Faites vous du développement relationnel ?

Dans la première partie de l’article dédié « aux dangers du développement personnel (thème proposé par la croisée des blogs), j’ai  émis l’hypothèse que le plus grand danger, si danger il y a … réside dans le terme « personnel » . Avançons vers la notion de développement identitaire, puis relationnel. La troisième partie du sujet sera dédié au développement humain.

J’ai avancé l’idée que le développement personnel est d’abord une tentative  de colmater les blessures de l’égo en souffrance. Il doit progressivement cheminer vers un développement identitaire et relationnel, une intégration humaine et même ensuite  planétaire : relativiser les blessures narcissiques et apporter sa contribution au monde, si le développement est évolutif et harmonieux. Mais chacun fait ce qu’il peut !

Quand le développement est très personnel

Au départ colmater les brèches de l’égo c’est souvent se construire une nouvelle personnalité pour « paraître » mieux, plus fort,  surhomme ou wonderwoman. Cette position est en fait très difficile à tenir et très fragile, car elle oblige à faire sa vie sur ses propres forces – et on apprend vite qu’elles sont limitées. Les résultats sont attendus du côté de l’égo exclusivement : Egoïsme et égocentrisme

  • L’égoïsme est cette préoccupation mentale exclusive de soi,  individualisme farouche,  coupure d’avec les autres…dans une volonté d’indépendance (illusoire totale)
  • L’égocentrisme est cette attitude de vouloir être toujours le centre de tout ; trop sensible et très dépendant du regard des autres, ne voulant que leur approbation. C’est quelque peu paranoïaque.

L’égoïste regarde seulement son nombril, l’égocentrique est lui-même le nombril.

Nous sommes tous, plus ou moins l’un ou/et l’autre, mais de péché mignon cela peut devenir un véritable handicap social. Nous avançons cependant par tâtonnements et déséquilibres. Ilya Prigogine (chimiste de renom) disait que « la vie jaillit loin des états d’équilibre ». Constatons que même la marche, est un déséquilibre permanent et que c’est cela  qui fait avancer. rien ne servirait de culpabiliser pour nos imperfections !

La croissance est un besoin vital

La croissance est un besoin vital de tous les êtres, et l’ humain, malgré sa résistance fréquente au changement ne peut faire exception à ce mouvement d’ensemble. La croissance  est toujours une intégration de nouveaux éléments : physiques, émotionnels, intellectuels. La croissance déstabilise la personne parce qu’elle lui demande de s’ouvrir à quelqu’un, quelque chose d’autre, et toutes les constructions précédentes s’écroulent, se dissolvent , mais sont aussi les briques d’une nouvelle construction. On doit grandir, se développer sous peine de mourir ou au moins  de végéter.

La croissance physique de l’adolescence

Cela me rappelle la croissance de mon fils qui vers les 12/13 ans avait pris onze centimètres dans une année et je ne sais plus combien de pointures : il en était absolument effrayé, d’autant que ses camarades de classe n’en faisaient pas autant, aussi vite du moins. Cette année là ; son corps lui a probablement appris « qui il était et comment il différait  des autres. Il a dû affronter son ipséité (ce en quoi il était différent des autres).

Tous les soirs, à la sortie de l’école, il se plaignait de ce qu’il considérait comme une monstruosité. Il se focalisait sur ses pieds puisque c’est cette partie du corps qu’il pouvait voir en entier à tout moment ; mais pas contrôler, à son grand regret. Son développement l’effrayait. C’était un comportement égocentrique car trop sensible à l’image qu’il pouvait renvoyer. Son identification au groupe étant forte (normal à cet âge) , son égo en souffrait. C’est sur ce principe de remise en question de l’égo (l’image que l’on a de soi) que l’identité (mouvante donc) se forge.

Développement identitaire

Le vocable développement identitaire serait plus juste que développement personnel, mais est-ce par hasard si, sous nos cieux occidentaux cela s’appelle ainsi ? Eh non ! car ça correspond à cette culture de l’individu qui se cristallise parfois en individualisme.

L’identité est une pulsation donc une relation

Entre  affirmation de soi et fusion avec l’ensemble, l’ identité se construit dans la pulsation de  deux pôles.  Je peux me perde dans l’égoïsme à trop vouloir m’affirmer en tant que personne  ou me perdre dans le tout et m’identifier (devenir personne), n’être plus que ce tout (un groupe, un parti politique,  une secte) L’identification ou son contraire l’ affirmation de soi égoïste, sont les parents pauvres de l’identité. Le développement identitaire amène la question  de mon modèle de croissance ou modèle d’accomplissement. Je suis alors comme le gland qui a la vision du chêne pour son accomplissement ;  je suis à l’écoute des évènements, des synchronicités, des rencontres car à travers cela la vie me parle de moi et de ce que j’ai de mieux à offrir.

Le développement relationnel

Le développement identitaire a donc lieu au sein du développement relationnel. C’est un concept qui articule la dimension individuelle et collective : l’environnement influence les représentations et les attitudes de l’ individu qui lui-même influence le monde qui l’entoure. L’être humain, être social se développe en relation avec son environnement.
Ce développement relationnel s’effectue sur deux axes :

  • d’une part, un mouvement de différenciation dans lequel  l’individu cherche à se singulariser
  • d’autre part, un mouvement de rapprochement avec ses congénères dans lequel l’individu cherche le contact, l’affection et l’appartenance

Le développement relationnel consiste à articuler de manière fluide et complémentaire ces deux mouvements, de les vivre d’une façon synchronisé.

Conclusion

Le développement  d’un individu est relatif ; il se  polarise autour de la conscience de soi et la conscience d’autrui. Je suis un être unique ET partie d’un tout plus grand unique aussi (la famille par exemple) qui lui même fait partie d’un tout plus grand également…etc

C’est la recherche de sa place dans le monde . Le ET est important. Le ET est un peu moi et un peu l’autre. C’est l’alchimie qui fait la croissance. Le couple homme/femme est la relation la plus alchimique qui soit et chacun reflète la partie profonde de l’autre. Je souris quand j’entends dire une femme : « l’important est de découvrir la partie masculine en soi » Grosse erreur, il n’y a que dans un miroir que l’on se voit bien…et tout le reste est du discours. Voilà par exemple une erreur et une errance du développement personnel : se couper de la vie telle qu’elle est !

Les contes sont des histoires de développement identitaire

Je terminerais ce long article la-dessus en vous invitant à lire une histoire vécue car je crois qu’elle aurait presque suffit à vous faire tout comprendre ; elle en est de toute façon un bel exemple de développement relationnel…et c’est un conte de fées. Sachez que les contes de fées sont des histoires vraies dont on a fait des archétypes et qu’il suffit de les réactiver en soi. Lisez « c’est vraiment l’histoire de Cendrillon… »

2 comments on “Faites vous du développement relationnel ?

  1. Pingback: C’est vraiment l’histoire de Cendrillon ! | Le Royaume Amoureux

  2. Pingback: Miroir ô miroir dis moi si c’est bien moi … | Le Royaume Amoureux

Leave a reply

CommentLuv badge