Si jamais vous pensiez que les contes de fées n’existent pas… !

Voici une merveilleuse histoire qu’on m’a racontée et je pense qu’elle va vous inspirer ; je  suis sûre  que cette jeune personne avait bien intégré les contes de fées et qu’elle n’avait pas dit que « ça n’existe pas ». Vous allez comprendre de suite…

Voici l’histoire :

« Je n’ai jamais été très séductrice. Mais jamais je ne serais tombée si bas si je n’avais pas vécu cette expérience traumatisante. J’ai passé  des mois à fantasmer en silence sur un garçon de mon lycée.

Un jour, j’ai décidé de lui avouer mes sentiments. J’avais échafaudé tout un scénario romantique ponctué d’un happy end que je me repassais en boucle pour m’encourager. Le jour où je me suis enfin décidée à lui avouer mon attirance, sa réaction m’a fait l’effet d’une véritable gifle. Il m’a dit qu’il me trouvait moche et que ses copains riraient de lui s’il  sortait avec moi.

Vous imaginez !

J’avais 17 ans. A partir de ce moment, j’ai avancé tête baissée, de peur qu’un garçon puisse penser que je me trouvais attirante. Je ne portais jamais aucun vêtement féminin. Jusqu’à l’âge de 23 ans, je ne cherchais qu’à me fondre dans le décor…inexister. Puis, un jour…il était une fois…   alors que je me rendais à mon travail, je suis passée à proximité d’un chantier. Un ouvrier a sifflé et m’a regardé avec insistance. Quand j’ai compris que ce sifflement m’était destiné, mon coeur a fait un véritable bond : je me serais presque évanouie. Quelque chose a changé en quelques secondes.

Ça semble stupide mais cet ouvrier que je ne connaissais pas m’a fait reprendre confiance en mon potentiel de séduction, instantanément.  Il m’a donné la force et le courage de changer mes habitudes vestimentaires, de faire ressortir ma beauté : paraître sexy et attirante aux yeux des hommes. Le résultat est arrivé très rapidement. Trois mois plus  tard, je faisais la connaissance de mon mari. L’ homme du chantier, comme un magicien , sans le savoir, d’un simple coup de sifflet a  profondément bouleversé ma vie. »

L’histoire de Brigitte a la structure narrative d’un conte de fées

Les contes étaient restés bien vivants dans le système de croyances de Brigitte. Cela se comprend car elle dit bien qu’elle avait fantasmé tout un scénario romantique, avec un happy end. « que je me repassais en boucle pour m’encourager ». Elle a accepté (involontairement) toute la partie « maturation« . Au fond d’elle, elle savait que son Prince viendrait la réveiller quand lui aussi serait prêt. Le premier dont elle a été amoureuse était sous la forme « crapaud », mais elle était aussi « souillon ». L’ouvrier sur le chantier a servi de « messager de la fécondité » (la fonction féerique des contes). Brigitte dit bien qu’elle ne le connaissait pas...qu’il l’a profondément bouleversée ; c’était une intervention littéralement magique. Elle était à ce moment là prête à rencontrer la fée…et à se transformer…pour rencontrer le Prince.

Vous voyez dans l’adolescence la fragile image de soi … quelqu’un qui révèle cette fragilité, comme les soeurs de Cendrillon et la marâtre qui la garde souillon, dans les cendres, à faire les tâches les plus ingrates. Evidemment Cendrillon fantasme, rêve en elle-même mais ne peut rien faire qu’obéir à ses soeurs, comme Brigitte (se fondre dans le décor) car elle n’a pas la force de « lever le sortilège ».

Et un jour, un coup de sifflet, ou un coup de baguette et tout est transformé !!!! et ensuite le bal, le Prince etc…vous connaissez la suite, elle est mariée, amoureuse sans doute, le happy end est arrivé quelques années après.

Entre temps, le sortilège faisait son effet, la maintenait sous un « enchantement ». C’est la gifle (symbolique) qu’elle avait prise lors de son aveu auprès du premier jeune homme immature.  Quand on a vraiment « assez » d’une situation, avec les contes de fées, il est possible de réveiller ce genre d’histoires magiques. Elles sont dans l‘inconscient collectif où il faut aller les chercher. Il est possible d’activer ce genre d’histoire dans sa propre vie, de provoquer la magie de la vie.

Le coaching que je propose sert de coup de sifflet, de coup de baguette car nous employons la force des archétypes de l’inconscient collectif. Vous pouvez « attendre » que cela se fasse tout seul mais statistiquement c’est plus rare que si vous décidez que cela arrive. Les contes de fées servent à cela.

Cet article fait suite à  l’article «  Faites-vous du développement plus que personnel ? »

Avez-vous une belle histoire à nous raconter ? mettez-là en commentaire ! Merci pour tous et toutes celles qui vous liront et seront encouragé(e)s.

Incoming search terms:

  • histoire dun couple amoureux compte de fée
  • fait moi vivre un conte de fee
  • histoires amour romantique

16 comments on “Si jamais vous pensiez que les contes de fées n’existent pas… !

  1. Pingback: Faites vous du développement plus que personnel ! | Le Royaume Amoureux

  2. Michael

    C’est une très jolie histoire avec pleins d’images! 🙂
    Mon histoire, je l’ai racontée sur mon blog. Elle se passe à Prague.
    Comme Brigitte, j’ai eu un declic qui m’a permi de rencontrer ma femme. Ce déclic a été de retrouver ma mère.
    Bonne continuation!
    Michael
    Un article par Michael : 4 façons de gérer son argent dans le couple

    1. Elisandre

      Bonjour Michael,
      Oh !alors je ne tarderai pas d’aller lire ton conte de fées sur ton blog bien sûr !
      merci d’être passé lire cette histoire.
      Belle semaine
      Elisandre

  3. Pingback: Faites vous du développement plus que personnel ! | Le Royaume Amoureux

  4. Emmanuelle LABAT

    Bonjour,

    Cet article me fait beaucoup plaisir et je comprends (dans le sens cela résonne bien) tout ce qui est dit ! Je suis bercée par la culture russe et j’ai passé beaucoup de temps à admirer les ballets ou opéras russes, casse noisette, le lac des cycgne, russland et lioudmila, la belle au bois dormant etc …. car ils nous transcendent. Le rêve qui devient réalité.
    Il est facile de se faire des scénarii, et je fais partie des personnes qui rêvent éveillées et non la nuit ….. L’astrologie m’a donné des explications à cela. La planète Neptune…. selon comment elle est placée peut nous conduire au type de scénario qui est raconté dans votre article.
    Et a propos de scénarri, je recommande aussi cet article http://aimaenergy.com/prelude-au-voyage-de-lame/. Nous devons les vivre nos scenarris, films ou conte de fée, peu importe l’appellation à mon sens. Le blog en lui-même, depuis sa création est un conte de fées aussi….. mais l’histoire détaillée se racontera plus tard….la suite au prochain numéro. Peut-être que DSK vit aussi un conte de fées à sa façon ???
    Merci de continuer à nous écrire de beaux articles.
    Emmanuelle
    Un article par Emmanuelle LABAT : Prélude au voyage de l’âme

    1. Elisandre

      Bonjour Emmanuelle !
      Oui ce sont les fées qui réunissent le monde car en fait c’est le « pouvoir intégrateur » en nous qui est éveillé dès qu’on entend des contes de fées. Cela éveille concrètement une fonction cérébrale dédiée à la transcendance…la capacité de lien.
      Mais tu sais Emmanuelle que les histoires d’astrologie sont des mythes, donc exactement la même chose que les contes de fées mais sur un autre plan, à une autre échelle ?
      Les planètes sont des symboles qui représentent des facettes de nous-mêmes, au même titre que Cendrillon, le Petit Poucet etc…

      magnifique week end ensoleillé
      Elisandre

  5. Elisandre

    Bonjour Emmanuelle !

    merci de ta visite, tu es la bienvenue au pays des contes de fées, des contes d’amour.
    Oui c’est vrai, la planète Neptune ouvre au tout-possible, à l’inspiration, à la médiumnité. Où l’as-tu donc placée ?
    La mienne est en maison 3, trigone au soleil ‘en XI et sextile à pluton en maison 1 . Avec Vénus en maison XII, je ne peux qu’emmener les autres à vivre de belles histoires d’amour ! Concrètement et pas seulement en rêve car ma lune se trouve en taureau tandis que le bien concret Saturne est posé dans la maison 2, me faisant vivre toutes sortes de frustrations matérielles dès que je garde ces merveilleuses histoires pour moi et ne les partage pas avec les autres. (maison 8 en poissons)

    Bon pour ceux qui ne connaissent pas l’astrologie, retenez que ma passion c’est d’aider les autres à vivre leurs plus belles histoires, comme une épopée et que j’ai tous les atouts et outils pour cela depuis que les fées s’étaient penchées sur mon berceau…et qu’un merveilleux prince était venu m’éveiller à ces potentiels…évidemment, il ne faut pas oublier le prince quand même.

    Belle journée poétique
    Elisandre

    1. Emmanuelle LABAT

      Bonsoir,

      Je vois que Brigitte réunit les gens ! Belle aventure. Je ne crois pas que je révélerai mes planètes et les maisons sur le blog. Sorry….
      J’ajouterai juste que nous ne sommes pas seuls responsables d’une situation, qui est une co-création à chaque fois. Le co-créateur est-il l’homme en face, Dieu, une fée, ou autre ?. De plus je maintiens que le positionnement des planètes influence beaucoup le déroulement d’une situation, car on doit y « passer » …. J’en sais quelque chose ……

      Bon week-end avec les fées au Spa….

      Emmanuelle
      Un article par Emmanuelle LABAT : De la bonté pour garder un coeur en bonne santé

  6. patricia mignone

    Un billet intéressant et encourageant.

    C’est intéressant de constater combien nous faisons nous-même notre malheur et que ce qui s’est joué dans cette histoire, c’est l’extériorisation de la scène intérieure de la personne.
    Objectivement, il est aisé de comprendre que ça ne pouvait pas marcher avec le garçon : ce n’est pas « ainsi » qu’on approche une personne en qui on place de tels enjeux. Il est possible de « sonder » les dispositions de l’autre de façon moins périlleuse.
    Du coup, on voit clairement qu’elle seule est responsable de ce qui lui arrive.
    Sur notre scène mentale nous jouons tous les personnages, y compris les prédateurs et les bourreaux.

    Rien ne nous oblige jamais à prendre mal ce que d’autres nous disent.
    C’est donc la manière dont elle a réagi à une réponse qu’elle a elle-même suscitée qui a conditionné sa relation aux hommes durant toutes ces années….

    Enfin… je parle du haut de mon « grand âge » mais je ne donne pas de leçon… Des gaffes dans le genre, j’en ai fait.

    Merci pour ce très intéressant décodage, Elisandre!
    Un article par patricia mignone : La recette pour apprendre et désapprendre

  7. Elisandre

    Merci Patricia, fée des pinceaux et des toiles , d’être venue visiter le Royaume Amoureux !

    Ce que tu dis est bien pensé et j’y ajouterais que l’objectivité cependant n’y peut rien sauf après coup.
    Elle sert aussi avant une demande de changement pour faire le constat d’une situation navrante, un « état du royaume » en quelque sorte.

    L’objectivité est la fonction « royale » , l’intelligence politique.
    Mais jamais le roi ne fait de miracle dans son royaume, aussi intelligent et expérimenté soit-il.

    Seule la « fonction féerique » est capable de faire cela. Comme dans l’histoire de Brigitte.
    Cela me pousse à prévoir un article expliquant tout cela en détails

    Beau week end Patricia et je vais aller lire ton article dont le titre me semble en lien avec ce que je viens d’écrire.

    Elisandre

  8. Raymond

    Les contes de fée ne m’ont jamais intéressé. mais j’avoue que celui de Brigitte a quelque chose de particulier.
    – l’effet d’une véritable gifle
    – le sifflement de l’ouvrier du chantier
    – et enfin l’apparition du Prince (son mari)
    Je me dis que l’arrivée du Prince à été préparé par les deux premiers évènements. Je trouve que si le prince était apparu tôt, je dirai juste avant le rôle de l’ouvrier du chantier, Brigitte le le reconnaitra pas (peut être) Alors je disons que la nature s’est très bien faire les choses.

    Bonne journée à tous…

    1. Elisandre

      Bonjour Raymond !
      Absolument, Brigitte n’aurait pas pu « voir » le prince sans l’intervention préalable de  » la fée », c’est à dire l’ouvrier du chantier.

      Combien de fois les personnes rate la fée ? très très souvent car un « voile » reste devant leurs yeux.
      Un conditionnement, un sortilège empêche de lever le voile.
      Ce n’est pas forcément que la nature soit bien ou mal faite,
      c’est Brigitte qui avait le bon programme. En elle et en étant attentif au texte, on le comprend.
      Elle se programme pour un conte de fée (elle se répète le scénario en boucle).
      La nature, est un mot qui signifie « naissance », ce qu’on nous donne à notre naissance et au-delà bien sûr.
      Symboliquement, les fameuses fées qui se penchent sur notre berceau : ce sont en fait les héritages familiaux.

      On peut imaginer que dans l’éducation de Brigitte, la notion de féerie ne lui a pas été retirée.

      Par contre c’est clair que la féminité a été handicapée : le premier jeune homme n’a fait que lui révéler ce handicap : « tu es moche »
      Elle précise d’ailleurs tout au début : « je n’ai jamais été très séductrice »…
      …on pourrait traduire par « on m’a interdit de séduire »
      et elle va même amplifier cela après la gifle des paroles du jeune « prince-crapaud ».

      Voilà Raymond, un petit complément de décodage de cette histoire !

      Elisandre la fée de ce Royaume

  9. Pingback: Un coach pourrait-il vous rendre desirable ? | Formation Coaching

  10. Thierry ImagEcriPub

    Je suis épaté par l’analyse de cette histoire et le décodage du conte de fées. À la lecture, cela semble si évident. Pour un grand amateur d’histoires comme moi, ce décryptage de nos archétypes, cette analyse d’historiettes soi-disant pour enfants, cette analogie avec nos mécanismes psychologiques sont très captivants.

    Je vais suivre tout cela de près, même si le sujet du blog me semblait au départ en dehors de mes préoccupations du moment.

    Merci de nous étonner.
    Un article par Thierry ImagEcriPub : Comment faire publier son roman ? Partie 1 – Motivation

  11. Elisandre

    Bonjour Thierry !
    Et bienvenue dans le Royaume;
    ici est un lieu où l’on vit les histoires.

    Eh bien oui tu vois, justement, le travail avec les contes nous fait souvent comprendre qu’on arrive quelque part par des chemins détournés. la vie a des scénarios parfois très surprenants pour nous amener à nous réaliser.
    C’est cela qui est passionnant et comme dans un roman, il y a des rebondissements.
    Plus on pratique le conte et plus c’est passionnant parce qu’ on y participe vraiment, comme dans un jeu.

    Elisandre

  12. Pingback: Petite histoire d’amour toute simple | Le Royaume Amoureux

Leave a reply

CommentLuv badge