie, le chant  qui le vilain petit canardcherche sa voix.  Chaque saison apporte la preuve de qui nous sommes ou ne sommes pas. Les 4 saisons rythme la vie entière, mais aussi chaque étape de ta vie, chaque histoire, depuis son germe jusqu’à son plein déploiement.

 

La vie est un voyage.  Ta vie n’a pas de véritables objectifs au sens propre du terme d’en faire un objet. Ta vie est une histoire dont tu peux en devenir le héros, comme le Petit Canard qui pourtant ne partait de rien. Il était comme vide de lui-même.

Grâce à ce vide, à l’automne, il ressent un élan, un appel, une puissante nostalgie en son for intérieur. Et un grand amour aussi. C’était le signe des cygnes.  Mais il n’est pas encore prêt à répondre, pas assez mature.

Il faut encore de l’entrainement spirituel.

Son pays d’origine ne figure pas sur les cartes géographiques, alors la tentation est grande de s’arrêter, de se résigner devant les é-preuves, de tourner en rond, de stagner dans le marais ou de se faire prendre le coeur par la  glace. Le danger est de  figer ses ressources vives,  scléroser son désir, être mort/vivant.

C’est une rude leçon pour le Petit Canard.

 Jamais le pèlerin ne doit cesser d’avancer ( on dit bien : qui n’avance pas recule). Jamais il ne doit renoncer à son Idéal.
Notre jeune héros a renoncé aux fausses hospitalités dans la masure ou chez le paysan car il ne veut pas se contenter de rôles d’utilité ou d’agréments, comme ronronner, pondre des oeufs ou amuser des enfants, même si ça le ferait évidemment apprécier des gens ordinaires.
On ne renonce pas à son aspiration tant qu’on n’a pas atteint le havre de paix définitif !
Petit Canard, ainsi est devenu grand. Il est seul, mais il est unique.
C’est  le fait de se sentir unique qui réveille le Vrai Désir. Tous les désirs communs ne font qu’endormir. C’est bien le rôle de l’incitation à la consommation : endormir et asservir.
Maintenant Petit Canard a pris conscience de sa vraie nature. Il va accéder à sa souveraineté. Alors il s’élance vers ce lieu   que les oiseaux migrateurs lui avaient désigné un  beau soir d’automne.
Il lui a fallu tout ce temps pour découvrir que derrière son apparence il appartient à une haute lignée, ces mystérieuses hauteurs
le vilain petit canard
 où disparaissent les cygnes  dans une envolée  qui s’arrache à la pesanteur.

 

Cet envol est irréversible ; l’âme retrouve son Royaume Amoureux.
Le parcours du Petit Canard dans les éléments, la terre, le vent,  le feu des chasseurs, l’eau des marais de l’étang est celui de la révélation de son origine céleste, cosmique, spirituelle; parce qu’il en ressent les limitations, se rend compte de son exil, de ses limites étroites, il aspire à sa vraie demeure.

 

Bien sûr, beaucoup s’en contentent, se plaisent dans leur basse-cour et estiment qu’il n’y a rien de meilleur. D’autres ont un pressentiment puissant qui les appelle en un lieu où leur âme peut refleurir.

 

Tu peux accepter de n’être que l’hérédité humaine, celle de ta famille, de ta société, de l’époque,  et même si elle t’asservit,  te plaire à reproduire les schémas qui te sécurisent.

 

Ou alors tu te dégages de ces divers conditionnements, de ces cadres, ces fausses identités et tu découvres ton identité éternelle ; tu deviens apte à te relier à ta parenté originelle.
La société des canards ou la compagnie des cygnes majestueux ?
Sache que le cygne sauvage ne se contentera jamais de vivre dans la basse-cour et ne se laissera jamais domestiquer.

le vilain petit canard

 Sa dignité lui permettra de rejoindre sa destinée de haut-vol dont sa famille terrestre le détournait.

 

La transmutation du vilain Petit Canard en Oiseau de Lumière nous rappelle, – contrairement à ce que croient et affirment les scientifiques-  que l’homme n’est pas le sommet d’une évolution qui le rendrait supérieur aux autres règnes. Il se trouve dans un état provisoire.

Tant que l’homme demeure ignorant de sa capacité d’envol, il est malheureux; tant qu’il s’identifie au seul monde des formes matérielles, il se sent vide, dans le manque, en exil. Tant qu’il reste lié aux chétives ambitions terrestres, il ne peut retrouver sa liberté.

 

Il n’y a qu’en se mettant en route vers d’autres lieux qu’il prendra conscience de sa dimension céleste. C’est en répondant à l’appel de l’impossible qu’il recouvre son immense liberté. C’est en migrant qu’il peut changer de monde.

 

A chacun est une histoire unique, à nulle autre pareille.

 

On peut interpréter les contes à de nombreux niveaux, comme beaucoup le font ou l’on fait. Ou en dégager une morale, mais ce n’est pas leur propos.
Leur vraie fonction est initiatique ; ils délivrent un message, des clés de sagesse pour rejoindre l’infini d’un monde oublié.

 

On pourrait y voir ici une histoire de conflit entre frères et soeurs, une nécessité d’adaptation aux différences ou l’histoire d’un être mal dans sa peau qui ne peut s’adapter à sa famille. C’est souvent ce qui se passe pour des personnes qui se sentent mal dans leur famille, sont rejetées, abandonnées. Cela entraine honte ou culpabilité.

 

Ce n’est pas le Petit Canard qui a un problème de socialisation, mais plutôt le reste de la basse-cour qui a un problème de limitations spirituelles et d’attachement aux apparences.

 

J’ai même entendu des personnes réputées et admirées dirent qu’il fallait faire le deuil de l’Ailleurs. Quelle aberration ! Les dieux ignorés nous harcèlent alors de toutes les façons. 

Nous sommes dans ce monde, mais pas de ce monde. En même temps que nous le vilain petit canardexpérimentons les quatre éléments dans ce monde, nous pouvons accomplir le Voyage du héros consciemment vers le cinquième élément : l’éther. C’est de là que viennent nos rêves. C’est de là qu’ils nous appellent.

 

Ce conte de Hans Christian Andersen suit la trame  de tous les enseignements sacrés parvenus jusqu’à nous : la descente de l’âme et sa remontée bienheureuse.

Nous y voyons les étapes du voyage depuis la chute de l’âme ( un gros oeuf de cygne) couvé dans un univers étranger ( par une cane).

Dans cet univers , l’âme  ne se reconnait pas ( Vilain) et se sent prisonnière, esseulée, refusée, incomprise dans ce monde matériel ( basse-cour).

Rencontres, tentations, risque de résignation au début de la quête.

Puis signe d’un autre monde avec l’Appel qui réveille l’Âme et la Joie profonde.

Et enfin retour au pays originel et retrouvailles avec sa communauté, ses compagnons d’éternité.

L’enjeu pour l’âme consiste à traverser le monde, comme une forêt ou un labyrinthe et à trouver le chemin du retour.

Comment faire ?

Répondre à ce qui t’appelle à travers un projet, un désir, un souhait; peu importe lequel, derrière, il y a ton Graal ! Ton souhait, c’est Toi dans ta majesté, c’est ton semblable que tu dois rejoindre. Peu importe à quelle étape tu es, ton aspiration est ta chance.

J’avais écrit cet autre article voici quelques années ( ma propre métamorphose selon le conte du Vilain Petit Canard : l’histoire de l’aigle qui pataugeait avec les canards

 

(article inspiré par un  texte de Jacqueline Kelen)

 

 

 

 

Comment je tiens mes résolutions avec cette méthode avant-gardiste

En début d’année ou aussi lors de ce que nous appelons « la rentrée », nous prenons souvent des « résolutions ».

 

« Résolution » a pour sens originel (du latin) : dissolution, dénouement.

 

Bien souvent quelques semaines plus tard, c’est la bonne intention elle-même – sens plus moderne de « résolution » – qui s’est dissoute. Et vous risquez de ne pas être très fier de vous ! Pourquoi et comment obtenir le changement de façon quasi-miraculeuse et pratiquement sans effort avec une stratégie d’avant-garde relevant de la physique quantique ?

 

La folie c’est de faire toujours la même chose et de s’attendre à un résultat différent ( Albert Einstein)

 

10 signes qui montrent que la magie est en toi

obscurité/clartéLe monde « magique » est composé de l’ensemble des phénomènes dits incompréhensibles, que l’on  passe le plus souvent sous silence ou que l’on  jette dans la poubelle  des illusions ; synchronicités, apparitions d’êtres non charnels, états d’Eveil, expérience unitaires, etc…

 Depuis Descartes nous avons développé une science du jour, capable de changer les conditions objectives de notre vie; il nous manque une science de la nuit pour comprendre comment agissent  les forces  qui animent  la réalité invisible sous-jacente.

Nous avons besoin de clarté et d’obscurité pour réaliser notre vie.

As-tu déjà dessiner ? si oui, tu auras remarqué que ce sont les ombres qui font apparaitre les formes.

Si tu crois qu’il y a de la magie, alors tu ne vas pas tarder à la voir. Si tu crois le contraire, tu resteras dans l’opacité, cette épaisseur qui sépare l’ombre de la lumière,  et te garde  dans la confusion.

Cette magie invisible , tu en vois probablement des parcelles mais tu ne sais pas forcément l’harmoniser avec la vie extérieure. La magie arrive sans que tu y prennent vraiment part et cela peut te frustrer. Tu pourrais cependant devenir un vrai magicien, une vraie magicienne. de la vie, si tu connaissais les étapes pour délivrer ton royaume. En attendant, voici quelques pistes qui vont t’indiquer si tu as des dispositions pour vivre la magie de la vie.

Et si vous rentriez plutôt dans le monde éclatant de l’Âme ?

le saut quantique Et si vous sortiez du bocal ? Votre vie n’est pas ce qu’elle pourrait être? Vous avez besoin que s’ouvrent d’autres possibilités.  Vous avez bien compris qu’une vie conditionnée, monotone, répétitive et  pesante, ou agitée et incontrôlable  ronge votre vitalité ?

Vous voulez en savoir plus sur les risques encourus?  lisez cet article d’abord. (Y a t-il une vie avant  la mort ?)

Hors de question pour vous  de continuer ce bagne à perpétuité ou cet inconfort latent qui se manifeste par différents symptômes non équivoques dont vous ne pouvez vous dépêtrer. Ennui, solitude, insomnie, vague à l’âme, relations difficiles, scénarios répétitifs catastrophiques etc…

Alors, vous cherchez les moyens d’un vrai changement…qui ait du sens pour vous évidemment. Pas n’importe lequel : un changement dans votre quotidien, un changement incarné. Mais bien sûr, il faut faire une transition et là, c’est une nouvelle histoire qui ne semble pas évidente.

A  notre époque chacun doit s’auto-initier à sa vraie nature. ce n’est pas une mode, c’est une nécessité vitale qui a des répercussions sur notre environnement.

Mais que vous propose t-on habituellement pour vous sortir du pétrin?

Y a t-il une vie avant la mort ? Ne dissimulons pas le cadavre…

ardents désirsVous connaissez le blues du businessman ?
 
« J´ai du succès dans mes affaires
J´ai du succès dans mes amours
Je change souvent de secrétaire
J´ai mon bureau en haut d´une tour
D´où je vois la ville à l´envers
D´où je contrôle mon univers…
…………

Au moins es-tu heureux ? (choeur)

J’suis pas heureux mais j’en ai l’air…..

j’ai perdu le sens de l’humour….

 

Avez-vous le blues vous aussi ? 

Êtes-vous sans cesse tiraillés entre un désir  de conservation, qui vous intime l’ordre de rester là où nous êtes, et une élan vital  qui vous pousse à aller  vers ce qui  vous rend vivant ? Faites-vous  état d’un sentiment diffus et lancinant d’insatisfaction ou de frustration profonde, sorte de sensation de ne vivre qu’à moitié …? Auriez-vous des regrets importants si vous deviez mourir dans  un temps  proche ?

Si vous avez répondu oui à l’une au moins de ces questions,   cet article est pour vous  !

Quoi faire quand tout semble perdu ?

princesse au petit poisCe court récit est un conte féerique par excellence car il ranime en chacun l’idée que rien n’est définitivement clos, et qu’en un éclair tout peut changer, comme par miracle.
 Tout peut surgir de partout ou de nulle part.
A condition d’avoir un désir fort et d’avoir entrepris des actions pour y parvenir bien sûr.
Comme le prince qui a couru par monts et par vaux  dans les plus lointaines contrées pour découvrir la jeune fille qui sera son épouse…
c’est l’histoire que je vais te raconter maintenant

Voici le mot le plus magique du monde

merciIl y a un mot que je « vénère » et auquel je fais totalement confiance. Un mot qui vous fait fondre, ressentir que vous êtes déjà heureux. Qu’il ne vous manque rien. Un mot qui vous place dans l’amour inconditionnel. Vous vous sentez aimé(e) totalement par la vie. Le prononcer fait que vous êtes le centre du monde sans orgueil aucun.

Il ne vous met pas  « en défaut », en flagrant délit d’incompétence ou d’insuffisance.

Il ne provoque pas de culpabilité, ni de manque ou de flou comme ces mots dont j’ai parlé dans différents articles. Tels : Jugeons de ce qui est         Croyez-vous devoir gérer vos émotions      Crois-tu savoir ce qu’est la « sexualité      Les montagnes russes de l’estime de soi

Ce mot est une bénédiction au sens littéral puisque c’est un mot qui fait du bien.

Son efficacité contre de nombreuses maladies est impressionnante. Il n’a aucun effet secondaire… à part vous rendre plus heureux.

Tu n’es pas une poupée vaudou !


poupée vaudouJe les traque, les piste,  un par un, parce que ce sont eux, un par un, qui font ton histoire et la mienne  La nôtre.

Imagine un peu que tous  soient clairs pour toi, et surtout que tu soies bien conscient(e)s de tous ceux qui t’aident ou  ne t’aident pas.

T’es-tu jamais arrêté pour considérer le pouvoir contenu dans chaque mot ? Chacun a déjà ressenti le pouvoir de certains mots qu’on lui a dit, spécialement si ces mots expriment de l’amour ou de la haine.

Les malédictions et  les bénédictions. Effet placebo ou effet nocebo. Les mots sont des aiguilles ou des caresses. Je ne plaisante pas, tu vas voir plus loin. Chaque mot cache un univers.

Le pouvoir des mots et de la parole juste était un enseignement fondamental dans les écoles à mystères dans la Grèce antique, tellement cet art était reconnu comme essentiel pour une vie accomplie.

retiens  bien ceci : Considérer une expérience comme merveilleuse ou à l’inverse comme un échec tient uniquement au vocabulaire que tu emploies. Change un seul mot et tu changes ta réponse à la situation sur le plan émotionnel, psychologique et même physique

 

C’est donc important non ? Pour faire de ta vie un conte merveilleux et aller  jusqu’au happy end.

Le sens des mots organisent ta vie, tes émotions, tes sentiments et bien plus encore. On dit que les pensées sont importantes…oui, mais tu penses comment la plupart du temps ?

avec des mots  !

Je vais t’en présenter un que j’ai repéré depuis longtemps et je le tenais à l’oeil. !

Depuis une dizaine d’année c’est le grand délire,  la manne des coachs et thérapeutes en tout genre. Et on trouve des tonnes de conseils à son sujet : de la gestion du temps à la confiance en soi. 
De quel mot s’agit-il ? Je te le donne en 1000 ?