Dossier secret #1 « révélation sur les contes de fées »

Les contes de fées ne vous sont pas totalement étrangers mais vous avez sans doute à leur sujet, des croyances, idées reçues du collectif, qui vous masquent le véritable sens de ces puissantes histoires. Vous ne voyez pas bien ce que vous pourriez en faire, à part rêver quelques minutes au pouvoir féerique dont ils parlent, aux accomplissements miraculeux qu’ils promettent, avant de retomber dans votre réalité quotidienne, qui vous semble à côté si ordinaire et éloignée de ce monde fabuleux.

Vous en aviez peut être conclu que les contes de fées n’existent pas, au mieux qu’ils enseignent quelques leçons de morale,  ou au pire,  qu’ils ne sont pas pour vous. Vous allez changer d’idée ! ils parlent d’une spiritualité laïque (signifie pour tous),  pouvoir d’inspiration à implanter dans le quotidien, capable de vous accompagner dans la réalisation de vos rêves les plus audacieux. Car sachez que votre rêve et celui de la vie ne font qu’un  ! N’a t-elle pas que vous pour le réaliser dans ce monde ? Comment avez-vous oublié cela ? un jour, en un temps éloigné sans doute, alors que, comme la Belle au Bois Dormant,  vous vous vous êtes endormi(e)…

Un pouvoir initiatique

  • Initiatique signifie revenir « in », à l’intérieur, au centre, au UN, à l’origine et c’est un retour au commencement. Il était une fois est le signal du départ, sorte de compte à rebours vers votre  Lieu d’origine, monde de Tout- Possible. Être original n’est pas comme on le croit « être différent »  mais vivre  la révélation de qui vous êtes  vraiment, à l’origine. La révélation du gland c’est le chêne. Dans le monde des contes on appelle cette révélation le « modèle de croissance » C’est lui, le modèle de croissance qui vous appelle et vous guide vers votre chance. Cela peut être appelé votre mission.

Dans un  monde dominé par la pensée logique et le matérialisme , les contes de fées appelés aussi contes merveilleux, sont victimes par omission de leur pouvoir initiatique. Clés de  Sagesse ancestrale, arcanes  dérangeants pour une culture basée sur le savoir objectif,   leur  pouvoir est minoré en les classant « littérature enfantine » , et   la pensée mythique dont ils sont les vestiges est  assimilée à des mensonges. Ne dit-on pas « c’est un mythe  » en parlant d’une idée fallacieuse ?

Tout au plus, certains auteurs ont utilisés les contes pour expliquer des caractéristiques psychologiques, limitant cependant leur portée aux frontières de la « personnalité ». Cette approche a le mérite de les avoir fait connaître à un large public. Ce même public a la possibilité aujourd’hui d’aller plus loin, à la découverte du Merveilleux.
Jean Pascal Debailleul est à mon avis, l’auteur le plus inspiré que je connaisse dans le domaine des contes de fées. Ses ouvrages dépassent en valeur et en actualité ceux des auteurs les plus connus sur le sujet. Ils sont d’un haut niveau de spiritualité. Bien que je m’abreuve à toutes les sources, Jean Pascal a beaucoup inspiré mon parcours de Coach. J’ai eu le privilège de co-animer des séminaires  en sa compagnie.

Les contes  ne sont donc ni exclusifs de la jeunesse, ni fables dérisoires, et ne peuvent se réduire à un support d’analyse. Valant textes sacrés, joyaux hérités de l’Humanité , ils  racontent rien moins que le cheminement de l’égo,  retour vers la Source de Vie elle-même.  C’est un chemin possible de délivrance des obstacles  qui entravent votre épanouissement humain.

Des histoires de délivrance

  • Votre  génie derrière un symptôme : Ces histoires merveilleuses  ne vous demandent pas de devenir surhomme ou superwoman. Elles portent  plutôt un regard de compassion sur votre condition  humaine,  mettent   en scène frustrations, peurs,  échecs, symptômes témoignant de vos impuissances. En effet, les contes commencent toujours mal.  Ils vous proposent alors de  découvrir les ressources inconnues cachées derrière les  formes pathologiques, schémas destructeurs  qui  vous limitent et vous mettent dans l’urgence.  Vous pouvez en faire une Quête, un parcours de héros. Seul le héros en soi, modèle archétypal de l’Homme dé-chaîné, aura le courage (force du coeur) de franchir les obstacles intérieurs qui le séparent de  sa Vérité.
  • Le symptôme ou sortilège est la meilleure forme que le Pouvoir de Vie ait trouvé, pour vous protéger,  lors d’une « catastrophe »,  évènement majeur vécu dans l’impuissance. C’est une protection. Attention  : Symptôme au sens large  et pas seulement somatique. Le symptôme est le sortilège, le sort en fait dans lequel vous êtes enfermé. Il peut être d’ordre existentiel : amours impossibles par exemple. D’ailleurs « symptôme » à l’origine signifie « affaissement, évènement malheureux, mauvais concours de circonstances, qui révèle une violente émotion ». Le sortilège est une cristallisation énergétique, noeud derrière lequel s’accumule une énergie psychique impossible à utiliser. Ce noeud, bien serré crée un manque à vivre, qui, face à votre désir vous met en   « tension des contraires » et devient insupportable. C’est l’histoire de l’âne de Burridan qui est mort avant d’avoir pris la décision de commencer par boire ou manger. Les contes   proposent de ne pas  rester dans l’impasse destructrice ; trouver un troisième élément, l inspiration capable de trouver la nourriture d’un « autre monde » pour devenir plus vivant.
  • Une proposition thérapeutique complète :

1) Le conte est votre  miroir : la structure narrative  des contes est universelle, calquée sur votre psyché.  C’est ainsi qu’il vous est facile de vous y reconnaître.

2) Très important : C’est une sorte de remise en ordre des choses . Il faut repasser par le chaos figé par le symptôme. Jean Pascal Debailleul écrit dans « Manuel de thérapie par les contes de fées » : « la proposition est de……prendre contact avec l’intégrité de soi qui a produit le symptôme afin de lui demander une version réactualisée de cette protection »(du symptôme)

3) C’est un système cohérent qui se suffit à lui-même, par son récit à la fois simple et amplifié, le conte frappe votre esprit, ébranle vos conditionnements symptomatiques,  pratique la catharsis qui amènera le moment venu,  votre prise de conscience.

4) Pour en dégager la quintessence, en avoir l’efficacité,  connaître la guérison, il est  nécessaire d’ être accompagné, car vous rentrez dans un royaume où les lois ne sont pas les mêmes que dans le monde ordinaire. C’est bien pour cela que les « miracles » des contes semblent inaccessibles. Ce sont les lois de la physique infra atomique. Vu de notre monde ces lois semblent impossibles à utiliser. On y a accès sous certaines conditions. Ce sont  les secrets de sagesse des contes de fées.

5) Un processus résolutoire miraculeux : Pour que la dynamique des contes active votre quête, il faut que la demande , le souhait semble impossible à réaliser. C’est fantastique non ? C’est le signe que la réponse appartient à l’Autre monde, celui de l’Insu. Quand la personnalité a cherché et trouvé les solutions ordinaires, à sa portée, sur ses propres forces, il faut des fulgurances venues du monde de toutes-potentialités pour faire « un saut quantique » et défaire le « mauvais sort ».


6) condition nécessaire à la dissolution du sortilège :  créer une énergie de libération capable de nettoyer  le problème qui s’est cristallisé. Attention ! Cette proposition cathartique n’est pas celle de « défouler ses émotions négatives ».

Un Royaume enchanté à délivrer mais un langage énigmatique

Nos rêves, souhaits, aspirations profondes, sont des messages de notre modèle de croissance :  sorte de double merveilleux dans le monde féerique, qui nous apparaît sous forme de chance. Comme le gland rêve de devenir chêne, nous rêvons de devenir ce que la vie nous appelle à devenir, du plus profond de notre être. Un Royaume en nous,  appelle à l’aide ;  notre royauté  soupire,  veut se faire connaître et couronner. Elle nous fait signe dans un langage énigmatique qu’il faut apprendre à décoder ; inspirations, synchronicités, visions inattendus, alignements soudains, opportunités inespérées, paradoxes, situations emblématiques  etc..   Ce monde de Tout-Possible nous donne tous les indices pour instaurer le contact avec Lui et le délivrer, car cette délivrance est notre réalisation ET la sienne.

La Belle au Bois Dormant est  l’histoire emblématique

de ce Royaume, enchanté suite à une catastrophe,  et de  sa délivrance.

Résumé du conte : En un royaume, une fête est donnée en l’honneur  d’une fillette dont la naissance fût très attendue par ses parents le Roi et la Reine. Toute la famille est invitée, ainsi que  les fées du royaume. Elles sont treize en tout mais comme il n’y a que 12 couverts en or pour les fées, l’une d’entre elles ne sera pas invitée. Chacune à leur tour, les fées  invitées se penchent sur le berceau de la fillette,  une sorte de baptème laïque, et lui accorde une vertu : la beauté, la bonté, la richesse etc… Quand la onzième eu fini, la fée « oubliée »se présente à la fête, courroucée par cette mise à l’écart et à son tour, elle  donne une prescription :  » la fillette se piquera avec une quenouille dans sa quinzième année et tombera raide morte !

Malheur ! Tout le monde est stupéfait !

Heureusement, la douzième fée n’avait pas encore fait son voeu. Elle ne peut annuler  le « sortilège » mais le réduire  à un sommeil de 100 ans.   Quand vint son quinzième anniversaire le sortilège se réalisa. A peine s’est-elle piquée avec la quenouille, que le jeune fille s’endormit ainsi que tout le monde dans le château. Une haie d’épines touffue poussa autour du palais et le cerna complètement.

De temps en temps, des fils de roi s’approchaient du palais et tentaient de pénétrer à travers l’épaisse muraille d’épines, car ils avaient ouïe dire qu’une magnifique princesse y était endormie. Mais ils n’y parvenaient pas. Les épines se tenaient entre elles, comme par des mains. Les jeunes princes y restaient accrochés, sans pouvoir se détacher et mouraient là, d’une mort cruelle. Un jeune Prince arriva un jour à l’issue des 100 ans et malgré les avertissements d’un vieillard qui voulait l’en empêcher, il traversa la couronne d’épine et alla tout droit jusqu’à la chambre où dormait la jeune fille. Il s’approcha et la réveilla d’un baiser. A la suite, tout le monde au château sorti du sommeil. Le tout finit par un mariage et une fête au faste exceptionnel. Le Royaume entier était délivré. La Belle allait retrouver sa royauté.

Voici une histoire vraie que l’on m’a racontée aujourd’hui (quelle synchronicité !)

Une personne m’appelle pour savoir si je peux faire quelque chose pour elle. Elle vient d’apprendre que le mal qui la ronge est la polyarthrite rhumatoïde. Je lui explique que cela doit être le symptôme d’une catastrophe survenue en  quelque moment, la crispation  pour la protéger de la désintégration psychique…suite a des émotions fortes.  Et elle me réponds « oui il y a 21 ans, j’étais très jeune, mon mari est mort et j’avais une fillette de trois mois » Il y a 21 ans, quelque chose en elle s’est endormi et la haie d’épines maintenant , très développée est cette polyarthrite. Il va falloir que cette personne entame une quête héroïque, une quête amoureuse pour réveiller la Belle endormie au fond d’elle-même.

Le conte,  médiateur entre deux mondes

Vous avez  des questions parce qu’il existe des réponses !  vous êtes dans un monde de questions, de limitations, et vos plaintes, vos prières, vos souhaits appellent un monde de réponses, de puissances. Les contes se situent dans cet interface entre les mondes.  La fonction qui incarne la médiation est la fonction féerique (la fée) qui n’existe que dans les contes merveilleux.

Bien souvent vos rêves tombent à plat parce que vous vous contentez d’une première solution « médiocre » , une compensation qui « calme le symptôme », (un peu comme un cachet  cache le mal). Ce cache  ne permet pas à la merveille, qui attend derrière le symptôme de se faire connaître. Les contes, les mythes ont pour acteurs centraux les héros, capables de rencontrer les messagers du monde féerique et les demi-dieux, fils de mortels et des Dieux, personnages à  double origine  circulant entre les deux mondes. C’est à cela que les contes nous initient : circuler entre les mondes.

A partir de vos impuissances, les contes vous invitent donc  à réintégrer ce Royaume de Tout-Possible,  désintégrant les sortilèges et laissant les Dieux oeuvrer à travers vos mains, vos coeurs.

Le Royaume Amoureux

Le Royaume Amoureux est un royaume qui appelle sa délivrance, pas seulement pour moi (voir mon défi) mais aussi pour de très nombreuses personnes qui soupirent après l’être aimé et l’Être aimé. Cet être aimé est  à rencontrer en soi dans la quête de l’Autre. Rétablir le lien intra- personnel pour rétablir le lien interpersonnel.

Je travaille activement à la délivrance du Royaume Amoureux, c’est ma responsabilité, ma mission.  Je provoque par exemple les résistances comme je l’ai fait dans cet article « les demi-dieux meetic…remettons les pendules biologiques à l’heure ». Provoquer les résistances est indispensables, ne sert pas à les supprimer mais à les faire sortir pour mieux les intégrer.

Un  engouement pour les contes merveilleux

L’engouement pour les contes  croît en ces temps de doute existentiel et d’urgence planétaire. Si vous êtes  suffisamment proche de l’Innocence, ils se révèleront des outils fabuleux pour votre croissance. Laïque, leur message n’en est pas moins religieux :  le retour à la Source originelle oblige à laisser tomber les protections de l’égo, autant d’épreuves initiatiques de héros……..pour libérer la totalité de votre énergie dynamique, votre  » « génie » . Ce qui caractérise la spiritualité laïque c’est l’absence de croyance préétablie. Cela permet à la foi de se développer en établissant un lien vivant avec le pouvoir de vie et de fécondité. Cette foi vous servira pour vivre votre prophétie auto-réalisatrice.

Sachez que  la pensée mythique, refoulée dans l’inconscient,  est très puissante car agissant  à votre insu. Pour retrouver et apprendre à maîtriser cette puissance, il faut  apprendre à s’en servir.

Donner une mission à votre  personnalité

En conclusion, voici ce que je vous propose. Peu de gens connaissent réellement leur mission sur Terre car la personnalité prend le devant de la scène et occulte le modèle de croissance (et en même temps les chances qui n’attendent que nous pour se révéler) Vous êtes peut être dans ce cas…peut être partiellement. Cette ignorance de la mission engendre malheurs, difficultés, frustrations, stress, dépression.

Il est une mission que chacun, que Vous  pouvez vous  donner consciemment : recréer le lien intra-personnel en affrontant l’ennemi intérieur , le faux moi et à partir des  impuissances, tendances passionnelles, fascinations destructrices, chercher votre mission, en faire une Quête héroïque. Chercher sa mission est une mission accessible à tous.

Toute existence susceptible de vous surprendre dans vos vulnérabilités l’est également dans vos exploits possibles. Pour tout progrès il y  a un pris à payer : le PARCOURS DU HEROS pour découvrir vos exploits possibles.

Le monde a besoin de héros aujourd’hui !

Découvrez comment  j’ai été initiée directement par l’Autre Monde, par le Source elle-même ! Suivez mes articles en vous inscrivant au travers du formulaire et téléchargez le guide l’ AUDACE  d’AIMER.

22 comments on “Dossier secret #1 « révélation sur les contes de fées »

  1. Sylviane

    Bravo encore une fois Elisandre de nous remettre les pendules à l’heure pour les contes de fées.

    Chacun de nous devrait en relire quelques-uns pour effectivement découvrir notre mission personnelle. Le manque d’objectifs élevés de nos frères humains (dans leur grande majorité) fait qu’ils sont vissés devant leur ordinateur en train de se ronger face aux bourses mondiales qui dévissent.

    Il faut du courage et de l’audace pour partir affronter ses vieux démons comme dans les contes de fées et le plus drôle c’est qu’en y mettant un peu de bonne volonté on arrive à les vaincre toujours comme dans les contes de fées.
    Un article par Sylviane : La cohérence cardiaque de David-Servan-Schreiber

    1. Elisandre

      Bonjour Sylviane,
      Mais bien sûr qu’on y arrive. Cela demande du courage (énergie du coeur) mais l’amour est bien le pouvoir organisateur de toute notre vie. Le courage est de l’amour en mouvement.

      Donc rentrer dans une quête héroïque réorganise toute notre vie et nous remet sur le chemin de la croissance.
      A bientôt

      Elisandre

  2. Labat

    Bonjour Elisandre,

    Un artilce qui utilise ces mots « il faut des fulgurances venues du monde de toutes-potentialités pour faire « un saut quantique », je ne peux qu’aimer…

    Ce ne sont pas les contes de fée que nous allons lire, ce sont TES HISTOIRES…. bien racontées.

    Quel est le conte de fées pour sortir la société du bourbier dans lequel elle est ?

    A bientôt

    Emmanuelle
    Un article par Labat : Une âme, une mission, vous voulez un exemple ?

    1. Elisandre

      Bonjour Emmanuelle,

      Ah je vois que tu me stimules ! Tu as raison. Continue !

      Déjà je pense que la Belle au Bois Dormant dont je parle dans cet article est bien représentative de ce pouvoir féminin qui « enchanté ». Une fée n’a pas été invitée et elle a jeté un sort.
      cela pourrait être la fée « spiritualité » ou même « fécondité ».

      Il faut retrouver cette royauté, ce royaume par un pouvoir masculin « courageux », qui n’a peur de rien comme dans le conte, et qui traverse les épines.

      Tu vois pourquoi j’ai écrit aussi cet article sur les demi-dieux meetic, d’une façon ironique, car il faut bien des demi-dieux, des héros certes mais pas qui se conduisent comme ceux-ci…qui reproduisent ou cherchent à le faire toute leur vie, au lieu d’oser créer, aimer.

      Encore un article à écrire sur le sujet : ou sont les héros, les vrais demi-dieux, pour sortir du bourbier ? Nous avons besoin de héros.

      A bientôt
      Elisandre

  3. Elisandre

    Bonjour Patricia et merci pour ton commentaire sympatique !

    Non seulement les contes reflètent nos histoires de vies et ils sont de véritables remèdes à nos sortilèges.

    Elisandre

  4. Philippe

    Bonjour Elisandre

    Excellent ton article, et en outre les contes de fées « me parlent » tout spécialement !
    Ils ont joué un grand rôle dans ma vie à une certaine époque et j’allais m’abreuver souvent à cette magnifique source d’énergie et de savoir!

    Marie Louise von Franz, Bettelheim, V.Propp … des auteurs d’ouvrages magnifiques qui parlent des contes, chacun selon un angle différent et que tu dois très certainement connaître avec d’autres !

    Bien d’accord avec toi Elisandre, où sont les chevaliers qui n’ont pas peur de braver les haies d’épines ? Notre société tend à créer des êtres dont le rôle est de ne pas s’engager.

    Mais attention, les chevaliers sont armés grâce au courage que leur donne la Noble Dame … or, conquête de pouvoirs, individualisme ou égoïsme, si l’un des genres supprime à l’autre ses attributs (castration symbolique ou pas) :-), il ne faut pas s’étonner qu’il y ait tant de solitude !

    Il faut une coopération entre hommes et femmes, une sexualité fine et généreuse (non pas une relation qui ramène tout à la possession, à la recherche aveugle du seul plaisir personnel) … C’est grâce à ça que Cendrillon arrive à conquérir le prince, parce-qu’elle est douce, naturelle, laisse l’homme s’exprimer (alors que ses demi-soeurs sont avides d’obtenir gain de cause à n’importe quel prix, même en se mutilant le pied pour entrer dans la chaussure qui ne leur correspond pas) …

    Tu vois, le sujet m’intéresse !!! 😉

    Encore Merci et Bravo pour ton article !

    Bien à toi!

    Philippe
    Un article par Philippe : 3 Jours loin d’Internet

  5. Elisandre (le Royaume Amoureux)

    Bonjour Philippe et merci pour ton appréciation élogieuse.

    Effectivement, je vois que les contes de fées te parlent bien et vrai ! Cela fait plaisir d’avoir affaire à des connaisseurs.
    Ce qui peut être formidable avec les contes, c’est que la spiritualité qu’ils proposent est laïque ; elle est donc pour tous et sans querelles de clochers. Les images sont simples et parlent à la totalité de notre être.
    C’est bien cela ; « si l’un des genres supprime à l’autre ses attributs »…cela rejoint l’article sur les « demi-dieux meetic… »…les femmes mûres sont asexuées, donc castrées de leur pouvoir vital, impuissantes dans un monde où justement on a besoin d’elles pour « créer » et non pas procréer.
    On arrive à 7 milliards d’individus. 7 milliards de bouche à nourrir.
    Faisons basculer vers le haut la création.

    Voilà où je me positionne !!!

    Merci Philippe

    Bien à toi
    Elisandre

    1. Philippe

      Mais c’est un plaisir Elisandre d’intervenir sur ton blog.

      Juste 2 choses en plus:
      – « si l’un des genres supprime à l’autre … » tu as raison sur le pouvoir retiré aus femmes mûres, mais il faudra aussi que tu cites les hommes que les femmes relèguent au rang d’objet (comme l’ont fait autrefois les hommes, seuls à l’époque à détenir le pouvoir) sachant que maintenant, il y a eu un retournement de situation … et c’est ce pouvoir qui est une tentation et n’aboutit à rien si on l’utilise uniquement pour soi : en effet, on se retrouve alors entouré d’objets (au lieu de sujets), ce n’est pas très passionnant, mais les femmes se conduisent comme ça aussi…donc pour moi le chemin n’est pas un sexe contre un autre, mais prendre conscience de tous ces aspects pour nous compléter mutuellement !

      -« la laïcité » comme tu dis, pourquoi pas ce mot … pour moi il y a une notion que j’aime tout particulièrement par ce qu’elle englobe, je dirais « non dogmatique », mais on se rejoint.

      Voilà, Bonne journée et à bientôt ! Merci!

  6. Elisandre (le Royaume Amoureux)

    Oui je suis tout à fait d’accord Philippe sur le fait que l’inverse soit vrai aussi bien sûr ;
    Je compte bien arriver à ce thème aussi (l’inverse) Je me suis franchement positionnée sur une facette mais je n’oublie pas l’autre pour autant. D’ailleurs, déjà, les femmes jeunes qui « profitent » de la bêtise des hommes plus âgés sont des exemples de ce dont tu parles. Mais les hommes là acceptent d’être des objets.

    J’emploie le mot laïcité, en opposition à toutes les chapelles, sectes et autres spiritualités..ou bien les incluant toutes puisque c’est « pour tous » mais sans croyance. En fait la pensée mythique est la seule qui propose la foi sans aucune croyance préétablie, amenant ainsi la personne à croire en elle-même au sein de l’Univers, à trouver le sens qui la ramène vers l’Unité, la sienne et celle du Tout.

    Merci Philippe à bientôt.

    Elisandre

  7. Labat

    Bonjour aux princes et princesses !

    Je suis ravie de lire la suite des commentaires. Je soutiens au moins les idées de deux princes et donc de deux blog/blogeurs dans ce monde. Bientôt les liens virtuels seront mêmes établis entre eux grâce à la créativité.

    Je suis d’accord avec Philippe, la femme a aussi sa part de responsabilité dans la situation à laquelle la société homme/femme a aboutit. Elles devraient être un peu plus dans leur énergie féminine elles aussi.

    Ceci dit j’aime les chevaliers ….

    Pour ce qui est de la solitude, Phillipe, je dirais qu’elle est nécessaire si nous voulons nous nettoyer. Très peu de personnes ont la capacité de le faire bien en couple et beacoup se fourvoient dans un enfer, juste par peur de la solitude. A priori les âmes évoluées sont capables de vivre cette solitude pour déblayer leur chemin, sans conjoint, sans enfant et sans attachement à la famille de naissance.

    A bientôt

    Emmanuelle
    Un article par Labat : Billet temporaire utilisé pour la détection de thème (e954bd3f-5291-4b04-bad5-deafc6a6899d – 3bfe001a-32de-4114-a6b4-4005b770f6d7)

    1. Philippe

      @ Emmanuelle … Bonjour ! 😉
      Quand je parle de solitude, je veux dire isolement intérieur, car on peut être seul physiquement et se sentir en contact avec tous les êtres et tout l’Univers, être « uni » (et le contraire: être toujours en compagnie mais coupé de l’Unité )…
      Cordialement!

      Philippe

  8. L'amoureuse

    Merci beaucoup Elisandre pour cet article pour lequel j’ai pris beaucoup de plaisir à lire !

    En effet, l’appel de cette femme (non sans parler de son histoire, tragique) est d’une parfaite synchronicité !

    Je n’ai pour ma part jamais cessé de croire aux contes de fées. Quand j’étais petite pour le prince charmant, puis en grandissant à lire plus loin que les interlignes. C’est un travail que chacun de nous devrait faire, car si cela part d’une simple curiosité au départ les conséquences que cela peut avoir sont souvent bleuffantes.
    Un article par L’amoureuse : Le suivriez-vous à l’autre bout du monde ? Etes-vous de ceux qui osent ?

    1. Elisandre

      Merci Lamoureuse !

      Comme tu dis les résultats sont bleuffants, je le constate à chaque accompagnement
      Elisandre

  9. Pingback: dossier secret #2 : révélations sur le Prince Charmant ? | Le Royaume Amoureux

  10. grossir

    La vision qu’on a des comte de fée évolue entre l’enfance, l’adolescence et l’adulte. Plus proche des réalités, plus désenchanté.

  11. Elisandre

    Oui la vision se voile, le point de vue s’éloigne, la réalité se fige dans des formes ensorcelées
    Il faut remonter dans le processus, à l’envers, pour retrouver la réalité « élastique »
    Merci de votre commentaire
    Elisandre

  12. Pingback: Dossier secret #3 : révélations sur l’ombre et la lumière | Le Royaume Amoureux

  13. Pingback: Dossier secret #3 : l’ombre du Prince Charmant | Le Royaume Amoureux

  14. Pingback: Comment je suis devenue fée : l’accouchement du coeur | Le Royaume Amoureux

  15. Pingback: Rendre croyable l’incroyable : rendre possible l’impossible | Le Royaume Amoureux

  16. Pingback: Enquête sur la face cachée du prince charmant | Le Royaume Amoureux

Leave a reply

CommentLuv badge